Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2022 3 15 /06 /juin /2022 22:08

391 coureurs partant (108 abandons) – classé 281 unième

Départ de Saugues à 21h le vendredi 10 juin (pour les coureurs ayant un index UTMB inférieur à 600). Phiphi au moment de partir me dit : « Sur le site du Trail de Saint Jacques, ils indiquent que pour être finisher il faut être au-delà de l’index UTMB 410 ». Il regarde sur le site UTMB et lis Philippe MORIN 412, Franck BROCHAIN 413. Cela va être compliqué ! Le début de course se passe bien.

 

J’allume ma frontale vers 22h15 et j’arrive facilement à Prades (1er ravito).

Vers le 30ème km, aux alentours de 2h le samedi, je commence à avoir un petit coup de mou. Lever 6h la veille, 5h de route en tant que chauffeur et pas de sieste réparatrice commence à attaquer le bonhomme. De plus les élites partis à 23h nous dépassent comme des fusées et tu en prends un 2ème coup sur le casque. Je parviens au 2ème ravito au 38ème km– toujours à Prades. Tiens je reconnais cet endroit. En effet, nous avons fait une boucle de 23km. Phiphi m’y rejoins et nous serons alors ensemble jusqu’à la fin de la course. Nous repartons vers le prochain ravito qui est au 51ème km. Des montées très ardues et des descentes très techniques sur lesquelles je ne suis pas du tout à l’aise. Il est 5h30, le jour commence à poindre et j’éteins ma frontale. Elle aura tenu 7h sans recharge – c’est pas mal ! Nous arrivons sur le pont Eiffel à Monestrol au km 51. 1ère barrière horaire passée aisément avec 2h30 d’avance. Je suis toujours avec Phiphi. Je repars en éclaireur et entreprend seul une  montée longue et très raide avec un sol de terre ocre poussiéreuse. Au ¾ de la pente, superbe vue. Il fait déjà très chaud, je m’attarde à un abreuvoir et m’asperge d’eau froide. Phiphi me rejoint et nous finissons la montée ensemble. La chaleur n’est pas mon amie et nous ne sommes qu’au 55ème km.

 

Nous passons le ravito suivant à St Privat d’Allier (58ème km). Les élites du 72km nous dépassent comme des bombes. Mais comment font-ils pour courir si vite dans des descentes très techniques et piégeuses ? Nous enchainons à répétition plusieurs montées très difficiles suivies de descentes compliquées. Il fait très chaud. Sur la dernière montée avant le prochain ravito, dans une pente approximative de 45%, les premiers participants du 43 km nous doublent en courant. Des chamois, les gars. Ils doivent avoir des dispositions anatomiques exceptionnelles. Nous arrivons à St Jean Lachalm au 67ème km, lessivés. Il s’agit de la seconde barrière horaire. Nous sommes justes mais néanmoins on s’alimente, on fait le plein d’eau, on se repose 10mn et on repart. Au passage de la barrière horaire, nous sommes en retard de 2mn30s. Les commissaires nous bloquent le parcours du 123 km et nous déroutent vers le parcours du 43 km qui vient juste de partir. Nous sommes déçus de ce détournement mais intérieurement, au vu de la chaleur, satisfaits de pouvoir finir néanmoins cet ultra sur un parcours de délestage. Phiphi me relance, je suis au plus

bas et faire encore 34km sous cette chaleur me semble impossible. Nous ne sommes plus abrités, en plein soleil vers 11h30 et il fait déjà plus de 30°. Les coureurs du 43 km nous doublent et nous encouragent. Nous passons le sommet Mont Devès à 1 400m d’altitude. Les 200m de fin d’ascension sont très très compliqués. Ceux qui n’ont pas de bâtons perdent leurs appuis dans la pente poussiéreuse et reculent. Les concurrents cherchent des points d’ombre pour faire des haltes dans l’ascension. C’est le carnage ! En fin de montée, les gens s’arrêtent pour la vue et encouragent les autres participants dans les derniers mètres. Je me poste au sommet et prend une photo de mon Phiphi en plein effort.   

 

Tout le monde est désormais sur le même parcours final 123 ,72 et 43 km. Nous descendons alors vers le prochain ravito qui se situe à Saint Christophe. Nous sommes alors à nos montres au 84ème km. Plus de barrière horaire pour nous. Nous nous encourageons mutuellement. La chaleur atteint nos organismes. Sentiment de lassitude et là c’est le mental qui joue son rôle primordial. Ne rien lâcher, finir coute que coute. Cela fait déjà un moment que l’on ne court plus afin de conserver un maximum d’énergie pour finir. A 10 km de l’arrivée en montant sur une partie route, je ressens une grosse brulure à l’avant du pied droit. Une ampoule vient d’éclater. Je mets le clignotant à droite, me fais un pansement réparateur et reprend difficilement la marche. Phiphi, mon cher binôme m’a attendu et nous poursuivons notre chemin de croix.  En descendant vers le ravito suivant, de loin sur le parcours on voit une voiture de pompier en plein champ. On y arrive et les secours sont en intervention auprès d’un concurrent ayant fait une insolation. Notre angoisse jusqu’à la fin sera de subir les mêmes effets que ce traileur. Passage de la dernière ascension à la Garde d’Eycenac. Grimpette courte mais très pentue. Avec Phiphi, on est en surchauffe et on fait une halte de 2-3mn à l’ombre à moitié d’ascension. On arrive juste avant le dernier ravito dans un village où un de ses résidents a laissé à disposition des traileurs un tuyau d’arrosage ouvert. Avec mon acolyte on remplit nos réserves d’eau, et on asperge nos casquettes et manchons (remis pour éviter les coups de soleil sur les bras). Durant 1km la sensation de fraicheur est bien présente mais le soleil reprend le dessus juste avant d’arriver au dernier ravito à Les Chibottes. Nous avons parcouru à nos montres 96 km et les bénévoles nous informent qu’il ne nous reste que 5 km à parcourir. C’est gagné nous y sommes, mais à nos dépens nous allons déchanter quant au final.

Nous partons et nous débutons par la montée d’une quinzaine de marches de 70 cm chacune (style Réunion la Diagonale), enchainement avec un passage de pierriers d’une centaine de mètres (gros blocs de pierres style L’Echappée Belle), puis descente très technique et pentue. Seulement 1 km de parcouru. Ok, les traceurs sont très vicieux ! Nous avons désormais en vue le Puy en Velay. Nous contournons toute la ville afin d’entamer la descente. Plus que 2 km. Nous y arrivons, un panneau nous avertit « attention- descente très dangereuse ». T’inquiète, nous allons faire attention. Au vu des efforts fournis depuis plus de 22h, on ne va pas se « crasher »

lamentablement à 2km de l’arrivée. Avec Phiphi, on prend notre temps en sécurisant tous nos appuis. Nous entrons alors dans le Puy et pénétrons dans la vieille ville pavée. Les barrières UTMB sont en vue, l’arrivée est proche.

Dernier effort à fournir, l’ultime montée vers le pied de la cathédrale. Ereintés, nous ne faisons même pas l’effort de courir. Un check avec Phiphi, un sourire complice et nous passons la ligne d’arrivée ensemble.

101 km en 22h27 avec 3 896 m de D+ 4 161 D- et des températures avoisinant en fin de parcours 35 degrés.

Un grand merci à Phiphi, qui m’a permis par sa présence de terminer mon plus gros challenge trail de l’année 2022. J’ai eu la confirmation ce weekend, qu’en trail la chaleur n’est pas mon amie.

Franck

 

FRANCK BROCHAIN : Compte rendu Trail Saint Jacques (Puy en Velay)10-11 juin 2022 123 km ; 5 150 m D+
Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Kiki 86
  • FINISHER  : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012  ou je me classe 1er V3 , 2017 et 2021
UTMB : 2008 et 2011 
Marathon des Sables 2010
Objectif : 2022 : TRAIL DES CITADELLES, UTPMA avec les copains de l'EPA86et  TRAIL BOURBON 2022 
Date de naissance : 28/08/1952
  • FINISHER : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012 ou je me classe 1er V3 , 2017 et 2021 UTMB : 2008 et 2011 Marathon des Sables 2010 Objectif : 2022 : TRAIL DES CITADELLES, UTPMA avec les copains de l'EPA86et TRAIL BOURBON 2022 Date de naissance : 28/08/1952

L'ULTRA POUR HORIZON

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PALMARES

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
DERNIERS RECITS D'ULTRA-TRAILS

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'ÎLE INTENSE "LA REUNION"

REUN---1036-.JPG

 REUN---602-.JPG

 

° RANDOS ET RANDOS-TRAILS SUR L'ÎLE DE LA REUNION    ....."ENTREZ et DECOUVREZ"

 

° L'ÎLE DE LA REUNION EN PHOTOS CHAQUE SEMAINE : C'EST  ICI

°°°°°°°°°°°°°°

"PASSION JARDIN" NATURE

CULTURE BIO "COMPOST AGE"

ARTICLES : C'EST ICI

Profil

VISITES

compteur de visite site web

OBJECTIFS 2021

° TRAI DES CITADELLES 70KM (AVRIL) Annulé Covid

° UTPMA 105KM (Juin) Annulé Covid

TOUR DE LA GRANDE CASSE 66 KM (AOUT)

° LA DIAGONALE DES FOUS 167KM (Ile de la Réunion, Octobre

 

      

Pages

WIDY GREGO "SPORTIF DE L'HUMANITAIRE"

Mes Entraineurs

Roger PASSARD : Professeur d'Education Physique et Responsable de l'ALERTE GRAYLOISE, qui de cancre en sport m' a propulsé en deux ans "Champion Départemental Minime de Cross" à PORT SUR SAÔNE

Jean-Pierre GORGEON : Co-équipier et Entraineur à l'ASPTT POITIERS m'a permis de réaliser :

  • 15'48"70 sur 5000m, le 14/06/1997 lors des Championnats Régionaux à NIORT (45ème Perf Nationale V1et 5ème M45)
  • 33'42"60 sur 10 000m le 31/05/1998 lors des Championnats de France Vétérans sur Piste à LYON PARILLY ( 21ème Perf Nationale V1 et 6ème M45)
  • 2h40'46" au Marathon le 12/10/1997 lors des Championnats de France de Marathon à REIMS (95èm Perf Nationale V1 et 31ème M45)

Jean-Claude FARINEAU : avec qui j'ai partagé depuis 1984, les charges, parfois lourdes de Dirigeant à l'ASPTT POITIERS, puis au PEC à partir de 1999. Grâce à ses entrainements judicieux, je n'ai jamais raté une qualification aux Championnats de France de 10 km

Jean-Paul GOMEZ :
Finaliste Olympique du 10 000m à MONTREAL en 1976 : Bien que ne m'ayant jamais entrainé m'a toujours apporté des conseils éclairés, notamment lorsqu'il entrainait  à mes côtés l'école d'Athlétisme de L'ASPTT