Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 20:17

PIERRE-1.jpgArrivée jeudi 21 août à Grenoble avec Didier et William, excellent chauffeur qui avait déjà l'habitude de conduire des hautes personnalités. Sur une aire d'autoroute j'ai rencontré mon fournisseur de vin de Chinon qui a 3 caisses qui m'attendent chez lui. Ce petit périple s'annonce sous les meilleures auspices.

A Grenoble, on retrouve Cédric, Nico, Pascal et Baptiste le fils de Didier qui nous suivra pendant la course avant de rejoindre les bénévoles de l'UTMB. Nous sommes arrivés juste pour le briefing. On voit tout de suite la différence avec les ultras plus célèbres, l'assemblée est plus restreinte. Malgré tout, la remise des dossards est longue, nos sacs sont vérifiés en détail pour tout le matériel obligatoire. Le temps devrait être clément, le pantalon et les gants imperméables ne sont plus exigés. On rentre à l'appart, préparer les 2 sacs de base de vie, avant de revenir les déposer.photo 1-copie-1

Soirée pâtes et potes à l'appart; ça ronfle et ça sent l'homme au petit matin. Chacun ses habitudes alimentaires au petit déj avant la course, mais la grosse brioche apportée par William est bienvenue.

Départ à 8h. A 8h-5 je m'aperçois que j'ai oublié ma casquette à l'appart. William me la ramènera au ravito du 20è km. On part quelques km tranquilles dans les rues de Grenoble; je suis avec Didier et Cédric est déjà devant. Très rapidement Didier disparait, surement derrière et c'est parti en solitaire.

La 1ère partie dans le Vercors est assez facile et roulante. Au 20è je retrouve William qui me donne ma casquette et je lui donne un bâton que j'ai cassé vers le 10è. Je continuerai la course avec un seul bâton mais cela ne mUt4M-2014-B_Audige-207.jpg'a pas gêné. Cédric est reparti depuis 3 mn, me dit William; je pense que j'ai du partir un peu trop vite. 

Au ravito de Vif (46è km) je me sens en pleine forme. Baptiste est là. Je le retrouve au lac Poursoulet  (78è), il m'apprend que Didier et Pascal sont ensemble à 1h derrière environ. J'ai encore cette impression d'être parti trop vite. Et les ennuis commencent à 4km de la base de vie, La Salignière (km 87). Là une descente de 4km avec un dénivelé de 1300m; 30% en moyenne ! Je ne suis vraiment pas un bon descendeur, encore moins sur ce type de descente technique et de plus en pleine nuit. Beaucoup me doublent et j'arrive très fatigué. Plat chaud ! Ben ... des nouilles tiédasses, pour le reste toujours la même chose, jambon, saucisson pour le salé. Je commence à rêver d'un boeuf Ut4M-2014-B_Audige-208.jpgcarottes accompagné d'une bonne bière.. Je reste 3/4 heure, repars tout propre mais pas assez ravitaillé. 8 km de montée avec 2100m de dénivelé+. Dur !!!  Surtout la fin; à 1km du ravito à Croix de Chamrousse, il y a un épais brouillard, on ne voit pas à 5m. Je retrouve des coureurs aussi perdus que moi ; on ne voit pas les balises, le chemin est mal tracé. On finit par tomber sur un bénévole parti à la recherche de coureurs égarés et qui nous accompagne jusqu'à la station.  5 heures pour faire ces 8,7km ! Je reprends des forces, ingurgite tout ce qui me tombe sous la main. Une dame me dit qu'on ne peut pas repartir avec ce brouillard et d'attendre un peu. "Mais pas de problème !" Je préviens Marylène et je m'allonge sur une banquette et prends 3 heures de sommeil ! Je repars alors avec deux camarades toujours dans un épais brouillard, mais l'un d'eux est du coin et connait très bien le chemin et on arrive au Pra vers 10h du matin. En arrUt4mVercors1-700x500.pngivant à Freydières (km 112) vers midi, je consulte ma messagerie (merci Benoit pour tous tes SMS) et vois les messages de Kiki qui se demande ce que je fais à Chamrousse depuis 5h du mat ! Le pointage du Pra n'a pas été signalé sur Internet. Je rassure d'abord Marylène avant d'appeler Coach Kiki. J'ai du mal à le couper, il veut tout savoir. Quel grand bavard celui-là, mais ça me fait très plaisir de l'entendre et de sentir son intérêt. Il m'apprend que Nico a du abandonner. Dommage j'aurais bien aimé fêter une bonne place de sa part à mon arrivée. Dans l'après midi, je finis par arriver à St Nazaire (km 126) où je retrouve Baptiste qui me donne des nouvelles de Didier et Pascal. Ils restent ensemble. Je me dis que c'est bien pour Pascal , néophyte sur cette distance, d'être accompagné d'un "vieux briscard".  Un peu jaloux aussi, j'aurais bien aimé courir avec Didier, même à supporter ses blagues carambar toute la course. J'ai Cédric au téléphone, il a bien récupéré UT4M_TV_327.jpgà St Nazaire après un coup de mou. Il est au moins 4h devant. Je pars avec des vêtements tout propres. La nuit tombe et il reste encore 42 km de montées, descentes, de ravitos avec un accueil toujours sympa des bénévoles mais trop uniformes sur l'alimentation. Sauf au Sapey (km 149) où une bénévole a fait un gâteau aux mirabelles, délicieux ! En plus devant un feu de cheminée. L'endroit nous a tous marqués, tous les copains s'en rappelaient le lendemain. Ma lampe frontale a commencé à dysfonctionner, heureusement j'ai la 2ème, prêtée par Coach adjoint Phiphi. Et elle éclaire 3 fois mieux que la mienne ! Du col de Vence (157) dernier ravito, j'entame la longue descente jusqu'à Grenoble, doublant quelques coureurs fatigués et en étant doublé par quelques coureurs du 90. Les 3 derniers km dans Grenoble désert, le long de l'Isère, sont longs.. Pas un chat.. Jusqu'à l'arrivée à 6h15 le dimanche devant 3 personnes en toute confidentialité. Je garde mon plaisir au fond de moi, mais je pense à l'arrivée de mes copains à l'UTMB devant un public enthousiaste et une animation d'enfer.

Je prends mon tee-shirt finisher, (la dame me donnera le finisher 90 au lieu de 160 mais Cédric m'en a récupéré un le lendemain, qu'il m'apportera à mon retour en octobre) et je rentre à pied à l'appart en 1/4 heure tranquille. William est là, il m'apprend qu'il a abandonné sur le 90. Une bonne douche, au lit à 8h.. 8h07, le téléphone ! C'est Kiki ! Il ne comprend pas que je sois déjà couché et me conseille de faire un peu de récup en trottinant un peu. Il peut se reconvertir dans le comique en attendant de récupérer ses genoux celui-là. Pas le temps de se rendormir, Baptiste arrive avec Didier et Pascal, tous deux finishers moins de deux heures après moi. Bon on prend plutôt le petit déj au lieu de dormir et on se raconte nos exploits. Puis une bonne bière (sans boeuf carottes) avant midi et on repart de Grenoble, William en forme a bien récupéré de son indisposition intestinale de la veille. Il conduit une bonne partie, puis Didier. J'en profite pour gagner 2-3 heures de sommeil. Arrivée à Poitiers vers 20h30... Et départ le lendemain à 13h pour Roissy puis l'avion . Arrivée à Mayotte à midi le mardi et 1ere réunion au lycée dès 14h.

Après la 6000D en juillet et avec le Bourbon fin octobre, je sens que ma préparation va être optimale pour l'objectif de la saison ,la course des Pères Noël à St Benoit en décembre (Avec JP bien sur).

Je remercie tous ceux qui m'ont soutenu sur FaceBook, par SMS, au tel ...  Baptiste et William rencontrés au bord des chemins.. Une mention très particulière pour Benoit qui m'a envoyé plusieurs SMS d'encouragement le samedi jusqu'au dimanche matin alors qu'il était au mariage de son cousin; au fur et à mesure de ses SMS, il me semblait que je pouvais mesurer son taux d'alcoolémie croissant, inversement proportionnel à ma vitesse sur le parcours !

10645047_10203906284328840_7783622769328929274_n.jpg

UT4M_TV_334.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Christian Baigue : De L'Athlé au Trail
  •  Christian Baigue : De L'Athlé au Trail
  • : Ce blog est destiné à faire partager ma passion de l'Athlétisme, mais surtout, celle du Trail que j'ai découvert à 50 ans en 2002, lors de ma 1ère participation au Grand Raid de La Réunion "la Diagonale des Fous". Ce fut le 1er Trail de ma carrière d'Athlète bien modeste, débutée à 14 ans en Haute-Saône et qui se poursuit à Poitiers dans la Vienne. Dirigeant à l'EPA86, je m'occupe d'un groupe Hors Stade et Loisirs, dans le but de faire partager cette passion à des coureurs de tous niveaux
  • Contact

Profil

  • Kiki 86
  • Finisher : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012  ou je me classe 1er V3
UTMB : 2008 et 2011 
Marathon des Sables 2010
Objectif :  Célestrail 2017 (Andorre) et Diagonale des fous 2017 avec les Amazones de l'EPA86
Date de naissance : 28/08/1952
  • Finisher : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012 ou je me classe 1er V3 UTMB : 2008 et 2011 Marathon des Sables 2010 Objectif : Célestrail 2017 (Andorre) et Diagonale des fous 2017 avec les Amazones de l'EPA86 Date de naissance : 28/08/1952

L'ULTRA POUR HORIZON

VISITES

compteur de visite site web

OBJECTIFS 2017

° TRAIL DU VULCAIN   73 KM  (Mars)

° TRAIL lA PASTOURELLE 53KM(Mai)

° CELESTRAIL ANDORRE 80KM (Juillet)

° LA DIAGONALE DES FOUS 167KM (Ile de la Réunion, Octobre ) avec les Amazones de l'EPA 86

       

Albums Photos

WIDY GREGO "SPORTIF DE L'HUMANITAIRE"

Mes Entraineurs

Roger PASSARD : Professeur d'Education Physique et Responsable de l'ALERTE GRAYLOISE, qui de cancre en sport m' a propulsé en deux ans "Champion Départemental Minime de Cross" à PORT SUR SAÔNE

Jean-Pierre GORGEON : Co-équipier et Entraineur à l'ASPTT POITIERS m'a permis de réaliser :

  • 15'48"70 sur 5000m, le 14/06/1997 lors des Championnats Régionaux à NIORT (45ème Perf Nationale V1et 5ème M45)
  • 33'42"60 sur 10 000m le 31/05/1998 lors des Championnats de France Vétérans sur Piste à LYON PARILLY ( 21ème Perf Nationale V1 et 6ème M45)
  • 2h40'46" au Marathon le 12/10/1997 lors des Championnats de France de Marathon à REIMS (95èm Perf Nationale V1 et 31ème M45)

Jean-Claude FARINEAU : avec qui j'ai partagé depuis 1984, les charges, parfois lourdes de Dirigeant à l'ASPTT POITIERS, puis au PEC à partir de 1999. Grâce à ses entrainements judicieux, je n'ai jamais raté une qualification aux Championnats de France de 10 km

Jean-Paul GOMEZ :
Finaliste Olympique du 10 000m à MONTREAL en 1976 : Bien que ne m'ayant jamais entrainé m'a toujours apporté des conseils éclairés, notamment lorsqu'il entrainait  à mes côtés l'école d'Athlétisme de L'ASPTT