Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2021 3 25 /08 /août /2021 11:05

 

Nous avons souvent croisé les doigts pour que ces épreuves soient maintenues, sans jamais baisser  les bras afin d'être prêts le Jour J et nos espoirs ont été récompensés.  Ce 2ème gros week-end de trails collectifs EPA  depuis la reprise  de nos épreuves de prédilection  mi juillet sera  globalement  signe d’une belle réussite !

 

 

 

 

 

TOUR DES CIRQUES : à Vieille Aure ;   120km et 7000mD+

Pierre Bourry , pour une 1ère expérience  sur un Ultra Trail  et particulièrement de ce format et de plus sans bâtons de Trail, s’ en sort très  honorablement  . Très à l’aise et  en  bonne position les 2/3 de la course, son  final  sera beaucoup plus  difficile avec des quadris en feu  !  

Néanmoins,  il s’accrochera pour terminer largement dans le 1/5ème de la course , 74ème et 44ème senior en 29:23:34  💪   Un grand bravo et de bon augure pour la suite !

 

TOUR DE LA GRANDE CASSE à Pralognan La Vanoise ; 66km et 3950mD+

Une belle délégation EPA avec 6 Finishers sur  7 trailers au départ  d’une épreuve vraiment très difficile et exigeante où malheureusement 1/3 des participants ne franchit pas la ligne d'arrivée, dont une bonne partie mis hors course par les barrières horaires.

Dans ce contexte , superbe course de Pierre Chansigaud , qui faisant parler ses talents de montagnard  se hisse à la 43ème place (6ème M2) en 11:13:39   ! Bravo,  une bonne étape avant La Diagonale des Fous en octobre !

Ensuite, belle course en duo  pour moi-même et Didier Gaudefroy  dont c’était la 1ère épreuve en haute montagne  et qui s’en sort très honorablement.  Nous franchissons donc la ligne en 13:17:14  à la 84 et 85ème place  et 1er M6 pour moi (mais seul arrivant dans cette catégorie)

Arrivée ensuite du duo Patrick Léger et Stéphanie Chansigaud dont c’était également la 1ère expérience sur une épreuve de cette distance avec une  très belle réussite . Ils terminent en 13:31:00 à la 90 et 91ème place dont 7ème F et 2ème M1F pour Stéphanie ! Un grand bravo à tous les deux !

Rénald Hervé, victime d’un petit coup de moins bien arrive néanmoins à le surpasser

pour se classer  à la 95ème place (13ème M2) en 13:43:57 . Un bel exemple de courage !

Par contre, manque de chance pour notre ami Didier Maitre, victime de problèmes digestifs et qui malheureusement ne pourra franchir la barrière horaire du 54ème km pour quelques minutes.

ECHAPPEE  BELLE : à Vizile : 149 km et 11 400 m D+ . Sans doute l’Ultra réputé comme le plus dur de France métropole

Sans doute une grande désillusion pour nos 3 représentants qui malgré une grosse préparation en vue de cette échéance  ont dû jeter l’éponge. Sur l’épreuve en duo, Philippe Morin et Pascal Cougnon, après plus de 16h de course  ont pris l’option de renoncer au 41ème km.  N’ayant plus que  30’ d’avance sur la barrière horaire, ils ont jugé plus prudent et c’est tout à leur honneur, de renoncer à continuer dans la nuit au risque presque certain  de ne pas passer la suivante . 

De son côté, Pierre Hay, pourtant à l’aise jusquà une cinquantaine de km eut lui aussi des problèmes gastriques l’empéchant  de s’alimenter. Manquant de carburant, il ne put passer la barrière du 60ème km .

Nos 3 compères auront sans doute l’occasion de rebondir bientôt, puisque Philippe  et Pierre sont déjà engagés pour le Trail de Belle Île en mer fin septembre ainsi que la Diagonale pour Pierre, Pascal se donnant le temps de la réflexion.

RESULTATS :

 

TOUR DES CIRQUES :

PIERRE BOURRY : 74ème et 44ème senior en 29:23:34

TOUR DE LA GRANDE CASSE :

PIERRE CHANSIGAUD  : 43ème  et 6ème M2 en 11:13:39

CHRISTIAN BAIGUE :  84ème et 1er M6  en 13:17:14  

 

DIDIER GAUDEFROY : 85ème  5ème M4 en  13:17:14  

STEPHANIE CHANSIGAUD : 90 et 7ème F et 2ème M1F  en 13:31:00

PATRICK LEGER : 91ème et 6ème M4 en 13:31:00

RENALD HERVE : 95ème et 13ème M2 en 13:43:57

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2021 1 12 /07 /juillet /2021 18:15

 

Après plus d’une année très compliquée avec l’annulation en série des grosses épreuves, c'était  enfin le retour des grands trails ce week-end pour une quinzaine de trailers de l'EPA répartis sur plusieurs  épreuves," Luchon Aneto Trail", la montée du Kao dans le Limousin, Le Higt Trail Vanoise à Val d’Isère et la PDA ( Peades d’aigua ; Course de la franchise Utmb Val d'Aran en Espagne ) Très belle réussite d’ensemble des trailers du club.

(Résultats en bas de page)

 

  • MONTEE DU KAO

Course vraiment éprouvante sur le 54km où l’on alterne de longues périodes courues et de nombreux raidillons de 150 à 200m de D+  à fort pourcentages .

Vraiment une très belle course pour toute la délégation de 7 au départ et 6 podiums à la clef  dont 2 Top 10 , Pierre Bourry 4ème pour sa 1ère course longue sur 54km et Greg Gras, 10ème sur le 22km en prépa de la 6000D.  Mésaventure pour Didier Gaudefroy qui avait réussi à déposer notre ami

Jonathan Vitet et  qui mal orienté par un commissaire fera 3km de plus !

Sur 22km, belle prestation également de la famille Morisseau dont une belle

1ère place M4 pour Danielle

A titre personnel, sur 54km,  très bonnes sensations et très à l'aise sur cette épreuve éprouvante ! Un bon résultat à mon niveau qui confirme une bonne forme à l entraînement ces derniers temps.

  • LUCHON ANETO TRAIL

Sur la Route 3404 ; (65km) Sur un parcours hyper technique, très belle prestation d’Alexandre Billaud qui se blesse à mi course et qui néanmoins réussi à terminer à une belle 43ème place  avec un genou qui a doublé de volume ! A noter  que 50% des concurrents ne terminent pas l’épreuve !

Sur le LAT Challenge, (42 +45km) très belles courses également pour Pierre Chansigaud et Patrick Léger qui ont dû enchainer 2 épreuves très éprouvantes de plus de 40km sous une grosse chaleur. Sur la 1ère étape, long faux plat de 15km avant une très longue ascension  de 2000m D+ suivi d’une très longue descente en continu et bien sûr  profil identique sur la 2ème étape ! Un régal pour les quadris !

  • HIGT TRAIL VANOISE (trail des 6 cols 47Km et 3500D+)

Olivier Duport en reprise de blessure partait à l’aventure avec l’objectif d’être Finisher, ce qu’il réussi brillamment

  • VAL D’ ARAN ; PEADES D’AIGUA 55 kms 3100 de D+ et 4000 de D-

Grosse mésaventure pour la délégation au complet qui a dû essuyer les plâtres d’une  nouvelle organisation. De ce fait, barrières très sévères établies par  les organisateurs dont c’était une première édition et élimination hors délai pour tous nos amis !  RESULTATS :

  • MONTEE DU KAO

Trail des Puys : 54km et 2350mD+

Pierre Bourry :  4ème et 1er Senior en 06:15:51

Christian Baigue :  26ème et 1er M6 en 07:36:29

Jonathan Vitet :  29ème et 6ème M1 en 07:54:17

Didier Gaudefroy : 34ème et 2ème M4 en 08:09:37 (avec 3km de plus !!!)

Trail des kaoliniers :  22km et 800m D+

Greg Gras : 10ème et 2ème M2 en 02:06:42

Pascal Morisseau : 36ème et 3ème M4 en 02:23:43

Danielle Morisseau : 91ème et 1ère FM4 en 02:48:05

  • LUCHON ANETO TRAIL

La Route 3404 : 65km  et 4400mD+

Alexandre Billaud : 43ème en 12h20’20’’

Challenge (42km et 2600mD+) et (45km et 2800 D)

Pierre Chansigaud : 66ème et 9ème M2 en 14:43:01 (06:37:28) et (08:05:33)

Patrick Léger : 114ème et 8ème M4 en 16:15:33 (07:30:58) et (08:44:35)

  • HIGT TRAIL VANOISE (trail des 6 cols 47Km et 3500D+)

Olivier Duport : 172ème et 15ème M2 en 11:09:11

 

MONTEE DU KAO - LUCHON ANETO TRAIL - HIGT TRAIL VANOISE - VAL D’ ARAN ; PEADES D’AIGUA - BELLE REUSSITE D'ENSEMBLE  POUR LES TRAILERS DE L'EPAMONTEE DU KAO - LUCHON ANETO TRAIL - HIGT TRAIL VANOISE - VAL D’ ARAN ; PEADES D’AIGUA - BELLE REUSSITE D'ENSEMBLE  POUR LES TRAILERS DE L'EPA
Partager cet article
Repost0
20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 15:33

80 km et 4350m D+

 

Trois semaines après notre 1er gros week-end au Sancy, nous sommes passés à la vitesse supérieure,  avec un nouveau week-end choc de 2 jours et demi à Mandailles St Julien sur le Massif du Lioran dans le Cantal .

Participants ; Anne et Eric Marcenne, Stéphanie et Pierre Chansigaud, Thierry Clément, Jonathan Vitet, Pascal Morisseau, Patrick Léger, Didier Gaudefroy, Axelle Barnas, Franck Brochain , Alexandre Bilaud, Greg Gras, Rémi Bessemoulin, Clément Mousset, Dominique Guillout , Nicolas Guillout pour les circuits et moi même pour l'organisation . ( Supporter accompagnatrice Delphine Godefroy)

Parmi ceux ci, ce fut l'occasion de retrouver  3 anciens EPA de très bon niveau, partis vivre à la montagne mais toujours désireux de retrouver notre petit groupe et son ambiance familiale dès que l’occasion se présente ; Clément Mousset ainsi que  Nicolas et Dominique Guillout ; Nicolas prenant d’ailleurs à sa charge l’organisation des parcours. Un guide hors pair  !

Avec  80 km parcourus et 4350m de dénivelé positif et autant de négatif,  ce deuxième stage intensif de l'année en montagne de 2 jours et demi devrait être profitable à tous dans un avenir qui semble plus serein.

Dès vendredi, pour l'avant garde de 10 participants , installation au  Gite " Vert -azur" et maison d'hôtes "les 4 saisons" où comme l'année dernière nous avons été très cordialement accueillis par "Barbara et Bruno", nos hôtes qui auront encore été aux petits soins tout le long de notre  séjour !

Vendredi 1ère journée : (demi journée) Après un rapide pique nique;  dès 13h30 c'est

parti pour 20km et 1000m de D+ (dénivelé positif)  en 3h30 de Trail sous un soleil radieux . Même circuit que l'an passé, proposé par Nicolas. Même s'il est absent, nous retrouvons facilement la trace.  Ascension  du "Col de Cabré" , du "Puy Bataillouse"  et après une descente rocheuse toujours  épique de celui ci,  montée du  "Puy Griou" ; Un beau pierrier  à escalader et redescendre  !

Voir diaporama ci dessous

Descente barre rocheuse du Puy Bataillouse
Descente barre rocheuse du Puy Bataillouse
Descente barre rocheuse du Puy Bataillouse
Descente barre rocheuse du Puy Bataillouse
Descente barre rocheuse du Puy Bataillouse
Descente barre rocheuse du Puy Bataillouse
Descente barre rocheuse du Puy Bataillouse
Descente barre rocheuse du Puy Bataillouse
Descente barre rocheuse du Puy Bataillouse

Descente barre rocheuse du Puy Bataillouse

Au retour, petit bain de pieds et des jambes dans la rivière glacée  "La Jordanne"  pour diminuer l’apport sanguin des muscles et ainsi réduire les inflammations dues aux micro-traumatismes musculaires  occasionnés par l'effort intense mais  aussi aider le corps à se débarrasser des déchets métaboliques . Séance complètée par une bonne  douche .

PLAN DU CIRCUIT : https://connect.garmin.com/modern/activity/6939801985

Cliquer sur les images pour les avoir en entier  !Cliquer sur les images pour les avoir en entier  !Cliquer sur les images pour les avoir en entier  !

Cliquer sur les images pour les avoir en entier !

Avant de passer à table pour un bon repas bien copieux livré par un aubergiste , gros moment de convivialité avec le verre de l'amitié offert par notre ami Jonathan à l'occasion de ses 40 ans ! Plus tard dans la soirée, arrivée de nos derniers stagiaires.

Samedi 2ème journée ; 38 km et 2100mD+

Après le petit déjeuner, Accompagné d'Eric, j' emmène ma voiture au col du Redondet  où nous devrions passer à la mi journée. En principe nous emportons une bonne réserve d'eau pour le groupe, du pain, des fruits et les pique-niques. Sauf que ..... en arrivant au col où doivent nous retrouver Nicolas et Dominique pour nous redescendre , nous nous apercevons que les pique-niques ne sont pas dans le coffre !!!   Voilà ce que c'est de s'y mettre à plusieurs pour charger ! Dommage, chacun devra porter le sien, mais bon, celà fait partie de l'aventure !

Après cette péripétie, départ vers 9h00 sous la direction de Nicolas. Direction le Col du Perthus, avant de rallier le Puy Griou que nous remontons une nouvelle fois. Un régal que l'ascension de ce pic rocheux !  En outre on peut s'éclater dans la descente !

Puis col de Rombière, Puy Bataillouse, Col de Cabré, Puy Peyre Ars et  Brêche de Roland avec son passage escarpé avant d'arriver au Puy Mary que nous grimpons par sa partie la plus technique. Descente au Pas de Peyrol, puis au col de Redondet où nous retrouvons la voiture déposée le matin.

Pique nique en contemplant le panorama exceptionnel puis chacun fait le plein d'eau avant de repartir. Quelques uns relevant de blessure abrègent la journée par précaution, histoire de se ménager pour le lendemain. Certains profitent donc de la voiture déposée le matin, tandis que d'autres redescendent à Mandailles par un sentier direct.

Nous repartons donc à une douzaine pour la fin du circuit, soit 12km et 500m D+ par

les crêtes et le Puy de Chavaroche. Toujours de magnifiques points de vues sur la vallée et les sommets environnants. Par contre le soleil cogne et la chaleur s'est encore accentuée; Heureusement que nous avions refait le plein d'eau car nous terminons pratiquement à sec !

Au retour comme la veille, petit bain de pieds et des jambes dans la rivière glacée  "La Jordanne" suivie par  la  douche au gîte, avant de nous retrouvons tous pour la petite bière conviviale, précédée bien sûr d'une bonne réhydratation indispensable.

Cliquer sur les images pour les avoir en entier Cliquer sur les images pour les avoir en entier Cliquer sur les images pour les avoir en entier

Cliquer sur les images pour les avoir en entier

Pour le repas, petite spécialité locale, en l'occurence une bonne truffade bien appréciée suivie de délicieux canelés !

PLAN DU CIRCUIT: https://connect.garmin.com/modern/activity/6950658692

 

Dimanche 3ème  journée : (demi journée) 22,4km et 1250m D+

Réveil à 6h45 car nous avons prévu de partir plus tôt, vers 8h15 afin d'éviter la très grosse chaleur.  Après le petit déjeuner, nous vidons les chambres et déposons nos sacs au sous sol du gîte gentiment mis à notre disposition, tout comme une douche pour notre retour ! Vraiment sympa ! Nos pique-niques sont également entreposés dans le frigo pour notre petit repas d'après course.

A l'heure prévue, Nicolas en tête, nous attaquons directement par la rude montée au

Puy de Chavaroche. Après les premiers lacets en sous bois, nous sommes rapidement dans les alpages et heureusement il ne fait pas encore trop chaud malgré un soleil toujours généreux. Arrivés sur les crêtes, çà commence pourtant à taper ! Nous prenons le sentier à l'inverse de notre passage la veille, Pas de Peyrole où trois des nôtres rentrent par un circuit plus court alors que le reste du groupe contourne le Puy Mary par un sentier très sympa connu de Nicolas, Brêche de Roland où la descente à flanc de falaise est plus abrupte dans ce sens, mais çà passe bien pour tous. Alterner des passages roulant où l'on peut courir à un bon rythme avec d'autres beaucoup plus techniques, tant en montée qu'en descente et qui font appels à

d'autres aptitudes  est un des points positifs de ces week-ends intensifs. Nous poursuivons par le Puy Peyre Ars et le Col de Cabré où nous reprenons le sentier  en sens inverse du 1er jour, pour le retour dans la vallée par une belle descente très agréable  dans les alpages fleuris.

Arrivée au gîte vers 13heures comme prévu. Une fois de plus, petit bain de pieds à la rivière pendant que d'autres se succèdent à la douche laissée à notre disposition.

Dernier repas en commun en terrasse avec un nouveau toast à notre ami Jonathan accompagné  d'un petit cadeau symbolique pour ses 40 ans . 
 

PLAN DU CIRCUIT : https://connect.garmin.com/modern/activity/6950724673

Cliquer sur les images pour les avoir en entier !Cliquer sur les images pour les avoir en entier !

Cliquer sur les images pour les avoir en entier !

WEEK-END CHOC LIORAN 2021 - UNE BONNE PIQURE DE RAPPEL WEEK-END CHOC LIORAN 2021 - UNE BONNE PIQURE DE RAPPEL

Un grand merci à Nicolas Guillout qui m'a fort bien assisté dans l'organisation en

prenant en charge le tracé de tous les parcours, guidant tout le groupe avec une parfaite maitrise ce qui n'est pas une mince affaire !

Merci à tous ceux qui se sont impliqués à quelque niveau que ce soit pour la réussite de ce week-end: Transport en voiture sur le lieu de séjour, prises de photos  !

Merci également à tous pour cette bonne ambiance, cette bonne humeur  et cette cohésion de groupe

Et un grand merci à Barbara et Bruno nos hôtes du Gite " Vert -azur" et maison d'hôtes "les 4 saisons"qui ont été aux petits soins pour nous, nous offrant même le café lors du dernier repas  !

A titre personnel, ce fut un grand plaisir d'organiser ce nouveau séjour avec une si belle équipe !!!

Rendez vous très  bientôt pour de nouvelles aventures.

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 20:54

60 km et 3400m

WEEK-END CHOC AU SANCY- L'APPEL DE LA  MONTAGNE !

Après 2 sorties à la journée sur les Monts de Guêret, c'est enfin le retour à la montagne pour 9 Trailers de l EPA !

Participants ; Anne et Eric Marcenne, Stéphanie et Pierre Chansigaud, Thierry Clément, Jonathan Vitet, Patrick Léger, Didier Gaudefroy et moi même pour l'encadrement.

Circuits : Patrick léger et moi.

Avec plus de 60 km parcourus et 3400m de dénivelé positif et autant de négatif,  ce premier stage intensif de l'année en montagne de 2 jours et demi a enfin permis à ce bon groupe de  copains (es) très motivés de retrouver les sentiers d'altitude afin de préparer la suite de la saison, trails ou Ultras Trails d'été et d'arrière saison, dont les épreuves du Grand Raid de la Réunion "Diagonale des Fous" et "Trail Bourbon"  entre autres, si la conjoncture le permet cette année .

Néanmoins, avec une météo capricieuse et malgré une très bonne journée le samedi ,ce week-end nous laisse un petit goût d'inachevé !

Vendredi 1ère journée ; 10,720km et 650m de D+ . Arrivée vers midi au Mont Dores ! Traditionnellement, nous logeons à l'auberge de jeunesse  " Chalet Le Grand Volcan " mais n'étant pas encore ré-ouvert, nous nous rabattons sur le "gîte de Hautepierres" ! Plus familial, mais nous préférons malgré tout le Grand Volcan !

Pique nique en terrasse, avant de prendre possession de nos petits dortoirs puis nous rejoignons

Patrick et Didier installés au camping juste à côté pour un départ sur un circuit prévu d'une vingtaine de km.

Il fait super beau et nous partons dès 14h, une dégradation étant prévue en fin d'après midi. Direction "la grande cascade" que nous atteignons rapidement . Elle est majestueuse, mais nous ne attardons pas car sous les bois il fait assez frais et le vent commence à souffler.

Une fois arrivés à la fin de la centaine de  marches métalliques, nous débouchons sur les crêtes où nous dominons et la cascade et la ville  en contrebas . Il fait de plus en plus frais et nous nous couvrons pour monter au "Roc de Cuzeau", puis normalement au "Sancy".

Plus nous montons, plus le vent souffle et la neige fait son apparition .et se transforme très vite en tempête. La neige  nous cingle le visage, nos gants sont trempés et nos mains sont gelées , nous n'avons plus de visibilité  et il devient dangereux de poursuivre . Nous décidons donc de faire demi-tour par le même chemin . A l'impossible nul n'est tenu, dit on ! Sécurité avant tout !  Au final à peine 2heures d'efforts intenses , 10,720km parcourus et 650m de D+ .

Au retour, après une bonne douche salvatrice, la traditionnelle petite bière fut la bienvenue  avant le repas , correct, mais sans plus, avec un rougail saucisses assez surprenant en ce lieu et qui se révèle n'être qu'un simple  ragoût !!!

Samedi 2ème journée ; 35 km et 2120mD+ . Après le petit déjeuner, Eric et Thierry emmènent une voiture avec les piques-niques au Col de la Croix St Robert où nous devrions passer vers midi. A leur retour, nous décollons vers 9h30 pour une grande journée assez ensoleillée sur le circuit du Trail du Sancy. 

Après quelques km, nous atteignons la "cascade du Rossignolet", évitant celle de "Ghesquière"

que nous connaissons bien . Celle ci est tout aussi belle et  bien entendu nous prenons la traditionnelle photo souvenir ! Nous enchaînons ensuite par une longue montée au col de la "Croix Morand" qui culmine à 1401m.  Ensuite, direction le "Puy de l'angle" d'où nous apercevons au loin le sommet enneigés du "Sancy", puis  le col de la "Croix Saint Robert", (1451m)  où nous récupérons nos pique-niques déposés le matin dans la voiture . 

WEEK-END CHOC AU SANCY- L'APPEL DE LA  MONTAGNE !

Contrairement aux  années précédentes, il n'y a pas de vent et nous apprécions ce moment de restauration . Après 40' de pause, c ’est reparti pour la rude montée du "Roc de Cuzeau" ! Après  le  "Puy des Crebasses", nous nous engageons dans la longue descente de la 'Vallée de Chaudefour". Le panorama est toujours aussi sensationnel.

Traversée du fond de la vallée où serpente  le "Ruisseau de la Biche" et  c'est parti pour une  longue ascension de 600m de dénivelé en 6 km qui nous ramène au "Puy de Sancy", Au niveau du "Puy de la perdrix" et du "col de la cabane", nous traversons de longs névés puis des champs de neige  jusqu'à la phase finale du Sancy . En contrebas , des skieurs s'en donnent à coeur joie .

 

WEEK-END CHOC AU SANCY- L'APPEL DE LA  MONTAGNE !WEEK-END CHOC AU SANCY- L'APPEL DE LA  MONTAGNE !

Le début de la descente du "Val de Courre" par le "Pas de l'âne" est assez périlleux sur les sentiers enneigés. Quelques uns d'entre nous prenons coupons quelques pentes en lugeant sur les fesses ; Des souvenirs de jeunesse, bien agréables !!! reprise de la course pour la longue descente dans la "vallée du Val de Courre" où nous apercevons même quelques chamois, puis du "chemin des médecins" sous les bois qui nous ramène au "Mont Dore"

Très belle journée avec 35 km et 2120mD+ qui se termine pour certains d'entre nous par une bonne séance de spa et sauna au gîte. Vraiment très agréable , avant la traditionnelle petite bière avec les copains qui précède le repas.

WEEK-END CHOC AU SANCY- L'APPEL DE LA  MONTAGNE !

Dimanche ; 3ème journée ; 15 km et 734mD+  .

Plus justement  1/2 journée , puisque devons terminer de bonne heure, pour bénéficier de la douche que l'on nous accorde avant midi. De toutes façons, la météo devant se dégrader à nouveau en fin de matinée , nous n'avons pas envie de revivre l'aventure du 1er jour.

Néanmoins, belle matinée avec un petit parcours sympa !

Après le petit déjeuner et avoir libéré les chambres, départ à 9h00 par le "Chemin des médecins" en remontant jusqu'aux pistes de ski du Sancy au niveau de l'auberge de jeunesse, puis remontée par le chemin noir  sur le versant opposé au pied du "Roc de Cuzeau" . Arrivés sur les crêtes, le vent violent annoncé souffle déjà par bourrasques. Nous ne nous attardons pas et redescendons en direction de la "Grande cascade" que nous atteignons rapidement. Descente jusqu'au dessus du village, mais comme il nous reste un peu de temps , nous poursuivons par une trentaine de minutes sur les sentiers à proximité du Mont Dore. Près de 15 km et 734mD+.

Nous arrivons au gîte vers 11h30, juste avant que la pluie ne commence à s'intensifier , il était  temps ! Une bonne douche bien revigorante puis pique nique sous une sorte d'amphithéâtre couvert proche de l'office de tourisme . Avec la pluie et le vent , c'est une  aubaine d'avoir cet abri .

Au final, malgré une première partie écourtée par la tempête de neige, plus de 60 km parcourus avec 3400m de dénivelé positif. Un très bon week-end sportif qui s achève et un très bon retour à la montagne, après cette période de confinement, malgré la météo capricieuse  Une très bonne mise en jambe avant notre prochain week-end au Lioran mi juin.

Merci à tous les participants.

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 16:21

78 km et 4400m D+ et D- 

WEEK-END CHOC GAVARNIE - STAGE  INTENSIF ET CONVIVIAL – QUE DU BONHEUR !
La Brêche de Roland

Ce nouveau stage en haute montagne aura une fois de plus été à la hauteur de nos attentes, tant par le cadre exceptionnel des Cirques de Gavarnie, de Troumouse et d’Estaube  avec des panoramas de toute beauté et un relief permettant une partie sportive très intense que par la convivialité, la camaraderie et l’esprit de groupe d’une équipe très sympathique et vraiment motivée. Au total 13 Trailers et 2 marcheuses. Bien sûr, une petite pensée pour nos amis Emmanuel Inguenault et Stéphanie Chansigaud  qui n’ont pu comme prévu nous accompagner.

Prêts pour le départ du Tour du Cirque de troumouse !

Tout au long du séjour, les coureurs les plus rapides auront été à l’écoute de ceux qui l’étaient un peu moins, en les attendant dans les passages difficiles ou lorsque le terrain permettait de se lâcher, en revenant les chercher, travaillant ainsi beaucoup  plus sans perte de temps. Ainsi quel que soit le niveau, tout le monde pouvait évoluer à son rythme, ce qui prouve une mentalité exemplaire. 

Cerise sur le gâteau, une météo clémente et super agréable avec un beau soleil quasi permanent.

Un grand merci à Pierre Chansigaud qui m'aura brillamment secondé dans l'organisation de ce stage par une grande efficacité dans le tracé des parcours. Un guide hors pair comme ce fut également le cas de Nicolas Guillout lors du stage du Lioran en juin. C'est très apprèciable de trouver des copains qui s'investissent ponctuellement selon leurs compétences au sein du groupe.

Dans le Cirque de Troumouse

Vendredi , 1ère étape : Après un départ très matinal de Poitiers, arrivée vers midi juste pour l’heure du pique nique en bord de rivière, puis aussitôt petite mise en jambe de 3h30 avec le tour du Cirque de Troumouse, 20km et 1000 m de dénivelé positif ! Très bel après midi sous un soleil de plomb. A l’issue de cette prise de contact avec la montagne, direction Gavarnie pour notre installation au Gîte Oxygène ! Vu le prix très abordable, c’est bien pour un hébergement sportif assez spartiate mais à déconseiller pour un séjour familial. (Enfin, tout dépend de ce que l’on recherche ! )  

Bien entendu, la traditionnelle petite bière conviviale avant le repas à la Brasserie ‘’Le Mourgat’’ où nous avions réservé. Après un accueil un peu rude pour le moins surprenant pour 5’ de retard et heureusement quelques excuses pour cet accueil,  il s’avèrera que la cuisine y est excellente, ce qui nous incitera à revenir le lendemain.

 

 

WEEK-END CHOC GAVARNIE - STAGE  INTENSIF ET CONVIVIAL – QUE DU BONHEUR !WEEK-END CHOC GAVARNIE - STAGE  INTENSIF ET CONVIVIAL – QUE DU BONHEUR !
Arrêt au Refuges des Espuguettes

Arrêt au Refuges des Espuguettes

Cirque de gavarnie sous la brume matinale ! Féerique !!!

Samedi matin, 2ème étape : On rentre dans le dur avec le cirque de Gavarnie.  Départ à 7h30 et  comme prévu, très grosse sortie ; 38 km et 2000m de dénivelé positif et bien sûr négatif. Plus de 7 heures de course sur un relief très technique et toujours des panoramas exceptionnels. Passage au Refuge des Espuguettes  avant de rejoindre le Pic de Pimené avec son final vertigineux. Passage de la Hourquette d Alans, porte du Cirque d Estaube que l on traverse

Lac des Gloriettes

pour rejoindre le magnifique lac des Gloriettes. Dernière grimpette au plateau de Coumelie avant une très longue descente à bride abattue pour rejoindre Gavarnie ! Nous sommes fourbus , mais quelle belle journée !!! Après une bonne douche salvatrice, même cérémonial que la veille ; Petite bière et restaurant pour reprendre quelques calories, la cuisine étant toujours au top !

 

WEEK-END CHOC GAVARNIE - STAGE  INTENSIF ET CONVIVIAL – QUE DU BONHEUR !WEEK-END CHOC GAVARNIE - STAGE  INTENSIF ET CONVIVIAL – QUE DU BONHEUR !
WEEK-END CHOC GAVARNIE - STAGE  INTENSIF ET CONVIVIAL – QUE DU BONHEUR !
WEEK-END CHOC GAVARNIE - STAGE  INTENSIF ET CONVIVIAL – QUE DU BONHEUR !

Dimanche matin , 3ème étape : 22km et 1450m de dénivelé positifs  . Plus courte mais ô combien plus intense ! Nous n’avions  pas encore vu le plus spectaculaire !!!  . Cette dernière journée de stage aura été riche en émotions ! Après un bon échauffement de quelques km ; Séance d'alpinisme pour gravir les Echelles des Saradets ; Echelles c'est un euphémisme , vu qu'il n'y a ni montants, ni barreaux mais uniquement une barrière rocheuse à escalader à flanc de falaise; C'est ludique, mais impressionnant ! (surtout pour les petits comme moi, moyennement à l'aise sur ce genre d'exercice !!!) Une fois en haut, reprise de l'ascension en direction de la Brêche de Roland, via le Refuge des Saradets ! Quand même 900m de D+ en 3km !!! Au refuge, alors que quelques copains qui désirent terminer plus tôt prennent le sentier du retour,

poursuite avec une partie du groupe pour la Brêche de Roland  ; Rude montée avec des passages de névés très glissants avant d'arriver à la phase finale de l'ascension ! A ce moment précis ; Séquence émotions, avec en direct, la chute sur plusieurs dizaines de mètres d'une randonneuse emportée par son sac à dos ! Elle sera secourue 30’ plus tard par hélicoptère. A ce moment là, çà refroidit un peu notre hardiesse. Les plus hardis atteindront la Brêche mais à 5 petits mètres du sommet nous calerons et renonçons à quelque uns ! Ce n'est pas dans mon tempérament mais avec la vision encore présente et trop de monde pour trouver des prises sécurisées, c'est plus prudent !

Pour nous remettre de nos émotions, petite pause casse croûte bien méritée avant la descente dans la vallée des Pouy-Aspé par un long pierrier qui nous conduit au Plateau de Bellevue . Longue course ensuite sur un sentier agréable d'alpages jusqu'à Gavarnie !

Superbe sortie qui sort un peu de la préparation Trail classique , mais qui nous aura bien fait travailler les cuisses et le mental. Nous en aurons encore pris plein les yeux avec des  paysages toujours aussi somptueux .

Espérons que nous aurons l'occasion de tirer profit de ce superbe stage, mais bon ce fut  du plaisir dans l effort entre copains avant tout .

Merci à tous les participants pour cette ambiance formidable tout au long du séjour qui motive fortement pour préparer d'autres RV.

WEEK-END CHOC GAVARNIE - STAGE  INTENSIF ET CONVIVIAL – QUE DU BONHEUR !
WEEK-END CHOC GAVARNIE - STAGE  INTENSIF ET CONVIVIAL – QUE DU BONHEUR !
Partager cet article
Repost0
5 août 2020 3 05 /08 /août /2020 22:25

 

PLAN D'ENTRAINEMENT TRAIL DIAGONALE DES FOUS 2020

 ( 15 AU  18 OCTOBRE  2020)  165km et 9576m D+

Sous réserve de  l'évolution de la situation sanitaire

Préparation sur 12 semaines à partir du Lundi  27 JUILLET , suite stage Montagne au Lioran et incluant  stage Gavarnie du 21 au 23 AOÛT

Ce plan réalisé pour un groupe de Trailers Poitevins, peut  être adapté pour des Trailers de régions de plaines moyennement vallonnées

 

Semaine n°1  L 27 JUILLET  AU D 2 AOÛT

1.L:  1h00 vélo

2.M : 1h40 vallonné dont 4 parcours , Côte des farfadets , Côte de la Chaussée Ripante  et Côte des Lutins , Descente à chaque fois par le Grippet du Faon  Séance avec bâtons Givray

3.M : Footing 30’Séance seuil : 2' 3' 4' 5'  4’ 3’ 2' (réc la moitié)

4.V : 1h40’ Parcours vallonné: 5 parcours descente côte de la falaise et remontée côte du gué de la biche (chemin de fer) jusqu’à la barrière à Givray  ou 2h30 vélo

5.D : Sortie 2h30 Rando-Course sur circuit très vallonné  (côtes pentues en marchant

  •  Option supplémentaire  de 2h00 vélo le jeudi ou le samedi 

Semaine n°2  L 3 AOÛT AU D 9 AOÛT

1.L:  1h00 vélo

2.Ma : 1h40 vallonné dont 12 côtes marchées, puis courir jusqu'à la bifurcation  (abruptes, sentier blanc pierreux du Gué , situé route de la Belle Aurore) + descentes course relâché, Séance avec bâtons Givray

3.Me : Footing 30’ + séance seuil : 6 x 4 (réc 2’)

4.V :  1h40 dont  5  Parcours côtes du faon marchées (côte raide 200m à monter 2 fois ) alternées avec  la  côte des pervenches en courant (côte longue 1000m) récup sur le chemin du dessus  à Givray 

5.D : Sortie 3h00 Rando-Course sur circuit très vallonné (côtes pentues en marchant)

  •  Option supplémentaire  de 2h00 vélo le jeudi ou le samedi 

Semaine n°3  L 10 AOÛT AU D 16 AOÛT

1.L:  1h00 vélo

2.Ma : 1h40 vallonné dont 15 côtes marchées (abruptes, escaliers centre aéré)  + descentes course, Séance avec bâtons Givray

3.Me : Séance seuil: 5 x 5’ réc 2'30’

4.V :  1h50  3 Parcours vallonné  de 2600m soit : 3 parcours Voie Romaine (côte raide 500m) + côte cynodrome (côte longue 800m) A/R  A chaque fois, réc 2'30" entre séries ou 2h00 vélo

5.D : Sortie 3h00 Rando-Course sur circuit très vallonné (côtes pentues en marchant)

  •  Option supplémentaire  de 2h00 vélo le jeudi ou le samedi 

Semaine n°4  L 17 AOÛT AU D 23 AOÛT

1.L:  1h00 vélo

2M :   1h20  vallonné dont 6 côtes marchées jusqu’à la centrale électrique (Base canoé Kayac)    puis courir jusqu'à la bifurcation  du sentier (que l’on prend au retour) et redescendre en  course relâché jusqu’en bas des escaliers, Séance avec bâtons Givray

3.M : Sortie 1h20 cool

4.V :  Stage GAVARNIE, Week-End choc

5. S : Stage GAVARNIE, Week-End choc

6. D : Stage GAVARNIE, Week-End choc

 

Semaine n°5  L 24 AOÛT AU D 30  AOÛT (RECUPERATION ; ASSIMILATION)

1.L:  REPOS

2.Ma : 1h15 FOOTING OU SORTIE VELO

3.Me : 1h15 FOOTING

4.V :  1h20  parcours vallonné  ou 2h30 vélo

5.D : Sortie 1h30 sur circuit vallonné (côtes pentues en marchant)

  •  Option supplémentaire  de 2h00 vélo le jeudi ou le samedi 

Semaine n°6  L 31 AOÛT AU D 6 SEPTEMBRE

1.L:  1h00 vélo

2.M : 1h40 vallonné dont 4 parcours , Côte des farfadets , Côte de la Chaussée Ripante  et Côte des Lutins , Descente à chaque fois par le Grippet du Faon  Séance avec bâtons Givray

3. .Me : Footing 30’ + séance seuil 2' 3' 4' 5'  4’ 3’ 2' (réc la moitié)

4.V :   1h50 dont 5  Parcours  : Barrière 2ème bois  , (3 dans un sens, 2 dans l’autre ) Descendre jusqu’aux rochers , remonter le sentier à droite très pentu , redescendre jusu’aux  rochers, remonter le chemin de gauche et ensuite à droite  jusqu’au sommet du triangle , prendre à droite et encore à droite, redescendre le sentier  des montagnes russes jusqu’aux rochers et remonter le sentier pentu du départ (Givray)

5.D : Sortie 3h30 Rando-Course sur circuit très vallonné  (côtes pentues en marchant)

  •  Option supplémentaire  de 2h00 vélo le jeudi ou le samedi 

Semaine n°7  L 7 SEPTEMBRE AU D 13 SEPTEMBRE

1.L:  1h00 vélo

2.Ma : 1h50 vallonné dont 15 côtes marchées, puis courir jusqu'à la bifurcation  (abruptes, sentier blanc pierreux du Gué , situé route de la Belle Aurore) + descentes course relâché, à Givray   

3.Me : Footing 30’ + séance seuil 5 x 5 ’réc 2’30)

4.V :   1h40'; 4 parcours (2500m) descente côte de la falaise (depuis Centre aèré) et remontée côte du gué de la biche (côte raide 300m) jusqu'au pont de chemin de fer)  et  remontée Côte des Pervenches Givray  (côte longue 800m)  Récup en redescendant à la barrière du départ  ou 2h30 vélo

5.D : Sortie 4h00 Rando-Course sur circuit très vallonné (côtes pentues en marchant)

  •  Option supplémentaire  de 2h00 vélo le jeudi ou le samedi 

Semaine n°8  L 14 SEPTEMBRE AU D 20 SEPTEMBRE

1.L:  1h00 vélo

2M :   1h50  vallonné dont 12 côtes marchées jusqu’à la centrale électrique (Base canoé Kayac)    puis courir jusqu'à la bifurcation  du sentier (que l’on prend au retour) et redescendre en  course relâché jusqu’en bas des escaliers, Séance avec bâtons Givray

3.M : Séance seuil Rébeilleau  Footing 30’+ Séance seuil  4 tours de tribunes (réc 3’) 3tours (réc 2’30) 2tours (réc 2’) 1 tour

1h50 dont 5 Parcours (Bas de la voie Romaine) Montée Grippé très raide  et à droite descente sentier abrupte , montée sentier parallèle à la Voie Romaine (côte raide 500m) retour sentier des ânes, descente à nouveau  sentier abrupte (environ 1,8km). A chaque fois, réc 2'00" entre séries,  à Givray 

ou 2h30 vélo

5.D : Sortie 4h00 Rando-Course sur circuit très vallonné (côtes pentues en marchant)

  •  Option supplémentaire  de 2h00 vélo le jeudi ou le samedi 

Semaine n°9  L 21 SEPTEMBRE AU D 27 SEPTEMBRE

1.L : 2h00 vélo
2M :  1h50  dont  15côtes  de la Chaussée  ripante (pente raide) et  Redescendre à chaque fois le petit sentier du milieu.de la côte du faon  Séance avec bâtons Givray

3.Me : Footing 30’ + séance seuil 8’, 6’, 5’ , 4’ ,3’ , 2’ (récup la moitié)

4.V : VMA Ascensionnelle 1h40’   dont  8 côtes pervenches (Gros arbre du bas jusqu'au 1er palier) + 8 côtes gué de la biche (cabane jusqu'au 1er palier) +  (côtes 180 à 200m) à Givray  

5.D : Sortie 4h00 Rando-Course sur circuit très vallonné (côtes pentues en marchant)

(Variante si XTRAIL DORDOGNE) 1h20 Cool

 

Semaine n°9 BIS  L 21 SEPTEMBRE AU D 27 SEPTEMBRE (Variante si XTRAIL DORDOGNE)

1.L:  1h00 vélo

2.Ma  RIEN

3.M  30’  Footing + 8 Diagonales

4. V : 30’  Footing

5.D : X TRAIL DORDOGNE 48KM

 

Semaine n°10  L 28 SEPTEMBRE AU D 4 OCTOBRE

1.L : 1h00 vélo
2M : 1h45+’ vallonné dont 18 côtes marchées (abruptes, escaliers centre aéré) + descentes course, à Givray (SI XTRAIL DORDOGNE : 1h00 vélo)

3.Me : Footing 30’ + séance seuil 6 x 4’ (récup 2’)

4.V : 1h50 dont  5  Parcours  : Barrière 2ème bois  Descendre jusqu’aux rochers , remonter le sentier à droite très pentu , redescendre jusu’aux  rochers, remonter le chemin de gauche et ensuite à droite  jusqu’au sommet du triangle , prendre à droite et encore à droite, redescendre le sentier  des montagnes russes jusqu’aux rochers et remonter le sentier pentu du départ (Givray

5.D : Sortie 4h00 Rando-Course sur circuit très vallonné (côtes pentues en marchant)

  •  Option supplémentaire  de 2h00 vélo le jeudi ou le samedi 

Semaine n°11  L 05 OCTOBRE AU D 11 OCTOBRE

1.L : 1h00 vélo
2M : 1h50’ vallonné dont 20 côtes marchées (200m) (abruptes, escaliers centre aéré) + descentes course, à Givray

3.M : Séance seuil Rébeilleau  Footing 30’+ Séance seuil: 5 x 5’ réc 2'30’

 4.V :  1h20’;    3 Parcours "côtes du faon marchées (côte raide 200m) alternées avec  la  côte des pervenches en courant (côte longue 1000m) à Givray 

5.D : Sortie 1h00 Footing

 

Semaine n°11  L 05 OCTOBRE AU D 11 OCTOBRE ( VARIANTE SUR PLACE)

RANDOS-TRAILS COOL

Lundi  : ENTRE-DEUX – DIMITILE- SENTIER JACKY ISNARD –KERVEGUEN – 25km

Mardi : CILAOS, CASCADE BRAS ROUGE, TAIBIT ,MARLA, ROCHE PLATE ; 25,6km 

Mercredi : ROCHE PLATE, MAIDO, SANS SOUCI ; 20km

            REPOS FIN DE SEMAINE

 

Semaine n°12 L 12 OCTOBRE AU J 15 OCTOBRE

1.L : 20 à 30’ footing

2.Mer : 20 à  30’ footing et RETRAIT DES DOSSARDS

3. JEUDI  22H00  . DIAGONALE DES FOUS

 

LES SEANCES DE RANDO TRAIL DU DIMANCHE PEUVENT ETRE REMPLACEES PONCTUELLEMENT PAR DES RANDONNEES OU RANDO TRAIL  DE 5 à 6 HEURES VALLONNEES ET MONTAGNEUSES DE PREFERENCE

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2020 2 23 /06 /juin /2020 23:32

STAGE INTENSIF à MANDAILLES ST JULIEN : 93 km et 5250m D+ et D- 

Enfin le retour à la montagne pour 16 Trailers de l EPA avec 93 km parcourus et 5250m de dénivelé positif et autant de négatif  !  Ce premier stage intensif de l'année en montagne de 2 jours et demi a enfin permis à ce bon groupe de  copains (es) très motivés de retrouver les sentiers d'altitude afin de préparer les Ultras Trails d'arrière saison, Trails de Belle Île et Diagonale des Fous à La Réunion entre autres, si la conjoncture le permet.

 Si les gestes barrières dans les établissements fréquentés ont été parfaitement respectés, nous avons enfin pu goûter un grand déconfinement sur les sentiers avec un programme très intense.

Dès vendredi, pour l'avant garde de 5 participants , installation dans le Cantal à Mandailles St Julien au  Gite " Vert -azur" et maison d'hôtes "les 4 saisons" où nous avons été très cordialement accueillis par "Barbara et Bruno", nos hôtes qui auront été aux petits soins tout le long du séjour ! Un hébergement à retenir , tant pour des séjours familiaux que sportifs !

WEEK-END CHOC AU LIORAN : LA MONTAGNE LIBEREE  WEEK-END CHOC AU LIORAN : LA MONTAGNE LIBEREE  WEEK-END CHOC AU LIORAN : LA MONTAGNE LIBEREE

Après un rapide pique nique ;  Entrée en matière dès 13h30 pour 20km et 1000m de D+(dénivelé positif)   en

3h30 de Trail sous un beau soleil .  Superbe parcours tracé par Nicolas , avec l'ascension  du "Col de Cabré" , du "Puy Bataillouse"  et après une descente épique de celui ci,  montée du renommé  "Puy Griou" ; Un beau morceau à escalader ! 

Au retour, retrouvailles avec une autre partie de la délégation, petite boisson de récupération en compagnie de nos hôtes avant d'aller prendre le repas du soir au restaurant "L'Enclos du Puy Mary" où là encore nous sommes très bien accueillis par les sympathiques "Sylvie et Michel" qui nous servent un succulent repas ! Adresse à recommander également ! Au retour, accueil des derniers arrivants vers 23h30 .

Après une  nuit  relativement courte ; Petit déjeuner maison préparé par Barbara  dont un délicieux Gâteau,  des yaourts onctueux et confitures entre autres !

Pendant que Nicolas, Dominique et Pierre emportent les pique-niques, également préparés par nos hôtes,  à mi parcours vers le "Col de Redondet" nous terminons nos sacs de course .

WEEK-END CHOC AU LIORAN : LA MONTAGNE LIBEREE

Départ vers 9h00  pour la délégation au grand complet ! Très grosse journée ce samedi avec 38,260 km et 2127 m de Dénivelé positif dont l ascension du "Puy Griou", du Puy Mary , du Puy Chavaroche et Puy  Barrièrou"  entre autres.  Près de 7h30 d'effort toujours par une belle journée ensoleillée mais fraiche en matinée en sous bois avant d'arriver dans les alpages ensoleillés ! A mi journée, c'est appréciable de retrouver notre repas qui nous attend dans la voiture déposée le matin, ce qui nous a évité de les porter dans nos sacs déjà bien rempli par tout l'attirail de sécurité indispensable , veste technique, tee-shirt de rechange,  tour de cou, gants, couverture de survie, lampe,  réserve d'eau et énergétique, etc.....

C'est aussi cela en groupe, chacun doit avoir en permanence tout ce qu'il faut pour palier à quelque incident imprévu pour ne pas se mettre en danger soi même mais aussi tout le groupe !

Une bien belle journée à l'issue de laquelle les organismes ont été sollicités ; Une bonne récupération s'impose pour repartir le lendemain matin !

Le soir, Restaurant aux "Genêts d'or" . Rien à redire ; Très correct mais classique !
 

WEEK-END CHOC AU LIORAN : LA MONTAGNE LIBEREE  WEEK-END CHOC AU LIORAN : LA MONTAGNE LIBEREE
WEEK-END CHOC AU LIORAN : LA MONTAGNE LIBEREE

Dimanche, encore une belle journée au programme, décomposé en 2 étapes . Après le bouclage des sacs, petit déjeuner à nouveau très copieux et départ pour la 1ère partie , 21,270 km et 1250m de D+ Montée directe au Puy Chavaroche tout d'abord en sous bois où il fait assez frais avant de d'arriver comme la veille dans les alpages ensoleillés qui nous réchauffent bien. Rude ascension du Puy Mary dans le sens inverse de la veille , par les marches en béton irrégulières . Au sommet, beaucoup de vent et nous ne nous attardons pas, malgré la beauté du panorama . La descente hyper technique crainte par un certain nombre se passe pourtant sans aucun problème pour tous. Pour les meilleurs descendeurs, ce fut un régal !

 

La 2ème partie de la descente à flanc  de falaise  en direction du  pied du "Puy Bataillouse" fut encore plus technique, ce à quoi nous ne attendions pas ! Là encore , quel plaisir  pour certains alors que ce fut un peu plus hard pour d'autres, mais au final, avec les belles capacités physiques de tous,  tout le monde s'en est bien sorti

C'est le charme de telles sortie, d'alterner des passages roulant où l'on peut courir à un bon rythme avec d'autres beaucoup plus techniques, tant en montée qu'en descente et qui font appels à d'autres aptitudes  !

Après une très longue descente roulante à travers les alpages puis la forêt  jusqu'à "Mandailles", pique nique au gîte et tendis qu'une partie des copains se prépare au retour dans l'après midi , nous repartons en plus petit comité pour la dernière étape qui s'avèrera plus physique que prévue par une longue ascension très raide de 800m en grosse partie en sous bois jusqu'au "Col de l'Elancèze" avant de redescendre par un sentier assez pierreux jusqu'au village . Encore 17,380 km et 875m de D+ dans les jambes et toujours de magnifiques panoramas pour les yeux !

 

Ce week-end nous a permis de voir que malgré les difficultés sanitaires récentes, tous ont montré une belle forme et il n'y a eu personne en difficulté malgré un week-end Intense !

Grande motivation de tous et très bonne ambiance générale tout au long du séjour.

Les plus rapides ont montré un bon esprit de camaraderie et de solidarité en fermant la course à tour de rôle quand celà était nécessaire . Je pense que cette démarche fut bien apprécié des coureurs un peu moins rapides, car forcément dans un groupe important, tout le monde n'est pas au même niveau de forme à la même période  et personne ne doit se sentir isolé . 

Un grand merci à Nicolas Guillout qui m'a assisté dans l'organisation en prenant en charge le tracé de tous les parcours, guidant tout le groupe avec une parfaite maitrise ce qui n'est pas une mince affaire !

Merci à tous ceux qui se sont impliqués à quelque niveau que ce soit pour la réussite de ce week-end: Transport en voiture sur le lieu de séjour, transport des pique-niques le matin,  prise de photos  !

Merci également à tous pour cette bonne ambiance, cette bonne humeur  et cette cohésion de groupe

Merci à Sylvie et Michel pour leur accueil et ce bon repas servi à l'Enclos du Puy Mary

Et un grand merci à Barabara et Bruno nos hôtes du Gite " Vert -azur" et maison d'hôtes "les 4 saisons"qui ont été aux petits soins pour nous !

A titre personnel, ce fut un grand plaisir d'organiser ce nouveau séjour avec une si belle équipe !!!

Rendez vous très  bientôt pour une nouvelle aventure, bien plus difficile et coriace encore en haute montagne ; mais c'est une autre histoire .................

WEEK-END CHOC AU LIORAN : LA MONTAGNE LIBEREE
WEEK-END CHOC AU LIORAN : LA MONTAGNE LIBEREE
WEEK-END CHOC AU LIORAN : LA MONTAGNE LIBEREE
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 00:00

Encore un programme très fourni lors de ces deux premiers mois de la saison  2019 / 2020 pour un groupe trail EPA très dynamique et toujours avide de nouvelles aventures !

Afin de permettre à tous ceux qui n'ont pu suivre en direct les périples des uns et des autres dans une actualité très chargée  , en voici  un petit résumé en quelques lignes . Un grand bravo à tous nos vaillants Trailers et Ultras Trailers !!!

 

  • 30/08 au 1/09 

CCC (COURMAYEUR-CHAMPEX-CHAMONIX)  101km et 6100m

Un très grand bravo à notre sympathique duo Christelle Coutand et Didier Maitre,  Finishers en 26:13:54 Christelle termine 1472 et 221ème fille  et Didier  1474 et 195 M

  • 15/ 09 

INFERNAL TRAIL DES VOSGES : 69km et D+2900m

Ludovic Gagner, Finisher, classé 404ème en 13:39:42

BILAN NATURE ET TRAIL SEPTEMBRE ET OCTOBRE 2019

 

  • 21/09

TRAIL LAUZANNE- GENEVE : 120km et 4000mD+

Bravo à Rénald Herve qui termine brillamment 72ème et 24ème M1 en 20:39:55

  • 22/09

X TRAIL CORREZE–DORDOGNE : 103km et 4 200m de D+ .  Superbe performance de Nicolas Guillout qui se classe 12ème au classement général et 8ème senior en en 14 h 24

Et une grosse pensée pour nos amis William Beaumont et Dominique Guillout qui n’ont pu boucler cette épreuve

 

GRAND TRAIL DES TOURS : 48km et 4 200m de D+

Très belle course d’ Éric Marcenne  qui  se classe à une très belle 46ème place en 6h32

Bravo également à Lucie Gauvin et Agnès Gauvin qui ont bouclé cette épreuve en Marche Nordique·

  • 22/09

GRAND TRAIL DU SANCY : 60km et 3350mD+

2ème marche du podium M3 avec une belle performance pour Christian Baigue , 197ème sur 750 en 9h26’58’’

TRAIL DU SANCY : 33km et 2020m de D+

Bravo à Axelle Barnas  54ème  F et 25ème  M1 et Jérôme Michalczac 551ème  (sur 1000) arrivés en Duo sur le 33km en 5h46'30

CHEMIN DE CRÊTES : 19,6km et 1170mD+

2ème marche du podium M3 également pour Daniel Gauchet avec une belle 162ème  place sur 800 en 02:27:50

Lucien Sanchez réalise également une belle course : 8ème M3 et 317ème  en 02 :45 :02

Et un grand bravo à Audrey Skwara, toute nouvelle adhérente qui pour sa 1ère course en montagne se classe 121ème  F et 58ème  S F en 03:16:53

  • 16 au 21 /09 : GR20 EN CORSE

Félicitations à nos vaillants aventuriers Corses, Stéphanie Chansigaud, Pierre Chansigaud , Emmanuel Inguenault, Greg Gras qui ont réussi leur challenge de boucler le GR20 en 6 jours en triplant les étapes  ! Un bel exploit !!!

 

BILAN NATURE ET TRAIL SEPTEMBRE ET OCTOBRE 2019BILAN NATURE ET TRAIL SEPTEMBRE ET OCTOBRE 2019
  • 29/09

TRAIL DES GORGES DU CHAMBON :

28km

Manu Martin; 29ème en 3h05'22''

Marcheurs nordiques :

Valérie Payen Clément 223ème en 4h37'47''

Annabelle Guillemin 224ème en 4h37'47''

Bénédicte Savatier Lachal 237ème en 5h16'12''

42km

Thierry Clément 30ème en 4h51'51''

Marcheurs nordiques

Bernard Dervaux 118ème en 6h35'37''

Sébastien Navarro 123ème en 6h41'44'

Ivan Meguerditchian 124ème en 6h41'45''

42km Duo

Pascal Cougnon et Mélissa Grignard  réalisent un joli podium  ''2ème Duo Mixte en 5h40'13''

  • 6/10

TRAIL DU PETIT SAINT-BERNARD :

Un grand Bravo à Patrick Leger ; Finisher en 148ème position et 11ème V2 en 11h09'38" !!!

  • 11/10

ULTRA DU BEAUJOLAIS /110KM et 5200mD+ Cublize  (Rhône)  

Après une superbe remontée de bout en bout , Pierre Hay est arrivé après 110km parcourus 239ème et au pied du podium 4ème en 20:49:08 !

  • 12/10

COURSE DES ETOILES : à Bagnères de Bigorre. 70km et 4800mD+.

 Un grand bravo également à  Alexandre Billaud qui a bouclé son épreuve .Classé 94ème et 27ème M1 en 12:55:48 !

  • 20/10

TRAIL LES ETOILES DE LAPCHA : 8km

Félicitations à Margaux et  Olivier Gilardin pour leur belle course au trail nocturne et très humide  . Margaux termine 2ème féminine et 13ème au scratch alors qu' Olivier termine 14ème sur 98 ! Bravo à tous les deux

  • 17au 20/10

DIAGONALE DES FOUS à La Réunion : 165km et 9600m D+  ; Grosse malchance pour notre valeureux  Franck Brochain qui après

un superbe parcours sur 130km a du jeter l’éponge  à 35km de l'arrivée , suite à une luxation du genou ! Une année de préparation particulièrement rigoureuse anéantie ! Quelle frustration !

Voir son récit de course sur :  FRANCK BROCHAIN- DOSSARD 2319 - MA DIAGONALE DES FOUS

  • 27/10

GRAND RAID DES CATHARES  : RAID DES HERETIQUES :  62km et 2727m D+.

Un très gros bravo à Eric  Marcenne qui a réalisé un bel exploit en se classant 37ème et 12ème M1 sur 370 inscrits dont un

grand nombre de spécialistes locaux  en 07h47'52

TRAIL DES COLOMBES 41km et 1300mD+

 Dans la famille Marcenne,  Anne n'est pas en reste ! Partie tranquillement en milieu de peloton pour une simple sortie longue  et après une superbe remontée elle se classe 101ème et 9ème M1 sur 550 participants en 05h09'19

  • 27/10

FESTIVAL DES HOSPITALIERS : 75 km et 3500MD+

Thierry Clément, après avoir parcouru cet été l'intégral du GR20 en Corse avec l'ami Gilles Chiron et quelques autres a terminé ce bel ultra trail en 12h16'

  • 31/10 au  3 /11 

ULTRA RUN RAJASTAN : 250 km et 5000m D+

Encore un superbe exploit en Ultra Trail très longue distance pour Vincent Hulin  qui se classe  3ème exæquo en  57h24 et une pensée pour William Beaumont , obligé de jeter l’éponge suite à un gros coup de chaud !

 

SOLUKHUMBUTRAIL : 325km et 16  000 mD+ NEPAL en 15 étapes à partir du 29 septembre

 

Bravo à Rémi Bessemoulin qui participe actuellement à cette épreuve hors du commun comme  coureur / kiné


 

BILAN NATURE ET TRAIL SEPTEMBRE ET OCTOBRE 2019BILAN NATURE ET TRAIL SEPTEMBRE ET OCTOBRE 2019BILAN NATURE ET TRAIL SEPTEMBRE ET OCTOBRE 2019

Marche Nordique :

N’oublions pas nos amis Marcheurs Nordiques, toujours très discrets et qui sous la houlette  de Gilles Chiron ont réalisé  également de trés belles épopées cet été  tels le GR20 en Corse et plus récemment le Tour du Mont Blanc , sans compter leur participation au tral des Gorges du Chambon (résultats ci-dessus) !

Et pendant ce temps là , le dimanche à Givray ....

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 23:28

Depuis le dimanche 13 octobre, je suis sur l’ile de la Réunion. Après, 3 jours de travail, le jour J du départ est arrivé. Vers 15h, je m’habille pour la course et finalise mes derniers sacs à déposer aux 3 bases de vie – Cilaos – Ilet Savannah et La Redoute. Je descends vers le lieu de départ de la navette St Denis - St Pierre, sur le bord de l’océan - arrêt Barachois. Nous sommes une centaine de trailers à attendre les bus. A 16h15 - l’heure annoncée, les bus arrivent mais ils ne s’arrêtent pas et nous font signe d’aller plus loin. Nous prenons tous nos sacs et marchons jusqu’au début de la route du littoral soit 500m plus loin – 1er couac.

Nous nous installons pour 2h00 de voyage au gré des différents coureurs à récupérer sur le trajet. Arrivé à St Pierre vers 18h30, je prends la direction du dépôt des sacs des bases de vie. Cela bouchonne, c’est un peu l’anarchie et l’organisation est un peu dépassée – 2ème couac. J’attends facilement 45mn et j’en profite pour me restaurer. Je dépose mes 3 sacs, et je récupère auprès des bénévoles un bracelet de course jaune oublié la veille lors de la remise des dossards. Je passe ensuite assez rapidement le contrôle des sacs de course et accède alors à ce grand parking de graviers d’avant départ – il est  19h30, je suis impatient d’être sur la ligne de départ. Je vais prendre un café, une compote et une banane à un stand et je tombe nez à nez avec une connaissance avec qui je jouais au foot au stade poitevin il y a 30 ans. C’est dans ce genre de situation que l’expression  « le monde est petit » prend tout son sens. Je m’approche ensuite le plus près possible des barrières à 50m de la scène d’animation. Je m’installe à peu près 1h45 avant la course. Et c’est là que me revient ce que m’avait conseillé Sandrine : « Prends un carton – tu pourras ainsi t’y allonger avant le début de la course »  – 3ème couac j’ai oublié le carton.

Je me pose, mets mon coupe-vent et fais une petite sieste de 30 mn. Nous sommes à 1h du départ, l’animateur commence à chauffer les spectateurs et les trailers.

A l’arrivée des élites, d’un seul homme tout le monde se lève et se presse vers les barrières. Des sacs, des lunettes, des dossards, des clés de voiture sont égarés et de multiples annonces de recherche sont passées par le speaker. 15mn avant le départ, les bénévoles forment une chaine humaine main dans la main et accompagnent les élites vers l’arche de départ. Les grilles s’ouvrent et les anonymes suivent les élites. Il est 21h55 et je me prends en photo avant le départ.

FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -

 22h02 le départ de la course est donné.

D’abord au pas pendant 100m, je commence à courir. La foule est amassée tout au long du début du parcours. Les encouragements fusent, les enfants tendent leur main. Cette avenue de départ est noire de monde. Une sensation à la fois d’oppression et de liesse. C’est énorme. Et cela dure, c’est magique, je n’ai jamais vécu un truc pareil et je profite, je profite comme un môme. Un feu d’artifice est tiré et des groupes jouent de la musique sur notre passage. Je suis grisé, je souhaiterai partager ces instants, communier mon bonheur de vivre ces moments, mais je suis seul. Nous sortons de Saint Pierre au bout de 30 mn et commençons à traverser les champs de cannes à sucre. Les frontales sont allumées et une ligne de lumière s’étire dans la nuit. Nous montons toujours et le sentier se rétrécit. Nous sommes les uns derrière les autres et cela bouchonne au franchissement des multiples échelles qui se succèdent. Après 15km, je passe le 1er ravito assez rapidement. J’enchaine vers le second au 25ème km où la température a baissé de manière significative. Il fait froid, je mets mon coupe-vent et mes gants. Heureusement que l’on m’avait prévenu, je n’aurai sinon jamais pensé à les mettre dans mon sac ainsi que mon bonnet. Les nuits seront très fraiches au niveau des sommets. J’arrive au petit matin au parking Aire Nez de Bœuf 2040m – 38 km de fait. Il fait très très froid, le sol est blanc, il a gelé dans la nuit – le thermomètre est descendu à – 4°. Je prends une soupe chaude, un café et quelques fruits secs. Je descends vers Mare à Boue par des singles à travers des prairies puis arrive à un panneau indiquant Piton des Neiges.

Dans ma mémoire, je ne pensais pas  y passer mais bon c’est le chemin fléché donc j’y vais. Du parcours je n’ai retenu que les bases de vie et leur kilométrage. Heureusement il est matérialisé sur mon dossard. Je suis sur une partie bitumée, je cours pendant 2 km pour rejoindre le ravito Mare à Boue.
Il est un peu moins de 8h, il fait déjà chaud et j’ai faim. Je m’attarde un peu pour prendre des pâtes et du poulet massalé, je fais le plein d’eau et de coca quelques fruits et c’est reparti. L’arrêt a duré moins de 20mn. Je pars pour 8-9 km de montée dans des chemins humides et boueux à travers des rondins de bois plus ou moins gros et glissants.

Je prends l’allure d’une  locale accompagnée d’un ami breton et pendant toute la montée, elle parle de son île – de sa faune, sa flore, ses coutumes et de sa gastronomie. Je bois ses paroles. Je suis captivé par ses récits

 

 

J’en oublie que je suis dans une partie montante dans la boue et qu’à tout moment je peux glisser. Je grimpe vers coteau Kerveguen 2200m. Je descends ensuite vers Mare à Joseph ;  partie technique et périlleuse pour enfin arriver à Cilaos ; 1ère base de vie.

Il est à peu près 13h soit 65 km en 15h. Je récupère mon sac et me dirige vers les vestiaires du stade. Je ne fais pas l’erreur du GRP. Je me douche (à l’eau froide) et me change entièrement. Je me passe de la crème sur les pieds – pas une ampoule – je laisse une recharge de frontale et prends une deuxième lampe, je refais le plein de barres de céréales, recharge mes flasques et m’alimente un peu. Je repars. J’ai dû m’arrêter 30 à 40 mn et possède plus de 4h d’avance sur la barrière horaire. Tous les voyants sont au vert. La reprise est difficile avec la chaleur, heureusement le parcours est descendant. Je récupère le sentier Taibit après une raide montée. J’ai alors une superbe vue sur le cirque de Cilaos.

Je prends une photo et je repars.

 

L’ascension du Col du Taibit 2080m est compliquée avec des pourcentages importants. A mi-chemin, je m’accorde une petite pause, le temps de prendre une tisane « ascenseur », comme me l’avait conseillé Axelle. .J’arrive en haut au-dessus des nuages et m’arrête quelques instants pour contempler le spectacle d’un superbe coucher de soleil. C’est si beau, que je suis ému d’une telle vue et à la limite de pleurer. La fatigue commence à se faire sentir.

 

Je reprends la course et descends jusqu’à Marla. Il fait nuit, il est 19h. Je prends de la soupe, du salé et du café, je mets mon coupe-vent et mes gants et je repars. Je poursuis par l’ascension vers la Plaine des Tamarins puis le col des bœufs  et m’engage ensuite vers la plaine des Merles à 1805m où je me restaure d’aliments chauds.

 Le départ a été donné il y a 24h, j’ai parcouru 85km, il fait froid. J’appelle alors ma compagne pour l’informer de ma situation en course (ce sera le seul appel). Elle me dit que beaucoup de monde me suit sur le lien du Grand Raid. Cela fait du bien de l’entendre et de se sentir soutenu. Je raccroche et m’accorde une sieste de 20 mn emmitouflé dans ma couverture de survie. Je me réveille et me rappelle les conseils de Jacky « Ne t’arrête pas avant le 100ème km ». Pourquoi n’y ai-je pas pensé avant ? Je repars et regarde mon avance sur la barrière horaire +4h  - c’est encore bon !

 Je descends vers sentier Scout. J’ai l’impression d’être revenu à Mare à Boue – mêmes conditions boueuses sauf que cela descend. Depuis 500m, je ne vois plus de rubalises, personne devant moi, personne derrière. Je m’inquiète, je ralentis puis m’arrêtes. Ouf, je vois une lampe allumée dans ma direction - un local – il s’arrête et me demande : « ça va ? ». Je lui réponds  « tout va bien, mais je ne vois plus de balisages depuis 500m ». Il me dit en créole : « t’inquiètes, il n’y a qu’un seul chemin et c’est le bon. ». Enfin, c’est ce que j’ai cru comprendre. Il ne s’arrête pas et relance. Je repars dans son sillage, j’essaie de le suivre mais son rythme est trop rapide. Je 

le laisse partir et me concentre sur le chemin très glissant. . Une fois passé le lieu dit ‘’ La Plaque’’ j’arrive sur un pont de bois. Il y a 4-5 personnes devant moi qui attendent. Je ne comprends pas cet arrêt. Le passage du pont n’est en fait autorisé que pour une personne sur une distance de 20m. Je m’y engage, le pont balance. Heureusement il fait nuit, je ne vois pas si le vide dessous est important . Après une rude montée, j’arrive à Ilet à Bourse où je prends quelques fruits et fais le plein de mes flasques.

Arrêt 5mn, je repars. Je continue de descendre puis attaque un raidillon escarpé. J’arrive en haut fatigué et dans la descente vers le prochain ravito Grand Place les Bas, je recherche un endroit pour me reposer. Je m’écarte du chemin pour ne pas être gêné par les lumières des frontales et je m’installe sur un parterre de mousse (Merci Sandrine). J’ai suivi également les conseils de Jacky, je regarde ma montre j’ai parcouru 96km.Il ne fait pas froid, pas besoin de sortir la couverture de survie. Je m’allonge et m’endors rapidement. Je me réveille – mon sommeil n’a duré que 30mn  mais je me sens déjà beaucoup mieux. Je repars, fringant, jusqu’à Grand Place où je m’attarde très peu de temps. A peine 5mn pour prendre des fruits et du coca. Je descends ensuite à la queue leu leu une partie périlleuse où tout dépassement est risqué voire impossible. Je me cale dans la foulée de la personne devant moi et je le suis jusqu’en bas. A l’issue mes cuisses sont en feu et je m’accorde une petite halte avant d’entamer la montée vers le prochain ravito. Les montées sont de plus en plus sèches et très pentues, pas de lacets, direct dans le dur. J’arrive en haut de cette partie et entame une descente périlleuse vers le prochain ravito. Il fait encore nuit, je me restaure en aliments chauds et prends un café. Je fais également le plein de mes flasques. Je m’assieds et entends un groupe discutant sur la suite du parcours – 5h encore pour atteindre le sommet du Maido. Je regarde ma montre et repars afin d’être là-haut vers 10h30. Je monte vers Roche Plate et j’ai bien fait dans ma préparation de suivre à la lettre les conseils de mon coach Kiki – « entraine-toi à monter des marches plus ou moins hautes. Tu vas en bouffer jusqu’à en avoir une aversion ». Pendant 1h30 je ne fais que gravir des marches de rondins et c’est interminable.. J’arrive au sommet de Roche Plate - un cimetière à ma gauche et une vue splendide.

Le soleil vient de se lever et je ne m’attarde pas car je crains la chaleur dans la montée du Maido. Je descends 2-3 km et arrive au ravito de l’école de Roche Plate. Je me restaure et fais le plein de mes flasques. J’ôte mes chaussures et me fais un soin des pieds. Impressionné,  toujours aucune ampoule (un p’tit clin d’œil à Greg).

 

  Je repars après 15mn d’arrêt vers la montée du Maido qui se dresse devant moi. Ce n’est pas possible, nous n’allons pas monter tout en haut de cette masse rocheuse ! Un concurrent me dit : « Ne regarde pas en haut cela va te plomber le moral ». Pendant plus de 2h je vais me rappeler cette phrase. Je pars prudemment vers La Brèche - début de l’ascension. Il est 7h30 et la chaleur commence à monter. Je continue, toujours plus haut, toujours plus chaud.

 J’entends des encouragements au loin mais ne perçois rien. Je n’ose regarder vers le haut pour ne pas me décourager. Pas à pas, je me rapproche du sommet, mais que c’est long. Je fais une première halte et en profite pour mettre ma casquette saharienne. Je repars et continue à gravir ces rochers imposants. Je double de nombreux concurrents arrêtés sur les côtés du chemin. Merci Kiki pour tes conseils précieux.

A moitié d’ascension j’entends de mieux en mieux ces encouragements. Je ne lève pas la tête et continue de grimper. C’est alors que devant moi un local me dit : « un tang ? ». Pourquoi me propose-t-il un jus d’orange d’il y a 30 ans ! Eh non, il s’agit d’un tangue, un petit rongeur ressemblant à un hérisson à poil blanc. Il vient de traverser le chemin et s’est posté juste à côté. Non craintif, il se tient visible de tous. Je reste concentré sur mon ascension et ne prends pas le temps de sortir mon téléphone pour prendre une photo de cet animal rare. Il fait chaud, j’ai hâte d’arriver en haut. Je continue, les clameurs se font de plus en plus audibles. Je relève la tête et aperçois des points de couleur tout en haut de cette masse rocheuse qui se dresse devant moi. Cela me paraît encore très loin. J’ai l’impression de ne pas avancer. Allez continues, mais ne relève plus la tête. C’est là que les bâtons m’auraient été utiles.

 Je continue à gravir ces marches naturelles qui me semblent de plus en plus hautes. Je progresse moins rapidement que je le souhaiterai mais j’avance. Je m’autorise un second stop dans une des dernières portions ombragées avant l’ascension finale. Je prends une barre énergétique et quelques fruits secs, je mets mes lunettes de soleil et je repars. Je croise de plus en plus de supporters ou de randonneurs qui descendent. C’est bon signe, le sommet est proche. Il fait chaud et je souhaite en terminer rapidement avec cette ascension. J’arrive sur un replat cela fait du bien d’avancer un peu plus vite. Les clameurs sont là toutes proches. Je relève la tête et je les vois, ils sont nombreux et ils encouragent les coureurs quels qu’ils soient.

Encore 500m à gravir - 400m continue ! – 300m tu y es presque – 200m je vois le sommet – 100m que c’est bon ces encouragements – 0 J’y suis – Yes ! Là-haut, je m’autorise un arrêt pour prendre une photo du cirque de Mafate. C’est somptueux !

FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -

Je m’attends à voir le ravitaillement au sommet mais non encore 1 à 2km et j’y suis - Maido Tête Dure. Il est 10h passé, je suis en avance sur mes prévisions. J’ai désormais 5h30 d’avance sur la barrière horaire. Je suis bien – pas de crampes, ni d’ampoules, ni de douleurs traumatisantes. Je me restaure en salé – saucisson, tuc, jambon – du coca coupé avec de l’eau. Je fais le plein de mes flasques. Il fait très chaud. Je regarde le profil du parcours – 15km de descente jusqu’à la seconde base de vie. Je reprends la marche en finissant de manger quelques fruits et un verre de coca. Le début de la descente vers ilet Savannah est une succession de montagnes russes pendant 2-3km. Un vrai casse-pattes.

FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS - FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -

J’attends avec impatience la vraie descente. Elle arrive, le chemin est propre, sableux avec des marches formées par des rondins de bois. Je reprends la course doucement. Cela fait plusieurs heures que je n’ai pas emmené une telle allure. Je suis confiant sur ma résistance physique. Si la descente est ainsi jusqu’en bas j’y suis dans 2h.

Je continue, l’allure est bonne. Je n’en fais pas plus, je reste sur un rythme de 8-9 km/h. Je traverse une partie ombragée rocheuse, je perds l’équilibre. Mon corps part en avant et par reflexe je me bloque en arrière afin d’éviter la chute. Je sens mon genou gauche se tendre et être à la limite de la rupture. Je réussis à éviter la chute et continue sur mon élan 4 ou 5 enjambées. J’ai alors une vive douleur au genou. Je marche un peu afin de voir si  la douleur est moindre. La douleur est bien présente. Cela ne va pas, cela ne doit pas s’arrêter maintenant, c’est impossible après tous ces efforts consentis. Je me pose à l’écart du chemin et sors une bande d’élastoplaste.

Je me surprends, j’ai prévu dans mon sac une paire de ciseaux. Tous ces signes positifs me font du bien et me rassurent. Pas d’ampoules, pas de crampes, en avance sur mes prévisions…Ce n’est qu’une péripétie que je vais et dois gérer au mieux. Je coupe des bandes de 15-20 cm et je me strappe le genou. Je vais descendre ainsi jusqu’à la seconde base de vie. Je reprends la marche, la douleur est moins vive. Il me reste encore 10km à descendre. Et pendant ce trajet, je vais cogiter. Pourvu que cela tienne jusqu’en bas et là je me ferai soigner par des professionnels. L’arrêt définitif est à cet instant non envisageable et non envisagé. Je marche – j’évite toute reprise de course. Que c’est long 10km de descente en claudiquant. Je perçois les premières habitations ainsi que l’océan. Cette vue est accueillie avec empressement. Je m’interroge sur la suite mais mon but 1er est d’atteindre ilet Savannah. J’y suis presque et la douleur se fait de plus en plus vive. A chaque pas, elle est désormais plus que présente. Mon strapping de fortune ne fait plus l’effet escompté. Cela pue ! Mais je continue sans faire paraître mon chemin de croix aux nombreux supporters présents, qui attendent leurs amis, compagnes et compagnons respectifs.

 Je suis désormais à Ilet Savannah, il est 14h30 et je vais récupérer mon 2ème sac. Je prends une douche (toujours froide), arrache mon strapping  et je me change. J’arbore maintenant le second maillot sans manche de la Diagonale. Je compte à cet instant le porter jusqu’à la Redoute. Je vais à la tente des kinés et podologues pour me faire soigner. Je souffre mais je serre les dents. Deux jeunes praticiens m’auscultent et diagnostiquent une luxation du genou. Et alors, que faire maintenant ! Ils me posent un strapping mais me préviennent que c’est uniquement pour le maintenir dans l’axe. Sur la table, mes pensées se bousculent. Je repars ou pas ? Je souhaite prendre cette décision seul, pas d’appel à ma compagne ou à Kiki. Cette décision m’appartient, je la souhaite la plus réfléchie possible sans pression d’aucune sorte.

Je remets mes chaussures et essaient de trottiner jusqu’aux tentes de ravitaillement. Impossible, cela me lance au sein de la partie externe de mon genou gauche. Je réfléchis, il me reste 35 à 40 km avec quelques parties encore bien compliquées. Tout allait bien, il y a 3h ce n’est pas possible de m’arrêter là. Allez un essai en marche rapide – même douleur. Je me rappelle les paroles de JPP lors de la MaxiRace à Annecy : « Ne rend jamais ton dossard, tu le regretteras plus tard ». Je m’interroge, je regarde le profil du parcours. Prochain ravito dans 8km et 4h30 prévu pour y parvenir. Dans mon état, je me dis, je pars pour 5h de souffrance. Je veux continuer mais est-ce raisonnable ? Ne vais-je pas aggraver ma blessure ? Je suis à la Réunion, le relief n’est pas celui de Givray ou du Bois de Saint Pierre. Mes pensées se bousculent, ma tête me dit de continuer et mon corps souhaite se préserver de blessures plus graves. Je me restaure et vois plusieurs coureurs doublés repartir. Malgré la difficulté de ce raid, je me dis : « ils ont de la chance ». Je me rends à la table de chronométrage et je leur dis « je m’arrête  là »…Je ne peux prononcer le mot « abandon », c’est trop dur de s’arrêter si près du but. J’en suis persuadé, j’avais tout fait bien : la longue préparation, l’alimentation, la gestion de ma course et j’y étais, oui j’y étais presque …Une personne me retire la puce de mon dossard ainsi que ma plaque d’identification attachée à mon sac. Je suis vidé. J’ai pris, j’essaye de m’en persuader encore aujourd’hui, la décision la plus sage dans un souci d’intégrité physique. Mais que c’est dur à accepter ! Que c’est dur d’être si près du Graal et d’échouer. Dossard 2319 – ma diagonale est terminée mais non aboutie. Peut-être une prochaine fois !

FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -
FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -
FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 18:03
GRAND TRAIL DU SANCY - 60KM ET 3350M D+  UNE REUSSITE BIEN  RECONFORTANTE

196ème et 2ème M3 en 9h28'58" sur 750 partants et 544 arrivants

PREAMBULE :

Photo Axelle Barnas

En repos forcé mais prévu, pour 2 ou 3 mois, çà m’est l’occasion de revenir par un petit CR sur ‘’LE GRAND TRAIL DU SANCY’’ ma dernière épreuve en catégorie V3

En effet, bien que 8ème année dans cette catégorie, je devrais me retrouver M6 (V6) au 1er novembre avec les nouveaux règlements de la FFA ….. Quel coup derrière les oreilles !!!

Quoiqu’il en soit, pour un retour sur cette épreuve  où j’avais terminé 1er M3 et 56ème au scratch en 8h56  en 2012   je suis très satisfait de n’avoir perdu qu’une trentaine de minutes en 7 ans, malgré quelques soucis de santé .

Je m’étais inscrit  à cette course dans le but d’obtenir

mon 2ème trail de 85 points, nécessaire pour pouvoir m’inscrire à la Diagonale en 2020. Après le trail de  Guérlédan en juin qui s’était relativement bien passé,  j’ai senti  la forme revenir durant tout l’été. Une assez belle course au trail de Chauvigny fin août confortait cette sensation.  C’est donc  rassuré et confiant que je prenais la route du Mont Dore en compagnie des copains Daniel et Lulu qui participaient au 19km  !  D’autres copains du club devaient également participer  ; Audrey sur 19 km, Axelle et Jérôme sur 33km .

Installation à l’auberge de Jeunesse  ’’Chalet Le Grand Volcan’’ où nous logeons à chaque séjour  au Sancy lors de  nos week-ends choc ; Repas traditionnel  du samedi  , ‘’ une succulente truffade’’ . Pas vraiment dietétique une veille de course , mais en étant raisonnable sur la quantité , çà  passe bien !

La course :

Ayant préparé mon  sac et tenue de course  le  soir même ,  je me levais dimanche à 4h00 sans aucune pression. Petit déjeuner rapide  avec mon gâteau sport traditionnel et direction le Mont Dore à 4km !

Vers 5h15, je suis sur la ligne de départ . La veille aux dosssards, on nous avait annoncé très froid en altitude , rafales de vent et grosses intempéries, mais pour l’instant  la météo est clémente. Je mets juste un petit coupe vent sans manches et l’imper dans le sac.

Le speacker nous confirme cette météo  capricieuses et  un point noir , une barrière horaire de déviation pour cause d’orages sera mise à l’intersection de la vallée de Chaudefour  (47km) à 12h30 (alors que la barrière du col de la Croix St Robert (40km) est déjà à 12h30 !!! Ce qui durcit considérablement les délais !

A 5h30 , c’est parti pour 5km en côte douce , d’abord sur la route puis sur un large chemin à la sortie du Mont Dores . Dès le 2ème km , je sens que j’ai du mal à me mettre en jambes et l’on me double de tous les côtés.  Je temporise, ne voulant pas partir en surrégime  et  suis tant bien que mal le rythme du peloton . Ensuite la pente se durcit et je me sens mieux jusqu’au 1er sommet aux Plaines Brulées à 1480 m d’altitude ‘’.  Il faut être très prudent car nous sommes sur des sentes à vaches  et les appuis sont très instables. Heureusement j’ai une bonne lampe frontale !

Nous redescendons ensuite jusque à Chamalblanc  16ème km.  Beaucoup de monde au ravitaillement ; je ne m’arrête pas ayant suffisamment sur moi et c’est la remontée  au rocher  de l’aigle avant de redescendre vers La Bourboule .  Le sentier est hyper  raide et nous descendons  en rappel à l’aide de cordes qui se succèdent les unes après les autres ! C’est abrupte mais  très sympa !

Nous entamons ensuite l’ascension du Puy Gros,  600m de D+ pour à peine 3km,  c’est costaud et c’est long , mais quel panorama sur Le Mont Dore et le Sancy . Pas de problèmes particulier si ce n’est que je me sens un peu juste en montée.  Redescente rapide sur ‘’Prends toi  Garde ‘ où se situe le 2ème ravito et le pointage au 29ème km. Prévu à 10h30, j’y suis à 9h18, donc tout va bien .   Cette fois, je refais le plein d’eau et repars avec 2 tucs et 2 morceaux de St Nectaire que je mange en marchant car nous repartons en côte.

A partir de là, je suis en circuit bien connu, car c’est un parcours que nous utilisons régulièrement lors de nos week-ends ; C’est un avantage !

Longue remontée vers le ‘’col de la Croix Morand ‘’ à 1400m

undefined
Photo prise en week-end choc

d’altitude. Le chemin est très agréable, mais je pioche toujours en montée. Je sens que depuis ma reprise au début de l’été, même si la forme est revenue, les séances de montées/descentes du mardi  que j’ai évité pour préserver mon aponévrose  plantaire, me manquent dans la préparation.  Néanmoins je m’accroche en perdant régulièrement des places, que je regagnerai largement dans la partie finale, mais je ne le sais pas encore ! Après le col, çà

Photo prise en week-end choc

remonte au ‘’Puy de la Tache’’ à 1629m, puis au ‘’Rocher de l’angle’’ à 1729m. En connaissant le parcours, je sais à chaque fois que l’ascension repart à nouveau, mais pour ceux qui découvrent, çà casse le moral et je les entends pester !

Je réalise une belle descente jusqu’au ‘’Col de la Croix St Robert’’. C’est mon point fort et je me lâche en choisissant malgré tout mes appuis pour mon souci de pied.

Arrivé au ravitaillement j’accuse le coup, je me suis peut-être un peu trop lâché et j’ai un petit coup de mou. Au pointage 11h17 pour la barrière initiale à 12h30. Ca irait, sauf, qu il ne va pas falloir chômer pour atteindre la barrière non prévue

Axelle et Jérôme

au Puy des Crebasses ! Heureusement Axelle et Jérôme qui ont couru le 33km la veille sont là . C’est une bonne surprise ! Ils me remplissent mes flasques d’eau, je prends 2 tucs et 2 morceaux de St Nectaire. Pas le temps pour des effusions !

J’attaque la montée du ‘’Roc de Cuzeau’’ d’un bon rythme et là encore, je sais que l’on redescends un peu avant de remonter au ‘’Puy des Crebasses’’ . Grosse pression de ne pas passer et je ne peux me permettre d’échouer, je n’aurais pas mes points pour la Diago ! A cause de la météo, quelle frustration ! Finalement je passe la bifurcation avec 2’ d’avance.   

Et cette vallée de Chaudefour, c’est le clou du spectacle !

Dans la vallée de Chaudefour , photo week-end choc !

Quel panorama, j’aurais eu de la peine d’en être privé. Longue descente jusqu’au fond de la vallée. J’ai des ailes et malgré la technicité je remonte quelques concurrents. En bas, il y a un point d’eau et j’en suis fort aise car mes flasques sont presque vides. Je n’ai pas le temps de m’attarder sur le paysage somptueux, d’ailleurs les premières gouttes de pluie arrivent et une remontée de 5km et  650mD+ m’attend. Je sais qu’il me faudra au moins 1h30  de montée pour arriver au Sancy

Vallée de Chaudefour ; Photo prise en week-end cho

Les premiers lacets sont difficiles avec de grosses pierres glissantes sur lesquelles il est impossible de courir. Il faut sauter de l’une à l’autre ! Ensuite cà serpente régulièrement  en sous bois et je maîtrise parfaitement cette montée. En haut, en sortant du bois, çà se corse et là, il faut du mental, on aperçoit au loin, mais  très loin le sommet du téléphérique du Puy de la perdrix vers le col du Fer

rand  où l’on va passer. La pluie se met à tomber, le vent s’intensifie. J’ai une bonne allure et je retarde le moment de m’arrêter pour mettre ma veste imperméable, mais finalement j’y suis obligé. Heureusement car ensuite, c’est le déluge. Néanmoins j’avance toujours de mieux en mieux. Je passe au ‘’Col de la Cabane’’ avec près de 2 heures d’avance sur la barrière.

A peine le temps de reprendre un peu d’eau et je repars pour la dernière portion. Le Sancy  est dans une brume totale, une vraie purée de pois!  le vent et la pluie sont glacials. Nous redescendons par la piste de ski et ce n’est pas le pied. Cette piste est affreuse, plein de petits cailloux qui roulent sous les pieds. Je préfère la descente technique du Val de Cours ! Mais avec la pluie battante, pas le temps de s’apitoyer, je dévale en doublant les concurrents de la fin du  19km et beaucoup du 60km. Il est vrai que la descente c’est mon point fort et je ne m’en prive pas, je double, je double. J’en oublie mon aponévrose ! Les derniers km se courent dans un ruisseau de pluie, mais l’arrivée est proche.

Arrivé au Mont Dores, je retrouve Axelle et Jérôme qui attendent sous la pluie. Merci pour la photo d’arrivée !!!

Je rejoins ma voiture et transi de froid, j’ai du mal à me changer.  Mes  vêtements collent au corps et j’ai les mains gelées.  Un bon thé au bar avec Maryvonne et les copains  finira par me réchauffer ! Par contre, impossible d’aller prendre le repas d’après course ; Rien ne passerait !  Il faudra attendre un bon petit resto le soir !

Au final, alors que dans un 1er temps je me trouvais classé 220ème et 2ème M3, je me retrouve 197ème et toujours 2ème M3 après la réactualisation des coureurs déviés et classés à tord ! Ca ne change pas le temps 9h26’58 ‘’ mais entrer dans les 200 premiers, c’est mieux, avec en outre la satisfaction d’avoir doublé 60 concurrents en 7km !

Ca y est , j’ai mon passeport pour m’inscrire à La Diagonale des Fous 2020 avec les copains et copines de l’EPA  !

Maintenant, repos jusqu’à la fin de l’année après une petite intervention par PRP pour tenter de résoudre  ce problème d’aponévrose qui me gène dans la vie quotidienne depuis 18 mois  et j’espère une belle année 2020 si tout rentre dans l’ordre 

Photos Axelle BarnasPhotos Axelle Barnas

Photos Axelle Barnas

Je rejoins ma voiture et transi de froid, j’ai du mal à me changer.  Mes  vêtements collent au corps et j’ai les mains gelées.  Un bon thé au bar avec Maryvonne et les copains  finira par me réchauffer ! Par contre, impossible d’aller prendre le repas d’après course ; Rien ne passerait !  Il faudra attendre un bon petit resto le soir !

Au final, alors que dans un 1er temps je me trouvais classé 220ème et 2ème M3, je me retrouve 197ème et toujours 2ème M3 après la réactualisation des coureurs déviés et classés à tord ! Ca ne change pas le temps 9h26’58 ‘’ mais entrer dans les 200 premiers, c’est mieux, avec en outre la satisfaction d’avoir doublé 60 concurrents en 7km !

Ca y est , j’ai mon passeport pour m’inscrire à La Diagonale des Fous 2020 avec les copains et copines de l’EPA  !

Maintenant, repos jusqu’à la fin de l’année après une petite intervention par PRP pour tenter de résoudre  ce problème d’aponévrose qui me gène dans la vie quotidienne depuis 18 mois  et j’espère une belle année 2020 si tout rentre dans l’ordre .

 

GRAND TRAIL DU SANCY - 60KM ET 3350M D+  UNE REUSSITE BIEN  RECONFORTANTE
GRAND TRAIL DU SANCY - 60KM ET 3350M D+  UNE REUSSITE BIEN  RECONFORTANTE
Partager cet article
Repost0

Profil

  • Kiki 86
  • FINISHER  : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012  ou je me classe 1er V3 , 2017
UTMB : 2008 et 2011 
Marathon des Sables 2010
Objectif : Diagonale des fous 2021 avec les copains de l'EPA86
Date de naissance : 28/08/1952
  • FINISHER : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012 ou je me classe 1er V3 , 2017 UTMB : 2008 et 2011 Marathon des Sables 2010 Objectif : Diagonale des fous 2021 avec les copains de l'EPA86 Date de naissance : 28/08/1952

L'ULTRA POUR HORIZON

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PALMARES

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
DERNIERS RECITS D'ULTRA-TRAILS

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'ÎLE INTENSE "LA REUNION"

REUN---1036-.JPG

 REUN---602-.JPG

 

° RANDOS ET RANDOS-TRAILS SUR L'ÎLE DE LA REUNION    ....."ENTREZ et DECOUVREZ"

 

° L'ÎLE DE LA REUNION EN PHOTOS CHAQUE SEMAINE : C'EST  ICI

°°°°°°°°°°°°°°

"PASSION JARDIN" NATURE

CULTURE BIO "COMPOST AGE"

ARTICLES : C'EST ICI

Profil

VISITES

compteur de visite site web

OBJECTIFS 2021

° TRAI DES CITADELLES 70KM (AVRIL) Annulé Covid

° UTPMA 105KM (Juin) Annulé Covid

TOUR DE LA GRANDE CASSE 66 KM (AOUT)

° LA DIAGONALE DES FOUS 167KM (Ile de la Réunion, Octobre

 

      

Pages

WIDY GREGO "SPORTIF DE L'HUMANITAIRE"

Mes Entraineurs

Roger PASSARD : Professeur d'Education Physique et Responsable de l'ALERTE GRAYLOISE, qui de cancre en sport m' a propulsé en deux ans "Champion Départemental Minime de Cross" à PORT SUR SAÔNE

Jean-Pierre GORGEON : Co-équipier et Entraineur à l'ASPTT POITIERS m'a permis de réaliser :

  • 15'48"70 sur 5000m, le 14/06/1997 lors des Championnats Régionaux à NIORT (45ème Perf Nationale V1et 5ème M45)
  • 33'42"60 sur 10 000m le 31/05/1998 lors des Championnats de France Vétérans sur Piste à LYON PARILLY ( 21ème Perf Nationale V1 et 6ème M45)
  • 2h40'46" au Marathon le 12/10/1997 lors des Championnats de France de Marathon à REIMS (95èm Perf Nationale V1 et 31ème M45)

Jean-Claude FARINEAU : avec qui j'ai partagé depuis 1984, les charges, parfois lourdes de Dirigeant à l'ASPTT POITIERS, puis au PEC à partir de 1999. Grâce à ses entrainements judicieux, je n'ai jamais raté une qualification aux Championnats de France de 10 km

Jean-Paul GOMEZ :
Finaliste Olympique du 10 000m à MONTREAL en 1976 : Bien que ne m'ayant jamais entrainé m'a toujours apporté des conseils éclairés, notamment lorsqu'il entrainait  à mes côtés l'école d'Athlétisme de L'ASPTT