Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 22:26

CHAM00001--4-.JPGJ1: Co voiturage avec Brice Saint Martin et Daniel Gauchet, arrivés à Chamonix en fin d'après midi.
Nous retrouvons déjà sur place Florence et Francois Meunier. Petite balade dans la ville sous le soleil en attendant le reste du groupe composé de Sylvie Chouteau, Catherine Maudet et J.P Pouplin.


Le Repas du soir s'organise en commun dans l'appartement loué par les Meunier, l'ambiance chaleureuse, tout le monde est détendu.CHAM00001--24-.JPG
Nous sommes tous excités et ravis de nous retrouver pour ce TMB.
Certains angoissent pour la météo (Francois, hyperconnecté, qui y jette un œil toutes les 30 minutes, nous communique un bulletin très détaillé mais peu réjouissant .....) d'autres pensent à leur sac en se demandant encore comment tout rentrera à l'intérieur...!!
Le débat s'anime autour du "poncho". Le prendre ou pas ? En acheter un ou pas?
Essayage concluant de notre gourou Francois, "grand chaperon rouge".
Finalement tout le monde s'équipera d'une cape de pluie (salvatrice ...), excepté Brice.

J2: lever 8h
Le soleil est au rdv.
Brice est au taquet depuis 6h....
Nous décidons de faire deux groupes:
- Marché, courses, ravitaillement, achats plaisir et achats d'équipement de dernière minute en fonction de l'évolution de la météo.
- Visite de l'Aiguille du midi avec Brice et Daniel jusqu'à 14h.
Nous ne regretterons pas nos 55€  Pour monter par le téléphérique: la vue est tout simplement magnifique, quelques nuages s'accrochent aux sommets enneigés mais nous profitons au maximum du soleil.
La vue panoramique sur la vallée de Chamonix et sur la chaîne du Mont Blanc nous donne un aperçu de notre proche périple.
C'est splphoto-10.JPGendide. Nous aperçevons quelques cordées évoluant lentement sur les névé et  les crêtes recouvertes de neige, et croisons de nombreux alpinistes (très affutés) profitant du beau temps.
Nous testons "Le Pas dans le Vide", cette cabine de verre accrochée à flanc de montagne nous donne quelques sensations et fous rires !!
La vue depuis cette cage transparente est superbe, durant quelques minutes les yeux sont comblés et nous ne savons plus où donner de la tête.
Après le repas midi commun, chacun vaque à ses occupations, profitant des dernières heures de confort:
Sieste et préparation / finalisation des sacs...ce n'est pas une mince affaire:
quoi prendre, quoi laisser? la météo est très instable.
J.P et Daniel parvienne enfin à boucler leur sac après de multiples brassages, essais, changement de stratégies...
En fin d'après midi, pour souffler un peu de ce stress du packaging, J.P nous emmène faire la "reconnaissance de l'arrivée de l'UTMB" au bar "le Chamonix" place de l'hôtel de ville en face de l'église.
Brice, toujours très concentré depuis notre arrivée, se met en condition et commande la bière locale "La Verte du Mont Blanc" aromatisée au génépi.
On se retrouve tous au bar. Super soleil et grosse chaleur.
Une pluie d'orage se met a tomber durement.
Catherine, après avoir explosé 3 litres d'eau sur la moquette en testant la poche sa à eau,  nous apprend qu'elle a laissé sécher son sac a dos et son duvet sur le balcon...!!!
Demain c'est le départ, alors on se détend et tous au lit de bonne heure.

J3: ce matin réveil 5h45photo-1.JPG
Orages cette nuit.
Brice se réveille au radar.
Daniel retrouve enfin ses lunettes de soleil en cherchant ses chaussettes !
Photo de groupe : tous prêts et hyper motivés a attaquer le TMB devant l'arrêt de bus.
Trajet (gratuit) Jusqu'à les Houches, cette partie ne semble pas avoir grand intérêt à pied, et nous souhaitons optimiser les rares rayons de soleils prévus aujourd'hui.
Dès la sortie des Houches, la pente est raide, il fait chaud et beau, le sentier est ombragé (ouf!): le ton est donné.
Une piste large en gravier suivie d'une descente sur piste goudronnée peu agréable qui tape un peu trop; les appuis sont sollicités.
La traversée du village de Bionnay nous donne l'occasion de faire le plein d'eau aux fontaines.
Assez rapidement et de façon naturelle, le groupe se sépare en deux. Brice, J.P et moi adoptons une allure plus soutenue en mode trail.
photo-3.JPGNous restons en communication permanente avec le reste du groupe grâce aux talkie-walkie de Brice et à nos téléphones portables.
Pause Sandwich et café aux Contamines en terrasse. Le soleil nous accompagne toujours, ce qui n'était pas prévu, nous sommes ravis et savourons ce moment, en écoutant JP partager son expérience de la TDS.
Nous rejoignons le groupe des Meunier.
La piste est large. Nous empruntons la voie Romaine, traversons un pont romain et sa cascade impressionnante par le débit.UTMB-00001--59-.JPG
Photo devant la chapelle de Notre Dame de la gorge.
Arrivée a 14h15 au refuge de la Balme (complet à 50 personnes, réservé par les FM depuis le mois de novembre...).
Étape de  27km 1500m D+. 6h30
UTMB-00001--75-.JPGRecup´' : Thé à la menthe et tarte aux myrtilles (un délice...). Nous attendons l'ouverture des douches a 16h.
Repos pour tous après décrassage.
Repas a 19h couché a 21h ( grosse et étape prévue le lendemain, avec ascension de 3 cols).
Excellent accueil, repas correct et refuge propre.

J4: (Anecdote :  nous avons partagé la chambrée avec un autrichien isolé de son groupe. Arrivé pour se coucher après nous, il allume en grand la lumière alors que tout le monde dort....Ensuite, Au petit matin, prêt avant tout le monde, il s'apprête a partir avec son sac a dos, et accroche le linge suspendu a un fil. J.P lui signale fermement qu'il emporte nos affaires !!)
Après une nuit plutôt calme, nous prenons le départ a 7h30 sous la pluie pour attaquer l'ascension du col du Bonhomme. La température est plus fraîche.
Comment s'habiller?
Je choisis de garder mon short (première erreur...) et de porter manchons et cape de pluie.
JP part devant pour prendre de l'avance. Suivis de Brice et moi.
Les premiers flocons de neige font leur apparition a environ 2000m.1619115_1523150661238137_409487484435760326_n.jpg
Nous marchons 1h30 sous la neige qui tombe drue. Il fait de plus en plus froid...les capes de pluie nous protègent bien, mais les extrémités commencent a souffrir.
Avec les chutes de neige, nous peinons a trouver parfois la trace qui disparaît sous un manteau blanc. L'angoisse monte en chacun de nous.
Nous parvenons péniblement a rejoindre le refuge de la Croix du bonhomme.
Je suis gelée car j'ai chuté dans un torrent en le traversant....a la limite de l'hypothermie, j'ai couru jusqu'au refuge les derniers mètres, glacée.
Chacun retrouve des forces et des couleurs après un thé ou un chocolat chaud salvateur.
Nous sommes tous frigorifiés, les pieds trempés.
Nous nous restaurons correctement et entamons la descente avec un peu d'appréhension et surtout avec 3 couches  supplémentaires !!
Plus nous descendL-aire-d-accueil-aux-chapieux.JPGons, plus la neige se raréfie, la température remonte, le brouillard se dissipe. Nous pouvons enfin apprécier le paysage et la végétation.
La descente vers les Chapieux est une prairie fleurie constituée de petits sentiers.
Il faut prendre garde aux chevilles dans cette pente herbeuse et irrégulière pour les appuis (trous et bouses de vache).
Arrivée aux Chapieux, nous rencontrons Armandine au point d'information du village et lui demandons conseil pour la suite de notre étape.
Nous avons déjà perdu 2h sur notre programme.
Par prudence, nous décidons de mettre un terme a l'étape du jour et nous renonçons a monter au col de la Seigne puis rejoindre l'arête du Mont Fabre. 10 cm de neige sont annoncés en altitude.
Nous n'aurons donc effectué ce jour que 11km et 900D+, péniblement...
Un taxi nous ramène tous a Chamonix en 3h.
Dominique nous y attend.
Pour limiter les frais, nous partageons l'appartement des Meunier à 9 !

J5: réveil tranquille. (Anecdote: Le matelas gonflable de JP s'est dégonflé ce qui lui a permis de réaliser un vieux fantasme: dormir entre deux femmes....)
Départ (en voiture) pour la Suisse a La Fouly.1536-La-Fouly-station-valais-suisse.jpg
Montée du grand col Ferret : 12km 700D+ et 700D-.
Temps exécrable: pluie et brouillard, aucune visibilité. Nous ne montons pas jusqu'en haut.
Super gîte a La Lechere. Chalet agréable, chaleureux, confortable et propre. Couchages spacieux. Excellent repas. L'adresse est à retenir.

J6: étape de 32km et 1700D+ de La Fouly jusqu'à Trient :
Nous sommes en Suisse !
La météo est très humide. En duo avec Brice toute la journée, malgré ce temps maussade, nous découvrons une très belle étape.
L'arrivée au lac de Champeix nous permet une pause pour se ravitailler, mais la vue est malheureusement complètement bouchée par de gros cumulus...
La montée de Bovine s'avère assez dure, très boueuse, avec des sentiers en lacets très abruptes.
Le parcours en forêt, un chemin didactique sur le thème de la mycologie, est agrémenté de sculptures sur bois représentant des champignons et la faune locale. Au terme de cette étape, arrivés à l'hôtel de la Grande Ours de Trient, tout le monde a bien couru. Sylvie est ravie, grosse énergie, elle a compris comment utiliser ses bâtons et a pu exploiter cette nouvelle technique pendant cette étape assez difficile.
Les genoux de Florence ont encaissé les chocs et sont gonflés.
Elle décide donc sagement de ne faire que la première partie de l'étape de demain, le passage de Catogne, puis de se faire ramener par Dominique.

J7: dernière étape Trient / ChamonixCHAM00001--426-.JPG
29km - 2084 D+
"Chacun pour sa peau" est le mot d'ordre de départ ;-)).
Les lions sont déchaînés !
JP, Brice et moi partons les premiers.
Un Très beau parcours.
La longue montée de Catogne est un chemin boueux mais au bénéficie d'une très jolie vue sur les montagnes et sur la vallée d'Emosson et son barrage.
Une petite pause café à Vallorcine nous donne l'occasion de discuter avec les locaux de la capricieuse météo et de ce fameux parcours de l'UTMB.
Ensuite, le passage par le col des Montets vers La Tête aux vents est très plaisant. Le sentier débute par un parcours botanique pédagogique.
Puis la montée devient plus technique avec des pierres et rochers de plus en plus présents et des escaliers. L'aide des bâtons est précieuse.
Le glacier d'Argentière s'offre à nous en prenant de l'altitude, à environ 2000 m.
La station de ski de La Flegère permet une pause repas et l'occasion de nous réjouir pleinement du panorama. Le soleil accompagne notre dernier périple, c'est un régal. L'autre partie du groupe nous rejoint lorsque apprêtons a entamer la descente et nous profitons conjointement de ce moment.
Brice, qui souffre un peu en descente, me suggère de prendre le téléphérique !
Descente très roulante jusqu'à Chamonix. Tout le monde court et s'amuse. Dernier Arrêt au chalet de la  Floria, endroit très coloré et fleuri, immanquable, avec sa terrasse offerte sur la vallée de Cham. Le couple de tenanciers est accueillant et loquace, ils nous invitent à entrer dans leur chalet dont les murs sont recouverts de photos, bibelots et souvenirs, d'objets hétéroclites. Un album photo et un herbier retrace l'histoire des lieux des propriétaires passionnés de botanique.10385432_1523151461238057_237442080557418844_n.jpg
En terrasse, Francois, Daniel, Catherine et Sylvie nous rejoignent pour boire un verre et profiter des rayons de soleil tant attendus. Chacun se gave du paysage et guette "Celui" qui se fait désirer depuis le début du séjour et joue a cache cache avec les nuages.
La dernière descente vers "Cham" dans les bois est agréable, un peu technique, avec des nombreuses racines et pierres glissantes. Ce n'est pas le moment de chuter, arrivés presque au but !
Le soleil nous accompagne jusque dans la ville, les terrasses sont bondées, Chamonix accueille les championnats du monde d'escalade sur mur/parois.
La boucle est bouclée, retour à la case départ sur la place de l'église où JP nous guide pour visualiser le final.
Dans un mois et demi nous y acclamerons nos insatiables lions de l'EPA: Alain, JP, Xavier, Gérard et Brice.
Nous achèverons cette dernière étape par une soirée très animée chez "Cousin Albert" après avoir mis une claque à la mythique Vodka caramel de Brice....

Un grand merci aux FM.
PS: merci aussi à Brice, fournisseur officiel de Nok et de ficelle sur notre TMB ! CHAM00001--131-.JPG

Partager cet article
Repost0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 21:33

Vassiviere-4.jpgRécit : Sylvie Baudinière 

Conclusion : Christine Dupont

 Arrivés pour la plupart le Vendredi soir au camping de Vassivière, passage obligé par le mobil home des Dupont pour la "mise en route". L'ambiance est donnée, ça démarre sur les chapeaux de roue. Installation dans les chalets, diner et dodo car départ à 8 H 45 le lendemain.

SAMEDI

8 H 45 : Lever de soleil sur le lac et nous partons tous pour une heure de technique trail. Une belle ascension pour découvrir un panorama magnifique. Il fait chaud. Petite pause avant de descendre et c'est reparti.

10 H : Anne nous explique les règles de la course d'orientation et nous partons sur l'île de Vassivière par équipe de trois ou quatre avec nos cartes, nos boussoles et notre envie de trouver les bornes avant les autres ! Course ludique où les équipes se défient avec humour au gré des rencontres.

Midi :

Retour au camping. Il fait tellement beau que nous décidons de manger tous ensemble dehors. Pause très animée !

14 H 30- 17 H. C'est reparti :Vassiviere-3.jpg

Trail 20 kms pour certains guidés par Didier et Anne, VTT 26 kms (tour du Lac) pour les autres menés par Christine et Hubert. Tout le monde se régale : beau temps, paysage magnifique, efforts dans la bonne humeur et les plaisanteries. 

17 H 30 - 19 H

Entretien VTT et humains et préparatifs de la soirée. 

19 H

Direction la salle de réception pour une conférence sur les problèmes digestifs chez les coureurs à pied par Caroline. Exposé très intéressant et instructif pour beaucoup d'entre nous au vu des questions posées.

Prochaine fois :  conférence sur le strabisme convergent et la langue pendante chez le coureur à pied après une journée de stage intensif. 

20 H sangria, diner et soirée dansante très animée avec une participation massive (et  totale) à une chorégraphie sportive.

Prestation remarquée de John Travolta Junior alias John-Julien. 

Minuit , on regagne nos chalets, demain on se lève tôt !

 

DIMANCHE

Vassiviere-2.jpg8H 45 Rassemblement pour une compétition de Run and Bike après démonstration d'Anne et Hubert. Entraînement puis petite course pour rire. Tout le monde se prend au jeu. 

9 H 45 Initiation à la marche nordique par Nathalie. Distribution des bâtons et démonstration de technique descente et montée par équipe de 2. 

10 H 15 Marche nordique pour certains, trail pour d'autres dans la presqu'île de Vassivière.

Moins chaud qu'hier mais beau temps, paysages variés et calme assuré. Le bien être assuré! 

12 H Rangement des chalets et déjeuner en commun dehors. Ca rigole toujours.

 Départs échelonnés.  C'est déjà fini !

 

Si on excepte :Vassiviere-5.jpg

- celles qui prennent les kimonos pour les pyjamas

- celles qui prennent le lac pour la mer

- ceux qui ont tout oublié

- celui qui est toujours à la bourre

- les gateaux extra plats

- le démoulage délicat de la tatin

- les yaourts 0 %

- ceux qui ont des super vélos et qui se font doubler par leur copine sur son vieux vélo

- celles qui tombent

- ceux qui se trompent de chemin

- celles qui portent leurs vélos

- ceux qui n'ont pas bien compris les règles de la course d'orientation

- les bleus

- les brûlures aux fesses

- les serrures récalcitrantes

- la barrière du camping qui est toujours fermée

 

Vassiviere-6.jpgTOUT FUT PARFAIT!

Est ce le soleil, le lieu, la super organisation ?

 En tous cas, il a régné ce week end là sur Vassivière un climat de franche camaraderie où chacun s'est éclaté tant au niveau sportif qu'aux moments de convivialité. Tout le monde s'en est donné à coeur joie et les rires ont fusés du début à la fin du séjour.

Merci à tous les organisateurs et intervenants.

 Un merci particulier à CHRISTINE qui a fait un travail phénoménal pour que tout se passe si bien.

Et merci à tous d'avoir par votre présence et votre bonne humeur fait que ce stage soit réussi.

Vivement le prochain !           Sylvie

CONCLUSION DE CHRISTINE DUPONT

Sylvie a tout résumé avec talent 

Moi, je ne dirai pas un stage presque parfait, mais des stagiaires presque parfaits.

Merci à eux pour leur présence, leur dynamisme, leur envie d'apprendre et de découvrir d'autres techniques ( VTT, Run and Bike, Course d'Orientation, Marche Nordique ) disciplines sportives très complémentaires à la course à pied.

Un autre but de ce stage était l'intégration des nouveaux au sein du groupe Running Trail, les quelques présents n'ont pas regreté leur présence et redemandent un autre stage!... Dommage que si peu de coureurs du groupe Running Trail  se soient sentis impliqués !!!

                                                                                                                   Christine

Vassiviere-1.jpg

Partager cet article
Repost0
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 21:13

Quelques semaines après noIMG208.jpgtre stage Rando-trail de 4 jours au pays Basque en préparation du Grand Raid des Pyrénées (GRP), une petite piqure de rappel s'imposait pour parfaire notre préparation. Objectif atteint avec ce nouveau stage de 2 jours au Mont-Dore, sur le Massif du Sancy, qui en outre devait servir de reconnaissance et de préparation au Trail du Sancy pour quelques jeunes de notre petit groupe. Au total 10 participants.

Mardi 07 Août : 

Voyage sans souci jusqu'au Mont-Dore pour une installation à l'auberge de jeunesse "Chalet le Grand Volcan" au pied des pistes de la station où nous logeons à chacune de nos participation au trail du Sancy. Hébergement de qualité à prix très modèré ! Le plus : Nous sommes directement au pied des sentiers, donc aucun déplacement en voiture !

Mercredi 08 Août :

Lever à 6h45, petit déj à 7h30 et départ à 8h pour un circuit de 37km et 2200m de dénivelé positif, soit la reconnaisance du parcours du Trail de 34km qui va se dérouler en septembre et quelques km supplémentaires dus à quelques petits écarts.

Profil 20 km

Départ directement du chalet à travers les alpages pour rejoindre le sentier où nous commençons par les 4 derniers

 km du parcours via "le Mont-Dore" . Tout le monde est en forme et la descente se fait à bonne allure ; Seul problème , les orages de la nuit ont laissé place à la brume qui recouvre tous les sommets. Pas de chance pour les paysages !

Arrivésds_SANC001--3-.jpg au Mont Dore, nous tatonnons un peu, carte à l'appui afin de retrouver le début du circuit du trail . C'est moins facile qu'avec le balisage de la course !!! Après quelques hésitations, nous retrouvons enfin le sentier. rapidemmeds_SANC001--5-.jpgnt, nous arrivons à la cascade de Ghesquière" Splendide ! Nous ne résistons pas à réaliser une petite photo de groupe ! Nous enchaînons ensuite par une longue montée au col de la Croix Morand qui culmine à 1401m. Ensuite , direction le col de la Croix Saint Robert, (1451m) via le Puy de l'angle. Le soleil pointe par moments très courts et nous apercevons enfin quelques bribes de paysage !!! 

Arrivés au col, après 17 km d'efforts, nous récupèrons les bouteilles d'eau que nous avions pris soin de cacher dans un ruisseau, en arrivant  la veille ., afin d'avoir un petit ravito à mi parcours de notre circuit.

C'est reparti pour la rude montée au Roc de Cuzeau, La brume recouvre tout les sommets, à nouveau et nous ratons la bifurcation au Puy des Crebasses pour rejoindre la très belle vallée de Chaudefour, Alain repart en arrière et, après 500m retrouve le bon sentier, il est vrai, très mal indiqué ; Heureusement nous n'aurons fait qu'un km de trop sur cette erreur !

ds SANC001 (16)La brume sds_SANC001--9-.jpge dissipe un peu dans la descente sur la vallée de Chaudefour, la vue est magnifique et  nous profitons un peu du paysage. Dans  la vallée, le vent est plus faible que sur les crêtes, nous  profitons d'une

petite clairère pour l'arrêt pique-nique avant de repartir pour le fond  de celle ci par un superbe single en sous bois. C'est ensuite une longue remontée de plus de 7km en direction du Puy de Sancy, d'abord par un long sentier boisé en lacets en direction du col de la cabane, puis par le final très  rocheux du col ; 300m très raides qui vont constituer notre dernière phase de dénivelé positif de la journée. Tout au long de cette ascension de 7km, la brume est réapparue, très froide et  les organismes sont très sollicités, surtout pour les jeunes qui découvrent ce genre de périple. Nous nous regroupons régulièrement, afin de ne perdre personne dans le brouillard ! ds_SANC001--18-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Au sommet du Sancy,( 1886m) nous sommes dans une  purée de pois épaisse et le vent est glassé, la tempèrature ressentie ne doit pas dépasser 2 ou 3°. Une petite photo de groupe pour immortaliser le passage au sommet et nous voilà repartis pour la dernière descente en direction du Chalet, d'abord par la longue succession de marches en bois réparties de façons inégales où il faut être particulièrement vigilant, puis par le sentier hyper technique dans sa 1ère partie en direction du Mont-Dore. Plus bas, dans les alpages, le temps est plus clémentds_SANC001--20-.jpg et le soleil fait sa réapparition. Nous croisons le troupeau de vaches "Salers" à la robe brune si particulière, qui paît toujours à cet endroit, signe que nous approchons du chalet.

Tous les participants sont heureux d'arriver et ont beaucoup apprécié ce circuit montagneux et cette journée bien remplie !

Une bonne douche chaude, petite balade dans la ville du Mont Dore, petite bière pour échanger les impressions des uns et des autres et retour au chalet pour préparer les sacs du lendemain, avant de passer à table pour un bon repas réparateur.

Pascal et Fred qui n'ont se libèrer que pour la journée suivante, nous rejoignent au cours de celui ci. Dans leurs bagages, le plein de pluie pour toute cette 2ème étape !!!

Jeudi 09 Août :

Lever à 6h45, petit déj à 7h30 et départ à 8h15 pour une boucle de 34km et 1500m de dénivelé positif, soit "Le Sancy", Super-Besse, lac Pavin et retour par un autre itinéraire.

La poisse, il pleut et çà a l'air bien bouché ! Pas besoin de réflaichir pour savoir quels équipements porter ou mettre dans le sac ! La veste impérméable et le surpantalon étanche s'imposent

ds_SANC001--23-.jpgMalgré tout, aucune hésitation ! A l'heure prévue, tout le petit groupe est harnaché pour le pire en espèrant le meilleur . Il est permis de rêver ! En avant pour remonter à l'inverse de la veille, bonne grimpette en pente douce d'abord et bien technique ensuite jusqu'au Puy de Sancy. Nous sommes soucieux pour l'ami François Xavier qui a du mal à suivre. Victime d'une tendinite à la cheville depyuis la veille, il peine. Au sommet, le froid, la pluie, le vent !!! Nous ne nous attardons pas et entâmons notre descente vers Super-Besse, sentier que je connais bien pour l'avoir pratiqué à plusieurs reprises en 2008 en préparation de l'UTMB. Nous attendons souvent FX qui souffre de sa cheville.

A Super -Besse, force est de constater qu'il ne peut continuer. Heureusement, les oeufs fonctionnent et nous l'accompagnons au départ, afin qu'il remonte sur le Puy de Sancy. Il aura une petite heure de marche pour rejoindre le Télécabine qui le redescendra vers le chalet. Dans son malheur, il ne s'en sort pas trop mal. Néanmoins, nous sommes très déçus pour lui. Quel manque de chance, mais le manque de sorties longues à son actif n'est certainement pas étranger à ses soucis ! Après Super-Besse, descente champêtre de 6km en pente douce , mais toujours sous la pluie,  vers le lac Pavin .

Situé à une altitude de 1 197 mètres, ce lac d'origine volcanique est de forme presque circulaire et à une profonduer de
92 mètres pour un diamètre de 800m . Un petit tour du lac, de 3 km s'impose bien évidemment  avant la pause déjeuner. La pluie ne se calme pas, bien au contraire et finalement le pique nique prévu se transforme en plat chaud à la terrasse du restaurant situé en bordure du lac. Heureusement, nous sommes à l'abri, mais pas vraiment au chaud ! Qu'importe, nous sommes en condition commando !!! Celà forge le mental pour les épreuves qui se profilent.ds_SANC001--27-.jpg

Après une petite heure d'arrêt, c'est reparti pour Super-Besse et le Sancy par un nouvel itinéraire, très sympa. La pluie se calme enfin et nous profitons du paysage. Bref arrêt au sommet, pour la forme et redescente technique comme la veille en direction du chalet. C'est l'occasion de se lâcher pour tester ses talents de descendeurs sur rochers humides. Regroupement général avant l'ultime traversée des alpages qui nous ramène au chalet.

Nous sommes trempés jusqu'aux os et la douche nous procure un sérieux réconfort. Quel plaisir de remettre des vêtements secs !

Malgré les conditions, tous les participants sont heureux de ces deux jours de Rando-Trail partagés entre copains. Ce fut pour les moins aguerris, l'occasion de tester le matériel et les conditions de course et pour certains il y eu un petit déclic par rapport à la qualité des équipements indispensables

Merci à tous les copains pour la bonne ambiance ressentie tout au long de ce petit stage qui je l'espère aura été profitable à tous.

.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 22:08
Dimanche 30 juin : 1ère étape :  Gîte de Logibar à Chalet d'Iraty ( col de Bagargui) 31,660km et 2573m D+           Vers 8h00, départ d'Irissary pour 1h30 de bus pour rejoindre Larrau , Gîte de Logibar, d'où partira notre1ère étape.. La brume n'a pas l'air de se lever; ce n'est guère engageant ! Le soleil pointe, juste à notre arrivée au gîte ! super !
10h00, C'est parti ; Nous nous engageons dans un sentier qui traverse les magnifiques gorges de Holzarté! Nous les traversons sur un pont de singe qui surplombe le vide sur plusieurs centaines de mètres ! impressionnant ! A 14h, après 4h00 d'ascension dans la bonne humeur générale, , nous arrivons au pied du Pic de Oxogori Gaina, où nous attend le pique nique du midi ! ds_STAG-0001--60-.jpg
La brume monte et nous sommes obligés de mettre les coupe vent ! Dès le repas terminé, c'est reparti à l'assaut du Pic et le soleil réapparait aussitôt. Il fera ensuite très chaud et plusieurs d'entre nous écoperons de quelques coup de soleil !!!
Le paysage est magnifique , les panoramas sur tous les sommets environnants sont splendides.
Après une heure de grimpette, nous arrivons au toit du Pays Basque "le Pic d'Orry" qui culmine à 2225m; Que c'est beau ! superbe panorama sur des sommets enneigés. Nous ne résistons pas à l'envie de réaliser une belle photo de groupe, avec le maillot noir du club, bien entendu !ds STAG 0001 (161)
Nous évoluons ensuite plusieurs kilomètres sur les crêtes de "Orgambideska" où nous avons souvent l'occasion de courir en balcons.
Après 7h18 d'efforts nous arrivons enfin au col de Bagargui où se trouve le chalet d'Iraty où nous passerons la nuit. 31,660km et 2573 m de dénivelé positif . Pas mal pour une mise en jambe ! Tout le groupe est arrivé à bon port .
Très belle journée achevée par un petit repas en commun dans la bonne humeur générale !
Lundi 1er Juillet : 2ème étape : Chalet d'Iraty à Les Aldudes : 52,380km parcourus, 2053m D+
Cette 2ème journée devant être plus longue, avec une distance de plus de 50km, le départ du chalet d'Iraty fut avancé à 7h15. Le soleil, présent dès le petit matin nous laissait prévoir une belle journée. Départ en descente en sous bois sur quelques km, jusqu'à un fond de vallée où paissent quelques chevaux au bord d'un étang ; Très légère brume, le tableau est superbe! Nous entamons ensuite une longue montée jusqu'au sommet d'Okabé., puis à celui de Mendizar. Très longue descente en dévers en suivant les sentes d'animaux, jusqu'à la source Urculu, où chacun des participants put faire le plein d'eau , avant de rejoindre la rivière en contrebas. Le bord de celle ci était propice à l'arrêt casse croute prévu; Petit bain de pied pour certains, courte bronzette pour quelques autres avant d'attaquer un gros morceau , l'ascension du col d'Azneguy où, nous attendait José, l'assistant de Claude notre guide, avec le repas de la mi Journée que nous attendions tous. Seule ombre au tableau, la brume s'était invitée et nous dûmes manger en coupe vent ! Partout autour de nous, de nombreux chevaux paissent ou se reposent. Presque chaque mère est accompagnée de son poulain ; Quelques vaches également ! Notre présence ne les perturbe pas et
nous profitons de cette scène champêtre avec grand plaisir. Après 45' d'arrêt, c'est ce que nous nous accorderons chaque jour pour la pause repas, Claude donne le signal du départ pour la montée au col de Bentarte. Après une dizaine de minutes de grimpette, étant repassés au dessus de la brume, nous quittons les coupe-vents. Il fait chaud et le file s'étire, Nicolas, Gilles et Claude en tête. Le scénario est maintenant bien règlé , le trio prend la tête, puis Claude se laisse couler vers l'arrière pour signaler les intersections à risque et remonte ensuite allègrement la file. A chaque sommet, Nicolas redescend, "ventre à terre" jusqu' au serre-file, encourageant les uns ou les autres et remonte ensuite. La plupart d'entre nous prend alternativement le rôle de serre-file pour aider mentalement ceux qui grimpent un peu moins vite et surtout ne perdre personne. Après le col, nous empruntons le chemin de Saint-Jacques de Compostel sur 5 km. L'ambiance environnante change ! Nous ne sommes plus seuls avec les troupeaux croisés ici ou là et nous remontons progressivement des petits groupe de pélerins jusqu'au col d'Ibaniéta. Nous enchaînons ensuite avec le sommet de la Redoute de Lindus ; (Ces redoutes étaient des petits postes militaires installés à l'époque des guerres avec les espagols)
Au col d'Errola, José nous rejoint avec la voiture pour un petit casse croute de fin d'après-midi. Quatre copains, un peu fatigués par cette très longue étape et voulant s'économiser un peu pour celle du lendemain en profiteront pour redescendre avec lui. Pour les autres, encore une douzaine de km pour rejoindre le village des Aldudes, avec une belle bosse non prévue en prime, histoire d'agrémenter la fin de journée !!!
Bilan de la journée 9h51' d'efforts, 52,380km parcourus, 2053m de dénivelé positif et 2965m de négatif… Et une bonne dose de plaisir !
Installation à l'auberge de jeunesse où nous sommes très bien accueillis, une bonne douche et traditionnelle petite bière avant un bon repas réparateur. Encore une bonne journée bien remplie !
ds_IMG_1338.jpgMardi 2 Juillet : 3ème étape : Les Aldudes à Saint Etienne de Baigorry 47,310km parcourus et 2626m D+
Encore une grande journée au programme; Donc lever à 6h00 et départ à 7h15, comme la veille. La vallée est très embrumée et nous serpentons dans un sentier bordé de fougères humides. Sur les sommets environnants, le soleil pointe au dessus des nuages. C'est magnifique ! Nous avons hâte de dépasser la couche de brume pour nous réchauffer. Plus tard nous serons écrasés par la chaleur !!!
Passés Urepel, nous attaquons le premier gros morceau de la journée, le sommet d'Adi à 1450m. La dernière phase de l'ascension est très ardue, tout droit dans une pente herbeuse et caillouteuse très raide de 250m de dénivelé. C'est l'occasion de se lâcher un peu jusqu'au sommet ! Le trio traditionnel,
Nicolas, Gilles et Claude part en tête ; Je suis à petite distance avec Cédric et Vincent. Le souffle court, nous évitons de regarder en haut ! Nous arriverons au sommet l'un derrière l'autre dans cet ordre ; Ce qui sera souvent ainsi, mais dans le désordre, une petite bourre amicale qui nous motive, et qui permet selon la forme du moment à l'un ou l'autre de tirer les copains. De temps à autre Pascal se mêle à la bagarre et c'est bien sympa ! Alain, qui aurait pu sans souci se mêler au trio des costauds de tête, mais qui ménage une cheville fragilisée depuis l'Occitane, ferme la marche. Nous ne sommes pas encore au sommet que Nicolas est déjà redescendu au devant des derniers ! la classe !
Petite pause générale au sommet, le temps d'admirer le paysage, avant de repartir pour une descente assez abrupte et souvent en dévers.
Nous traversons le pays Quinet par les crêtes. Nous rencontrons à nouveau, beaucoup de troupeaux, brebis, vaches et surtout chevaux. Ces derniers sont les stars de la montagne et sont souvent photographiés . Après la montée du Pic d'Harguilebel, nous entamons une longue descente pour le repas qui nous attend à la cabane Matcheka, refuge de chasse, prêté à notre guide pour l'occasion. Après les efforts de ce début de journée, ce repas monté en voiture dans la matinée est le bienvenu. Cette fois, nous le dégusterons sous un soleil généreux. Certains en profiterons pour s'assoupir quelques instants !!!
ds_STAG-0001--313-.jpgL'après midi, les organismes seront soumis à rude épreuve pour la très longue montée en pentes successives jusqu'au Pic d'Hatzea (1315m) Aucun point d'eau sur le sentier, il faut vraiment gérer son hydratation. Un petit ruisselet ou stagne quelques flaques nous permet néanmoins d'humidifier les casquettes ! C'est mieux que rien !
Arrivés au pied du final du Pic, seuls 9 d'entre nous entreprenons l'ascension finale, le reste de l'équipe ayant la possibilité de le contourner. Pour nous, ce sera 250m de dénivelé en pleine chaleur dans la caillasse pour arriver au sommet ! Pour Nicolas, Gilles , Alain et Claude, ce ne semble qu'une formalité, mais c'est un peu plus ardu pour les 5 autres. Vincent prend la tête, Cédric le suit , je reste dans son sillage jusqu'au sommet, Pascal et Xavier suivent à quelques foulées et nous nous retrouvons tous pour la photo souvenir !ds_STAG-0001--312-.jpg
Nous effectuerons une descente endiablée, malgré quelques passages techniques et retrouverons les copains qui nous attendent quelques km plus bas pour le dernier tronçon qui nous conduira à Saint Etienne de Baigorry en passant par le col d'Elhorrieta. L'ultime descente sera périlleuse ! Sentier technique et piègeux à travers les fougères qui masquent les rochers ! Le vide est omniprésent ; il faut être très vigilant et malgré tout, la descente sera aussi endiablée que la précédente ! Nous sommes là pour travailler et c'est le moment d'en profiter ! Travailler la descente, la souplesse et la maîtrise de soi ! et comme aime à le répéter l'ami Gilles "nous ne sommes pas en rando !!!
Regroupement en bas du sentier pour un final groupé à St Etienne De Baigorry ! Encore que… ! Notre ami Pierre Henri, pourtant si tranquille et toujours si zen , nous surprend par une accélération inattendue à laquelle répond Vincent ! Un beau final qui nous amuse bien !
10h14 d'efforts , 47,310km parcourus et 2626m de dénivelé positif ! Encore une bonne étape
Petite bière traditionnelle et repas en plein air avec la spécialité locale " poulet basquaise "
Que demander de plus ?
Mercredi 3 Juillet : 4ème étape : Saint Etienne de Baigorry au Gîte d' Issary
Vers 7h30, c'est parti pour cette dernière étape qui va nous ramener au gîte de départ à Issary. Le temps est maussade, les sommets environnants sont entièrement pris dans les nuages bas, Sans être catastrophique, ce sera la plus mauvaise journée sur le plan météo! Nous empruntons le GR10 jusq'au col Buztancelay, puis au sommet du même nom(1029m) avant d'enchaîner par le col d'Arrièta. En prenant de l'altitude, la pluie est apparue, le vent est devenu plus violent et nous avons dû revêtir nos vestes coupe-vent ! Heureusement, il ne fait pas trop froid ! Avec le brouillard, nous sommes obligés de nous regrouper très souvent, afin de ne perdre personne. Nous suivons les crêtes jusqu'au col D'Iparla (1044m) avant d'entamer la descente sur Bidarray. Sur quelques kms, il faut être très vigilant car le sol est très rocheux et avec la pluie et l'humidité, les roches sont devenues très glissantes. En arrivant à Bidarray, le temps est un peu plus clair, mais nous sommes obligés de manger à l'abri du porche de l'église, car la bruine réapparait de temps à autre !
L'église étant entourée par le cimetière, comme cela se faisait autrefois, nous cassons la croûte, juste à côté des tombes ! Ca surprend au premier abord, mais finalement il en faut plus pour nous couper l'appétit ! Pour la 1ère fois nous sommes dans un village pour le repas de midi et nous pouvons prendre un petit café chaud avant de repartir!
Nous repartons en suivant une petite route que nous suivrons plusieurs km avant d'emprunter le sentier qui va nous conduire au Pic de Laina; Ce sentier, longtemps en sous bois, serpente en s'élevant tranquillement ; C'est moins dur que d'habitude ! Lorsque nous émergeons dans les alpages, la pluie, le vent et le brouillard sont réapparus ! Après le Pic de Laina, nous suivons quelques crêtes en plein vent jusqu'au sommet Baigura (909m). lors de la descente sur Issary, le vent est tombé et le temps est devenu plus clément. Nous croisons à nouveau quelques troupeaux de chevaux, dont de nombreux potioks, jolis petits chevaux pyrénéens, avant d'arriver à notre gîte vers 16h ! ds_IMG_1294.jpg
Périple bouclé ! Nous avons parcourus 166km avec un dénivelé positif de 9372m en 35h d'effort sur 4 jours (incluant les arrêts de regroupements et les petites pauses )
Dans 2 mois, il faudra enchaîner la même chose sur le GRP ou l'UTMB mais en une seule étape ! Ce sera une autre aventure !
Merci à notre guide Claude Escots pour l'organisation de ce beau périple et merci à notre ami Alain Boutet pour l'organisation de ce stage !
Je laisse à Alain, en tant qu' initiateur de ce stage, le soin de tirer un petit bilan global de cette belle aventure !
CONCLUSION DE NOTRE ORGANISATEUR DE STAGE : ALAIN BOUTET
ds_STAG-0001--219-.jpgTout d’abord je voudrais souligner le travail de Claude Escots, notre accompagnateur, qui a réussi à trouver un plan B à notre reconnaissance du grand raid des Pyrénées de façon improvisée.
Un traileur très professionnel, très sympathique et compétent, qui nous a permis de découvrir le pays Basque.
Félicitation à notre coach car le niveau du groupe est bon et tout le monde a passé les 4 jours, le tout sur un bon rythme avec des grosses étapes.
Si certains d’entre nous avaient l’habitude de ce genre de stage et d’enchainer 4 jours en montagne, d’autres étaient novices et ont fait preuve d’un remarquable état d’esprit.
Ce genre de stage sont l’occasion de s’aguerrir en montagne, de partager nos expériences et aussi de vivre de beaux moments de convivialités, le tout sans la pression de la compétition.
CI CONTRE : CLAUDE ESCOTS, notre guide, accompagnateur :

Partager cet article
Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 23:08

photo-3-copie-1.JPGNos Ultras-Raideurs poursuivent leur périple et sont tous en bonne santé, malgré la chaleur accablante et l'hyper technicité des sentiers. Après  trois jours d'efforts, les organismes semblent néanmoins légèrement fatigués. Après une bonne nuit de repos, ils vont repartir pour une 4ème et très longue étape de 47km.

Vous pouvez  retrouvez leurs aventures et les encouragez par vos commentaires surphoto-4.JPG :

GR20 le blog 

photo-2.JPG

Partager cet article
Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 20:10

LA ROUTE AVANT LA TRAVERSEE

photo.JPGCà y est le grand jour est arrivé pour les copains ! Ils sont partis ce matin pour une longue journée de route : Poitiers-Toulon. Ils embarquent ce soir par le ferry à destination de Bastia. Dès leur arrivée, dimanche matin ; Direction Calenzana, pour le départ du GR20, sur lequle ils vont vivre une semaine d'aventures

En attendant le départ du ferry, ils occupent utilement leur temps !

Vous pourrez suivre leur périple, jour après jour sur :           off GR20 le blog : ICI

 

DERNIERE MINUTE : LA CROISIERE S'AMUSE (Sur le ferry)photo-copie-1.JPGphoto-3.JPG

Partager cet article
Repost0

Profil

  • Kiki 86
  • FINISHER  : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012  ou je me classe 1er V3 , 2017 et 2021
UTMB : 2008 et 2011 
Marathon des Sables 2010
Objectif : 2022 : TRAIL DES CITADELLES, UTPMA avec les copains de l'EPA86et  TRAIL BOURBON 2022 
Date de naissance : 28/08/1952
  • FINISHER : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012 ou je me classe 1er V3 , 2017 et 2021 UTMB : 2008 et 2011 Marathon des Sables 2010 Objectif : 2022 : TRAIL DES CITADELLES, UTPMA avec les copains de l'EPA86et TRAIL BOURBON 2022 Date de naissance : 28/08/1952

L'ULTRA POUR HORIZON

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PALMARES

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
DERNIERS RECITS D'ULTRA-TRAILS

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'ÎLE INTENSE "LA REUNION"

REUN---1036-.JPG

 REUN---602-.JPG

 

° RANDOS ET RANDOS-TRAILS SUR L'ÎLE DE LA REUNION    ....."ENTREZ et DECOUVREZ"

 

° L'ÎLE DE LA REUNION EN PHOTOS CHAQUE SEMAINE : C'EST  ICI

°°°°°°°°°°°°°°

"PASSION JARDIN" NATURE

CULTURE BIO "COMPOST AGE"

ARTICLES : C'EST ICI

Profil

VISITES

compteur de visite site web

OBJECTIFS 2021

° TRAI DES CITADELLES 70KM (AVRIL) Annulé Covid

° UTPMA 105KM (Juin) Annulé Covid

TOUR DE LA GRANDE CASSE 66 KM (AOUT)

° LA DIAGONALE DES FOUS 167KM (Ile de la Réunion, Octobre

 

      

Pages

WIDY GREGO "SPORTIF DE L'HUMANITAIRE"

Mes Entraineurs

Roger PASSARD : Professeur d'Education Physique et Responsable de l'ALERTE GRAYLOISE, qui de cancre en sport m' a propulsé en deux ans "Champion Départemental Minime de Cross" à PORT SUR SAÔNE

Jean-Pierre GORGEON : Co-équipier et Entraineur à l'ASPTT POITIERS m'a permis de réaliser :

  • 15'48"70 sur 5000m, le 14/06/1997 lors des Championnats Régionaux à NIORT (45ème Perf Nationale V1et 5ème M45)
  • 33'42"60 sur 10 000m le 31/05/1998 lors des Championnats de France Vétérans sur Piste à LYON PARILLY ( 21ème Perf Nationale V1 et 6ème M45)
  • 2h40'46" au Marathon le 12/10/1997 lors des Championnats de France de Marathon à REIMS (95èm Perf Nationale V1 et 31ème M45)

Jean-Claude FARINEAU : avec qui j'ai partagé depuis 1984, les charges, parfois lourdes de Dirigeant à l'ASPTT POITIERS, puis au PEC à partir de 1999. Grâce à ses entrainements judicieux, je n'ai jamais raté une qualification aux Championnats de France de 10 km

Jean-Paul GOMEZ :
Finaliste Olympique du 10 000m à MONTREAL en 1976 : Bien que ne m'ayant jamais entrainé m'a toujours apporté des conseils éclairés, notamment lorsqu'il entrainait  à mes côtés l'école d'Athlétisme de L'ASPTT