Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2018 2 18 /12 /décembre /2018 14:23
89ème sur 2800  en 35h08'34"

89ème sur 2800 en 35h08'34"

Jeudi 18 octobre 20h30, me voilà au départ de la Diagonale des Fous parmi plus de 2800 coureurs. Je fais un point juste avant le départ. Je me suis bien reposé, en forme, et surtout entièrement satisfait de ma préparation. J’ai le sentiment d’en avoir fait le maximum, sans en faire trop. Les quelques pépins physiques que j’ai eu au fil de la préparation ne l’ont pas impactée et sont désormais oubliés. L’attente des derniers jours était longue, maintenant j’y suis, prêt comme jamais.

22h, le départ est donné, c’est parti pour la traversée del’île ! Je suis plutôt bien placé, à environ 20m de la ligne de départ, je dirais autour de la 500e place. Les premiers kilomètres sont incroyables, des milliers de personnes bordent la route et nous encouragent. Très vite le parcours s’éloigne du front de mer et prend la direction des montagnes. S’ensuit une longue ascension de 40km et 2000m D+, peu pentu et peu technique, idéal pour débuter la course. Au milieu les champs de cannes à sucre, les kilomètres passent vite. Après une heure de course je regarde ma montre, 10km. J’ai l’impression d’être tout juste parti, c’est bon signe. Les sensations sont bonnes, ça s’annonce bien. Je passe au premier ravitaillement, Domaine Vidot, puis au second, Notre Dame de la Paix puis au troisième, aire nez de bœuf. Je m’y arrête peu, entre deux à trois minutes, juste de temps de refaire le niveau de mes flasques et de prendre un verre d’eau. Pour ne pas me laisser impressionner par la distance, je ne me représente pas la course dans son ensemble mais comme une succession d’étapes dont chaque ravitaillement marque la transition de chacune d’entre elles.

Sur ce début de course, je me force à garder un rythme tranquille car comme certains disent, la course commence à Cilaos, au 65e km. J’essaierai donc d’y arriver le plus frais possible. Malgré tout, depuis le début de la course je reprends petit à petit des places. Après environ 6h d’effort, je termine cette longue ascension et m’engage sur la première descente avant d’arriver au

"MARE A BOUE"

ravitaillement de Mare à Boue. Cette année, par chance, cette partie est sèche et donc très agréable à traverser. Je continue, et c’est une belle ascension qui s’annonce dans les coteaux de Kerveguen. La montée n’est pas facile, c’est pentu et rocailleux, mais le soleil se lève et je découvre que je traverse

REMPARTS VERTIGINEUX EN MONTANT SUR KERVEGUEN

de magnifiques paysages. Je parviens en haut et bascule dans le cirque de Cilaos, s’annonce alors une descente jusqu’à la base de vie. Bien qu’étant un adepte de la descente, celle-ci je la redoute. 2 km de descente et 750m de dénivelé négatif, c’est rude. Il y a des passages très raides, certains avec des échelles.


 

CIRQUE DE CILAOS : VUE DEPUIS LE SOMMET DE KERVEGUEN

Je prends mon temps, tout va bien mais je commence à sentir que les cuisses subissent un peu. Sur cette portion certains coureurs me doublent avec une aisance déconcertante.

CILAOS

Je n’essaie pas de les suivre au risque de le regretter dès les prochaines côtes. La descente se termine et me voilà aux abords de Cilaos. J’arrive au stade, je récupère mon sac à la base de vie et me pose sur le stade, après un peu plus de 10h de course. Mise à part cette dernière descente, je me suis bien économisé et je reste confiant pour la suite. Après 30 minutes de pause consacrés à manger et me changer, je repars propre et en forme. C’est le moment de s’attaquer l’ascension du Taïbit avec ses 1200m de D+ sur 6 km. Il fait maintenant très chaud, je veille donc particulièrement à mon hydratation car je sais que c’est un point essentiel. Je prends un rythme constant, surtout ne jamais m’arrêter. Je vois les premiers signes de fatigue autour de moi, certains s’arrêtent et commence à avoir des crampes. Je suis l’aise en montée, et dire qu’il y a six mois c’était mon point faible, je me suis tellement concentré à améliorer ce point qu’aujourd’hui c’est l’inverse !
 

RAVITAILLEMENT AU PIED DU COL DU TAIBIT
RAVITAILLEMENT AU PIED DU COL DU TAIBIT

RAVITAILLEMENT AU PIED DU COL DU TAIBIT

P'TIT BON DIEU JUSTE AVANT L'ARRIVEE AU COL DU TAIBIT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je passe le col du Taïbit, et là je vois…une mer de nuage. Dommage, je vais devoir attendre encore un peu pour découvrir le cirque de Mafate. Je redescends jusqu’au village de Marla où un ravitaillement m’attend. Après une courte pause, je repars et j’entame peu après la montée jusqu’au col de bœufs. Le col franchit s’ensuit une descente de 14km et 1100m de D-. Je me retrouve à suivre un coureur dont le rythme me convient bien, qui m’accompagnera au cours des trois prochaines heures. On avance bien dans cette descente, les sensations sont bonnes.

SENTIER SCOUT : montée vertigineuse vers les Deux Fesses et le Grand Rhein

Je vois à ma montre que la mi-course vient d’être passée, c’est encourageant et motivant car jusqu’à présent tout va bien. L’euphorie que je ressens à ce moment ne va pas durer, car quelques kilomètres plus loin, subitement plus rien. Mon corps me lâche, je suis victime de la chaleur et d’une grande fatigue musculaire. J’atteins péniblement le ravitaillement Ilet à Bourse, au 97e km. Je prends quelques minutes pour me passer sous l’eau et reprendre mes esprits. Puis je me remets en route, c’est difficile mais j’ai tout de même un peu moins chaud. Je m’étais préparé à avoir un tel coup de fatigue, j’ai déjà connu ça pendant ce type d’effort. Je m’accroche, j’oblige mes jambes à avancer coûte que coûte, je sais que la forme va revenir. Alors que je pense revoir passer devant moi bon nombre de coureurs, ce n’est pas le cas. Je m’aperçois que ceux qui m’entourent sont dans le même état que moi, voire pire.

MONTEE VERS ROCHE PLATE : PITON CABRI (au centre du Cirque)

Je continue difficilement, prochain ravitaillement à Grand Place, dans trois kilomètres. La progression est compliquée mais j’y arrive déjà un peu mieux. Les pauses commencent à être plus longues, depuis que je ressens le besoin de m’asseoir à chaque ravitaillement elles approchent des 10 minutes. Je repars, et après quelques kilomètres j’entame la montée au Maïdo, soit 1500m de D+ en 11km. Après  500m de D+, le ravitaillement de Roche Plate me permet de faire une pause dans cette montée interminable. Pour la première fois les bénévoles m’annoncent ma place, 89e. Belle surprise, ça fait du bien au moral après ces 3 dernières heures très difficiles. Ça commence à aller mieux, je repars et me retrouve à nouveau seul, la nuit est tombée. Je sens que je suis revenu dans un état suffisamment bien pour aborder la dernière partie du Maïdo, la plus raide et la difficulté majeure de la course. De plus, la nuit m’évite de passer cette partie sous un soleil de plomb comme ce sera le cas pour beaucoup de coureurs, un avantage considérable. Je rattrape un petit groupe auquel je me greffe. On s’arrête quelques secondes à chaque quart de la montée, indiquée par une marque sur des rochers. Ça permet de souffler un peu et de faire passer un peu mieux l’effort, qui durera tout de même 2h15 sur cette dernière partie. Je vois au loin une lumière en haut du Maïdo, c’est le col que je dois franchir et où du monde doit probablement encourager les coureurs. Ça semble tellement loin…je me reconcentre pour ne plus y penser et me replonger dans ma bulle. L’ascension terminée, je relance sur le sentier maintenant plat jusqu’au ravitaillement. Que c’est dur pour les jambes, je n’arrive plus à avancer. Je me ravitaille rapidement et entame la descente jusqu’à la prochaine base de vie, au village de Sans-Souci. 13km et 1600m D-. Elle me parait interminable avec ses innombrables marches qui commencent à me faire mal aux pieds. Je commence à ne plus les supporter, je n’en ai jamais vu autant sur une course, il y en a des milliers !

J’arrive enfin à la base de vie après 25h de course. Je me pose quelques minutes en profitant des crêpes que nous préparent les bénévoles, un régal. Ça fait un bien fou à la tête et au corps. Je me dirige ensuite vers les tentes où je récupère mon sac contenant vêtements et ravitaillement personnel. Un podologue voit mes pieds et me convainc de prendre quelques minutes pour y apporter des soins. J’accepte, un peu plus de confort pour les 50 derniers km ne sera pas de trop. Et puis c’est l’occasion de m’allonger 10 minutes, c’est déjà ça. Je repars après 30 min de pause. Je m’étais imaginé dormir un peu à cette base de vie mais je n’ai pas sommeil, donc je continue. Une douleur à une cheville apparait, elle est due au frottement de mon manchon de compression sur la malléole, ce qui me vaut un bleu. Je ressens la douleur à chaque pose de pied, il reste 50km, ça me parait tenable. J’arrive tout de même à garder un rythme correct. Je traverse la rivière des galets, une épreuve que je tiens à réussir pour ne pas finir la course avec les pieds mouillés. C’est bon ! Et c’est parti pour une montée jusqu’à Dos d’Ane, 600m de D+ en 10 km. Alors que je termine juste la côte, la fatigue arrive d’un coup. Je me sens complètement épuisé, c’est maintenant la tête qui a besoin de repos.  C’est une nouvelle course qui débute. Je devrais peut-être dormir quelques minutes, mais l’idée ne me traverse même pas l’esprit. J’ai parcouru 135km, Il en reste 30, j’ai l’impression d’y être presque… en réalité je mettrai plus de 7h pour terminer. Débute alors une lutte de chaque instant dans ma tête. Je savais que la fatigue serait une des grosses difficultés pour moi. N’ayant jamais couru si longtemps, je suis dans l’inconnu. Pour m’aider à m’accrocher dans cette situation je me suis fixé une règle, qui consiste simplement à m’interdire d’abandonner quelle que soit mon état physique et mental. Ça m’a déjà été utile par le passé, maintenant également car je me rends compte que c’est ce qui me permet de passer au-delà de toutes les difficultés auxquelles sont sujets mon corps et mon esprit. Il y a d’un côté l’envie de tout arrêter pour pouvoir dormir et quitter cet état de fatigue et de douleur tellement inconfortable. Et de l’autre cette voix au fond de ma tête, que je ne contrôle pas et qui me pousse à avancer encore et encore. Dans ces moments, je pense aussi à celles et ceux qui me suivent, dont certains espèrent au moins autant que moi me voir franchir la ligne d’arrivée. C’est alors que je poursuis ma course avec la descente du chemin Ratinaud, le sentier de la Kala avant d’atteindre  le ravitaillement de la Possession.

La portion suivante n’est pas évidente non plus, il s’agit du chemin des Anglais, une voie pavée vallonnée longue de 6 km.

CHEMIN DES ANGLAIS CHEMIN DES ANGLAIS

CHEMIN DES ANGLAIS

Comme tous les chemins depuis quelques heures, ça me parait interminable. L’avantage avec la fatigue, c’est que désormais les douleurs physiques sont secondaires et très atténuées. La pluie commence à tomber, le jour se lève, et j’arrive au ravitaillement de la Grande Chaloupe. Je repars rapidement pour me confronter à la montée du Colorado, 9km et 900m de D+. C’est la dernière, mais que c’est difficile, je n’en vois pas la fin…je commence même à avoir quelques légères hallucinations, ce qui ne m’inquiète ni me surprends pas, je savais que ça pouvait arriver. Après près de 2h30 d’ascension j’atteins le sommet et m’engage dans la dernière descente, 5km jusqu’à l’arrivée. Une fois encore, ça me parait très long, jusqu’à ce que je retrouve la route toute proche de l’arrivée au stade. Il est 9h du matin, il fait à nouveau très beau, les conditions sont excellentes pour terminer cette belle et difficile course. J’entre dans le stade puis franchis la ligne après 35 heures,  8 minutes et 34 secondes de course, en 89e position.

A ce moment une seule chose me vient en tête : je l’ai fait !

ARRIVEE SUR LE STADE DE LA REDOUTE
ARRIVEE SUR LE STADE DE LA REDOUTE

ARRIVEE SUR LE STADE DE LA REDOUTE

Pas d’émotions fortes, pas de larmes, pas d’effusion de joie, je suis trop épuisé pour ça. Juste la satisfaction d’en avoir terminé, d’avoir franchi cette ligne à laquelle je n’ai cessé de penser au cours de ces 8 dernières heures.


 

DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :

Bilan à froid :

Au terme de cette aventure, c’est une grande satisfaction qui qualifie le mieux ce que je peux ressentir. Celle d’avoir osé me lancer à moi-même cet incroyable défi, celle d’avoir fait le maximum pour me préparer du mieux que je le pouvais, et bien sûr celle d’être parvenu à franchir la ligne d’arrivée après avoir fait une course dont je n’aurais pas pu espérer meilleur résultat. Un résultat dont je suis très content mais qui en réalité n’était pas l’objectif principal, du moins pour cette première expérience, tant la dimension humaine prend une part importante. Que ce soit d’un point de vue personnel, avec le fait de me dépasser, de gérer mes émotions, d’apprendre à me connaitre un peu plus, de sortir de ma zone de confort…mais aussi avec le partage présent du début à la fin de ce projet, à commencer par la préparation et les entrainements avec des gens aussi formidables que passionnés. Et pendant la course, avec les nombreux spectateurs qui encouragent chaque coureur comme s’il était un champion, ainsi que les bénévoles qui font leur maximum pour nous mettre dans les meilleures conditions possibles. Et enfin les coureurs eux-mêmes qui n’hésitent pas à se soutenir et s’entraider tout au long de la course. A mon sens, cette aventure n’est en rien un aboutissement comme je me l’étais imaginé il y a quelques années, mais bel et bien une première expérience tout à fait concluante

DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 18:52
CLEMENT MOUSSET - ANNE MARCENNE - NICOLAS GUILLOUX  : POINT COMMUN "  DE RECORD EN RECORD - SUR  TRAIL OU BITUME AVEC UNE PROGRESSION CONSTANTE "

Après les brillantes prestations de nos amis Trailers et Ultra-Trailers en août qui se sont surpassés  notamment lors de notre déplacement club sur les épreuves du GRP et sur celles de l'UTMB , et celles de septembre à Argentat  courses déjà bien relatées, passons à octobre et novembre avec quelques performances individuelles en soulignant la progression constante de leurs auteurs !

OCTOBRE : CLEMENT MOUSSET  : Tout d'abord, à tout seigneur  tout honneur , le plus bel exploit d'octobre, couronnant tout une année de préparation, la magnifique performance de Clément sur la Diagonale des Fous à la Réunion ; 89ème en 35h08'34" sur 2800 partants !

Trés prochainement, vous allez pouvoir lire le récit de cette magnifique aventure vécue par Clément !

Ce qu'il faut aussi  retenir c'est la remarquable progression sur toute une année avec des records battus notamment sur le Semi-Marathon de La Rochelle en mars où Clément pulvérise son RP en 1h21'28"

Début  avril, il récidive sur le marathon de Milan en portant son record perso à 2h51’35 ‘’ avant de se remettre au trail en prévision de la Diago.

9ème place  en 2h08 sur 21 km à Bugeat fin avril ; 54ème sur 817 concurrents en 5h04 au trail de Gavarnie en Juin, suivi d'une belle prestation 109ème sur 1514 partants en 08:38:07 sur la 6000D en juillet avant de réussir une magnifique performance sur le 80km du Tour des lacs dans le cadre du GRP fin août où  Il se classe 20ème sur  plus de 1200 partants en 12:41:51 . Performance prémonitoire qui devait le conduire à son succès sur la Diagonale en octobre !

Succès dû à un travail acharné et un très grand sérieux à l'entraînement , participant en outre au week-end club mais aussi week-ends individuels tout en étant  toujours à l'écoute des recommandations et conseils prodigués  !

OCTOBRE : NICOLAS GUILLOUT : Le petit jeune de notre groupe en pleine progression ; Il n'est que  débutant dans le domaine de  l'Ultra , mais il a encore du temps devant lui . Après une performance moyenne sur les 45km de Bugeat, il s'est mis très sérieusement à l'entraînement alternant les séances trail avec notre petit  groupe et les séances de marche nordique avec notre ami Gilles Chiron . Un plus que je pense très interressant dans les prépas Trails, tout comme le vélo. Il a lui aussi participé au week-end club et également à des  week-ends individuels!

Après une incursion sur les 108km de l'Utpma en juin , il réalise une belle 42ème place en 6h01’45 sur les 48km du Trail des Tours à Argentat  En septembre , puis une belle 37ème place sur 530 classés au Trail Larzac Dourbie  dans le cadre du festival des Hospitaliers ! Le week-end prochain il va participer au Trail nocturne de la Saintélyon où nous l'espèrons il confirmera sa belle progression !

NOVEMBRE : ANNE MARCENNE  : Comme Clément son coeur balance entre Trail et Bitume ! Nostalgie de ses débuts sur semi et marathon ? Quoiqu'il en soit , passionnée par l'ultra depuis sa belle année de Trail 2017 conclue par une Diagonale des Fous où elle aura montrée une détermination exemplaire, elle a rebâtie une saison de Trail sur l'objectif des 123km du tour des Cirques fin août !

Comme Clément également, elle débute sa saison par un beau record personnel sur le semi Marathon de la Rochelle en mars . Elle se classe 15ème féminine sur 400 filles classées et 9ème M1  en 1h38'13", ( RP et Perf qualificative M1)

Elle se remet donc ensuite au trail en avril  sur 45 km à Bugeat où elle se classe 125ème au scratch  et 3ème M1F  en 07:25:38. Montée en puissance avec la Maxi Race d'Annecy en mai avec une belle délégation EPA   85km et 5140m D+ où elle réalise une très belle course !  Fin août ce sont les 123km et 7200m de D+ du Tour des Cirques avec une nouvelle fois une très  belle délégation EPA avec entre autres  une superbe prestation de Pierre Chansigaud 89ème sur 580 partants  en 28:46:23 et Patrick Léger 125ème en 30h03’38 ! Anne réalise un superbe parcours, malgré la rudesse du parcours en obtenant une superbe 6ème place en M1 en 36h10 (285ème au scratch)

Après une courte récupèration, elle se fixe un nouveau challenge " Battre son record personnel sur le Marathon de la Rochelle" .  Deux  mois après Le Tour des Cirques, le pari est osé ! Mais Anne est une battante et lorsqu'elle se fixe un objectif , rien ne peut l'arrêter ! Changement complet de préparation et c'est  reparti pour 8 semaines  d'un entraînement intense jusqu'au jour J .

Objectif atteint : 102ème sur 1066 filles classées en 3h34'31" ! Record personnel pulvérisé de plus de 7 minutes ! ¨Performance qualificative M1 aux Chts de France (minima 3h45 en licence comp))

Pour Anne également , la réussite n'est pas un hasard mais est due à un travail acharné et un très grand sérieux à l'entraînement. Participant elle aussi au week-end club montagne mais aussi des week-ends montagne avec les copains, Pierre, Stéphanie et Eric .

Un constat ;  On peut être un Trailer confirmé et réussir tout aussi bien sur Semi ou Marathon ! Il suffit juste d'adapter pour un programme d'entraînement spécifique , ce qui n'est pas un problème pour ceux qui ont l'habitude de se faire mal  et de se donner les moyens pour réussir  ; la clef de la réussite pour devenir un bon Trailer ! 

Prochain article : le récit de la Diagonale des Fous 2018  par Clément Mousset !!!

Partager cet article
Repost0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 21:24

Résultats 2013

 

Date Distance/KM Epreuve Temps Classement Scratch Classement catégorie Vitesse km/heure
02/02/2013 44   GRAND BRASSAC 04:49:26 31/256 16/? 9,12
03/03/2013

80

VULCAIN 12:24:24 73/109 71/111

6,45

28/04/2013 60 ROC DE LA LUNE 08:43:38 21/64 20/58

6,88

26/05/2013 42,195 MARATHON DU FUTUROSCOPE 03:11:38 95/791 38/194 13,21
13/07/2013

65

AQUATERRA TRAIL 08:44:11 9/112 5/56 7,44
23/08/2013 160 GRAND RAID DES PYRENEES 34:57:00 69/436 30/146 4,58

Résultats 2012

 

DATE DISTANCE
 en kms
EPREUVE TEMPS CLASSEMENT SCRATCH CLASSEMENT CATEGORIE VITESSE/
KM/H
29/01/2012 23,28 trail du Miosson 2:02:49 73/194 33/54 11,37
04/03/2012 74 Vulcain 10:04 68/285 29/76 7,35 
27/05/2012 32 Pastourelle 3:21:59     9,51
30/06/2012 88 Ardennes Mega Trail 14:39:32 48/277   6
18/08/2012 80 Trail des castors 8:21:05 4/25 1/6 9,58
09/09/2013 60 Trail du Sancy 8:10:44 23/246 14/94 7,39
06/10/2012 190,226 24 h de Royan 24:00:00 4/26 1/1 7,93
16/12/2012 45 Trail du loup blanc 4:52:29 13/107   9,23

Résultats 2011

DATE DISTANCE LIEU ET TYPE DE COURSES TEMPS CLASSEMENT SCRATCH CLASSEMENT CATEGORIE VITESSE KM/H
30/01/2011 24 KM TRAIL DU MIOSSON 1:56:32 40/156 22/51 12,36
27/02/2011 21,4 KM "TRAIL DE BIARD" 01:40:01 19/113 7/? 12,84
26/03/2011 34 KM 1000 MARCHES 2:46:22 5/202 4/56 12.26
24/04/2011 20 KM TREFLE A 4 FEUILLES 1:25:13 9/70 5/15 14,09
06/05/2011 24 KM TRAIL NOCTURNE FORET DE MOULIERE 01:52:11 15/129 6/36

12.84

12/06/2011 65 KM LES GENDARMES ET LES VOLEURS DE TEMPS 07:16:02 61/438 17/86 8.94
10/07/2011 23 KM TRAIL ABBAYE DE VALENCE 01:59:07 36/145 16/39

11,59 

17/09/2011 143,054 24h DE ST MAIXENT 24:00:00 21/52 3/6 5,96
01/10/2011 18,6 Tour de la Vienne 01:23:00 4/32  

13,45

02/10/2011 6,29 km Tour de la Vienne 00:26:30    

14,24

13/11/2011 10 KM Ekiden nature 00:42:08 11/65 aucun  14,24

 

Mes Résultats de 2006 à 2010

DATE

DISTANCE
 en kms

LIEU

TEMPS

CLASSEMENT SCRATCH

CLASSEMENT CATEGORIE

VITESSE/
KM/H

04/06/2006

20

MIGNALOUX BEAUVOIR

1:38:00

 

 

12,24

10/09/2006

7,5

ST JULIEN L'ARS

00:33:40

74/190

 

13,37

08/10/2006

10

VOUNEUIL SOUS BIARD

00:45:33

170/ENVIRON 700

 

13,17

15/10/2006

10

POITIERS

00:44:38

91/317

 

13,44

10/12/2006

10

CHAUVIGNY

00:42:15

82/280

 

14,20

25/02/2007

16,3

SAVIGNY L'EVESCAULT

01:19:00

96/130

 

12,38

20/03/2007

21,1

SEMI MARATHON CHATELLERAULT

01:39:48

149/248

 

12,69

22/04/2007

15

NIEUL L'ESPOIR

01:10:00

 

 

12,86

27/05/2007

42,195

MARATHON FUTUROSCOPE

04:10:17

482/611

 

10,12

13/07/2007

10

DISSAY

00:42:32

25/?

 

14,11

29/07/2007

10

VICQ SUR GARTEMPE

00:42:25

29/?

 

14,15

15/08/2007

16

TRAIL ST CYR

01:19:21

47/?

 

12,10

02/09/2007

10

ISLE JOURDAIN

00:43:34

27/126

 

13,77

14/10/2007

10

VOUNEUIL SOUS BIARD

00:42:51

91/670

34/?

14,00

25/11/2007

42,195

MARATHON LA ROCHELLE

03:55:43

4416/8000

1368/?

10,74

27/01/2008

16

TRAIL MIOSSON

01:17:04

72/273

37/86

12,46

15/08/2008

32

TRAIL ST CYR

03:04:27

53/94

17/29

10,41

26/10/2008

42,195

MARATHON TOULOUSE

03:28:39

579/2776

234/914

12,13

13/04/2009

21,1

SEMI MARATHON CHATELLERAULT

01:36:15

104/292

36/76

13,15

10/10/2010

10

VOUNEUIL SOUS BIARD

00:50:14

273/771

84/157

11,94

24/10/2010

7,5

ST MAURICE LA CLOUERE

00:34:39

110/382

46/78

12,99

14/11/2010

10

MONTAMISE

00:46:42

86/383

37/103

12,85

12/12/2010

10,27

JARDRES

00:44:39

43/269

16/50

13,80

 

           
             
             
             
             
 
Partager cet article
Repost0

Profil

  • Kiki 86
  • FINISHER  : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012  ou je me classe 1er V3 , 2017
UTMB : 2008 et 2011 
Marathon des Sables 2010
Objectif : Diagonale des fous 2021 avec les copains de l'EPA86
Date de naissance : 28/08/1952
  • FINISHER : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012 ou je me classe 1er V3 , 2017 UTMB : 2008 et 2011 Marathon des Sables 2010 Objectif : Diagonale des fous 2021 avec les copains de l'EPA86 Date de naissance : 28/08/1952

L'ULTRA POUR HORIZON

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PALMARES

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
DERNIERS RECITS D'ULTRA-TRAILS

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'ÎLE INTENSE "LA REUNION"

REUN---1036-.JPG

 REUN---602-.JPG

 

° RANDOS ET RANDOS-TRAILS SUR L'ÎLE DE LA REUNION    ....."ENTREZ et DECOUVREZ"

 

° L'ÎLE DE LA REUNION EN PHOTOS CHAQUE SEMAINE : C'EST  ICI

°°°°°°°°°°°°°°

"PASSION JARDIN" NATURE

CULTURE BIO "COMPOST AGE"

ARTICLES : C'EST ICI

Profil

VISITES

compteur de visite site web

OBJECTIFS 2021

° TRAI DES CITADELLES 70KM (AVRIL) Annulé Covid

° UTPMA 105KM (Juin) Annulé Covid

TOUR DE LA GRANDE CASSE 66 KM (AOUT)

° LA DIAGONALE DES FOUS 167KM (Ile de la Réunion, Octobre

 

      

Pages

WIDY GREGO "SPORTIF DE L'HUMANITAIRE"

Mes Entraineurs

Roger PASSARD : Professeur d'Education Physique et Responsable de l'ALERTE GRAYLOISE, qui de cancre en sport m' a propulsé en deux ans "Champion Départemental Minime de Cross" à PORT SUR SAÔNE

Jean-Pierre GORGEON : Co-équipier et Entraineur à l'ASPTT POITIERS m'a permis de réaliser :

  • 15'48"70 sur 5000m, le 14/06/1997 lors des Championnats Régionaux à NIORT (45ème Perf Nationale V1et 5ème M45)
  • 33'42"60 sur 10 000m le 31/05/1998 lors des Championnats de France Vétérans sur Piste à LYON PARILLY ( 21ème Perf Nationale V1 et 6ème M45)
  • 2h40'46" au Marathon le 12/10/1997 lors des Championnats de France de Marathon à REIMS (95èm Perf Nationale V1 et 31ème M45)

Jean-Claude FARINEAU : avec qui j'ai partagé depuis 1984, les charges, parfois lourdes de Dirigeant à l'ASPTT POITIERS, puis au PEC à partir de 1999. Grâce à ses entrainements judicieux, je n'ai jamais raté une qualification aux Championnats de France de 10 km

Jean-Paul GOMEZ :
Finaliste Olympique du 10 000m à MONTREAL en 1976 : Bien que ne m'ayant jamais entrainé m'a toujours apporté des conseils éclairés, notamment lorsqu'il entrainait  à mes côtés l'école d'Athlétisme de L'ASPTT