Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 23:28

Depuis le dimanche 13 octobre, je suis sur l’ile de la Réunion. Après, 3 jours de travail, le jour J du départ est arrivé. Vers 15h, je m’habille pour la course et finalise mes derniers sacs à déposer aux 3 bases de vie – Cilaos – Ilet Savannah et La Redoute. Je descends vers le lieu de départ de la navette St Denis - St Pierre, sur le bord de l’océan - arrêt Barachois. Nous sommes une centaine de trailers à attendre les bus. A 16h15 - l’heure annoncée, les bus arrivent mais ils ne s’arrêtent pas et nous font signe d’aller plus loin. Nous prenons tous nos sacs et marchons jusqu’au début de la route du littoral soit 500m plus loin – 1er couac.

Nous nous installons pour 2h00 de voyage au gré des différents coureurs à récupérer sur le trajet. Arrivé à St Pierre vers 18h30, je prends la direction du dépôt des sacs des bases de vie. Cela bouchonne, c’est un peu l’anarchie et l’organisation est un peu dépassée – 2ème couac. J’attends facilement 45mn et j’en profite pour me restaurer. Je dépose mes 3 sacs, et je récupère auprès des bénévoles un bracelet de course jaune oublié la veille lors de la remise des dossards. Je passe ensuite assez rapidement le contrôle des sacs de course et accède alors à ce grand parking de graviers d’avant départ – il est  19h30, je suis impatient d’être sur la ligne de départ. Je vais prendre un café, une compote et une banane à un stand et je tombe nez à nez avec une connaissance avec qui je jouais au foot au stade poitevin il y a 30 ans. C’est dans ce genre de situation que l’expression  « le monde est petit » prend tout son sens. Je m’approche ensuite le plus près possible des barrières à 50m de la scène d’animation. Je m’installe à peu près 1h45 avant la course. Et c’est là que me revient ce que m’avait conseillé Sandrine : « Prends un carton – tu pourras ainsi t’y allonger avant le début de la course »  – 3ème couac j’ai oublié le carton.

Je me pose, mets mon coupe-vent et fais une petite sieste de 30 mn. Nous sommes à 1h du départ, l’animateur commence à chauffer les spectateurs et les trailers.

A l’arrivée des élites, d’un seul homme tout le monde se lève et se presse vers les barrières. Des sacs, des lunettes, des dossards, des clés de voiture sont égarés et de multiples annonces de recherche sont passées par le speaker. 15mn avant le départ, les bénévoles forment une chaine humaine main dans la main et accompagnent les élites vers l’arche de départ. Les grilles s’ouvrent et les anonymes suivent les élites. Il est 21h55 et je me prends en photo avant le départ.

FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -

 22h02 le départ de la course est donné.

D’abord au pas pendant 100m, je commence à courir. La foule est amassée tout au long du début du parcours. Les encouragements fusent, les enfants tendent leur main. Cette avenue de départ est noire de monde. Une sensation à la fois d’oppression et de liesse. C’est énorme. Et cela dure, c’est magique, je n’ai jamais vécu un truc pareil et je profite, je profite comme un môme. Un feu d’artifice est tiré et des groupes jouent de la musique sur notre passage. Je suis grisé, je souhaiterai partager ces instants, communier mon bonheur de vivre ces moments, mais je suis seul. Nous sortons de Saint Pierre au bout de 30 mn et commençons à traverser les champs de cannes à sucre. Les frontales sont allumées et une ligne de lumière s’étire dans la nuit. Nous montons toujours et le sentier se rétrécit. Nous sommes les uns derrière les autres et cela bouchonne au franchissement des multiples échelles qui se succèdent. Après 15km, je passe le 1er ravito assez rapidement. J’enchaine vers le second au 25ème km où la température a baissé de manière significative. Il fait froid, je mets mon coupe-vent et mes gants. Heureusement que l’on m’avait prévenu, je n’aurai sinon jamais pensé à les mettre dans mon sac ainsi que mon bonnet. Les nuits seront très fraiches au niveau des sommets. J’arrive au petit matin au parking Aire Nez de Bœuf 2040m – 38 km de fait. Il fait très très froid, le sol est blanc, il a gelé dans la nuit – le thermomètre est descendu à – 4°. Je prends une soupe chaude, un café et quelques fruits secs. Je descends vers Mare à Boue par des singles à travers des prairies puis arrive à un panneau indiquant Piton des Neiges.

Dans ma mémoire, je ne pensais pas  y passer mais bon c’est le chemin fléché donc j’y vais. Du parcours je n’ai retenu que les bases de vie et leur kilométrage. Heureusement il est matérialisé sur mon dossard. Je suis sur une partie bitumée, je cours pendant 2 km pour rejoindre le ravito Mare à Boue.
Il est un peu moins de 8h, il fait déjà chaud et j’ai faim. Je m’attarde un peu pour prendre des pâtes et du poulet massalé, je fais le plein d’eau et de coca quelques fruits et c’est reparti. L’arrêt a duré moins de 20mn. Je pars pour 8-9 km de montée dans des chemins humides et boueux à travers des rondins de bois plus ou moins gros et glissants.

Je prends l’allure d’une  locale accompagnée d’un ami breton et pendant toute la montée, elle parle de son île – de sa faune, sa flore, ses coutumes et de sa gastronomie. Je bois ses paroles. Je suis captivé par ses récits

 

 

J’en oublie que je suis dans une partie montante dans la boue et qu’à tout moment je peux glisser. Je grimpe vers coteau Kerveguen 2200m. Je descends ensuite vers Mare à Joseph ;  partie technique et périlleuse pour enfin arriver à Cilaos ; 1ère base de vie.

Il est à peu près 13h soit 65 km en 15h. Je récupère mon sac et me dirige vers les vestiaires du stade. Je ne fais pas l’erreur du GRP. Je me douche (à l’eau froide) et me change entièrement. Je me passe de la crème sur les pieds – pas une ampoule – je laisse une recharge de frontale et prends une deuxième lampe, je refais le plein de barres de céréales, recharge mes flasques et m’alimente un peu. Je repars. J’ai dû m’arrêter 30 à 40 mn et possède plus de 4h d’avance sur la barrière horaire. Tous les voyants sont au vert. La reprise est difficile avec la chaleur, heureusement le parcours est descendant. Je récupère le sentier Taibit après une raide montée. J’ai alors une superbe vue sur le cirque de Cilaos.

Je prends une photo et je repars.

 

L’ascension du Col du Taibit 2080m est compliquée avec des pourcentages importants. A mi-chemin, je m’accorde une petite pause, le temps de prendre une tisane « ascenseur », comme me l’avait conseillé Axelle. .J’arrive en haut au-dessus des nuages et m’arrête quelques instants pour contempler le spectacle d’un superbe coucher de soleil. C’est si beau, que je suis ému d’une telle vue et à la limite de pleurer. La fatigue commence à se faire sentir.

 

Je reprends la course et descends jusqu’à Marla. Il fait nuit, il est 19h. Je prends de la soupe, du salé et du café, je mets mon coupe-vent et mes gants et je repars. Je poursuis par l’ascension vers la Plaine des Tamarins puis le col des bœufs  et m’engage ensuite vers la plaine des Merles à 1805m où je me restaure d’aliments chauds.

 Le départ a été donné il y a 24h, j’ai parcouru 85km, il fait froid. J’appelle alors ma compagne pour l’informer de ma situation en course (ce sera le seul appel). Elle me dit que beaucoup de monde me suit sur le lien du Grand Raid. Cela fait du bien de l’entendre et de se sentir soutenu. Je raccroche et m’accorde une sieste de 20 mn emmitouflé dans ma couverture de survie. Je me réveille et me rappelle les conseils de Jacky « Ne t’arrête pas avant le 100ème km ». Pourquoi n’y ai-je pas pensé avant ? Je repars et regarde mon avance sur la barrière horaire +4h  - c’est encore bon !

 Je descends vers sentier Scout. J’ai l’impression d’être revenu à Mare à Boue – mêmes conditions boueuses sauf que cela descend. Depuis 500m, je ne vois plus de rubalises, personne devant moi, personne derrière. Je m’inquiète, je ralentis puis m’arrêtes. Ouf, je vois une lampe allumée dans ma direction - un local – il s’arrête et me demande : « ça va ? ». Je lui réponds  « tout va bien, mais je ne vois plus de balisages depuis 500m ». Il me dit en créole : « t’inquiètes, il n’y a qu’un seul chemin et c’est le bon. ». Enfin, c’est ce que j’ai cru comprendre. Il ne s’arrête pas et relance. Je repars dans son sillage, j’essaie de le suivre mais son rythme est trop rapide. Je 

le laisse partir et me concentre sur le chemin très glissant. . Une fois passé le lieu dit ‘’ La Plaque’’ j’arrive sur un pont de bois. Il y a 4-5 personnes devant moi qui attendent. Je ne comprends pas cet arrêt. Le passage du pont n’est en fait autorisé que pour une personne sur une distance de 20m. Je m’y engage, le pont balance. Heureusement il fait nuit, je ne vois pas si le vide dessous est important . Après une rude montée, j’arrive à Ilet à Bourse où je prends quelques fruits et fais le plein de mes flasques.

Arrêt 5mn, je repars. Je continue de descendre puis attaque un raidillon escarpé. J’arrive en haut fatigué et dans la descente vers le prochain ravito Grand Place les Bas, je recherche un endroit pour me reposer. Je m’écarte du chemin pour ne pas être gêné par les lumières des frontales et je m’installe sur un parterre de mousse (Merci Sandrine). J’ai suivi également les conseils de Jacky, je regarde ma montre j’ai parcouru 96km.Il ne fait pas froid, pas besoin de sortir la couverture de survie. Je m’allonge et m’endors rapidement. Je me réveille – mon sommeil n’a duré que 30mn  mais je me sens déjà beaucoup mieux. Je repars, fringant, jusqu’à Grand Place où je m’attarde très peu de temps. A peine 5mn pour prendre des fruits et du coca. Je descends ensuite à la queue leu leu une partie périlleuse où tout dépassement est risqué voire impossible. Je me cale dans la foulée de la personne devant moi et je le suis jusqu’en bas. A l’issue mes cuisses sont en feu et je m’accorde une petite halte avant d’entamer la montée vers le prochain ravito. Les montées sont de plus en plus sèches et très pentues, pas de lacets, direct dans le dur. J’arrive en haut de cette partie et entame une descente périlleuse vers le prochain ravito. Il fait encore nuit, je me restaure en aliments chauds et prends un café. Je fais également le plein de mes flasques. Je m’assieds et entends un groupe discutant sur la suite du parcours – 5h encore pour atteindre le sommet du Maido. Je regarde ma montre et repars afin d’être là-haut vers 10h30. Je monte vers Roche Plate et j’ai bien fait dans ma préparation de suivre à la lettre les conseils de mon coach Kiki – « entraine-toi à monter des marches plus ou moins hautes. Tu vas en bouffer jusqu’à en avoir une aversion ». Pendant 1h30 je ne fais que gravir des marches de rondins et c’est interminable.. J’arrive au sommet de Roche Plate - un cimetière à ma gauche et une vue splendide.

Le soleil vient de se lever et je ne m’attarde pas car je crains la chaleur dans la montée du Maido. Je descends 2-3 km et arrive au ravito de l’école de Roche Plate. Je me restaure et fais le plein de mes flasques. J’ôte mes chaussures et me fais un soin des pieds. Impressionné,  toujours aucune ampoule (un p’tit clin d’œil à Greg).

 

  Je repars après 15mn d’arrêt vers la montée du Maido qui se dresse devant moi. Ce n’est pas possible, nous n’allons pas monter tout en haut de cette masse rocheuse ! Un concurrent me dit : « Ne regarde pas en haut cela va te plomber le moral ». Pendant plus de 2h je vais me rappeler cette phrase. Je pars prudemment vers La Brèche - début de l’ascension. Il est 7h30 et la chaleur commence à monter. Je continue, toujours plus haut, toujours plus chaud.

 J’entends des encouragements au loin mais ne perçois rien. Je n’ose regarder vers le haut pour ne pas me décourager. Pas à pas, je me rapproche du sommet, mais que c’est long. Je fais une première halte et en profite pour mettre ma casquette saharienne. Je repars et continue à gravir ces rochers imposants. Je double de nombreux concurrents arrêtés sur les côtés du chemin. Merci Kiki pour tes conseils précieux.

A moitié d’ascension j’entends de mieux en mieux ces encouragements. Je ne lève pas la tête et continue de grimper. C’est alors que devant moi un local me dit : « un tang ? ». Pourquoi me propose-t-il un jus d’orange d’il y a 30 ans ! Eh non, il s’agit d’un tangue, un petit rongeur ressemblant à un hérisson à poil blanc. Il vient de traverser le chemin et s’est posté juste à côté. Non craintif, il se tient visible de tous. Je reste concentré sur mon ascension et ne prends pas le temps de sortir mon téléphone pour prendre une photo de cet animal rare. Il fait chaud, j’ai hâte d’arriver en haut. Je continue, les clameurs se font de plus en plus audibles. Je relève la tête et aperçois des points de couleur tout en haut de cette masse rocheuse qui se dresse devant moi. Cela me paraît encore très loin. J’ai l’impression de ne pas avancer. Allez continues, mais ne relève plus la tête. C’est là que les bâtons m’auraient été utiles.

 Je continue à gravir ces marches naturelles qui me semblent de plus en plus hautes. Je progresse moins rapidement que je le souhaiterai mais j’avance. Je m’autorise un second stop dans une des dernières portions ombragées avant l’ascension finale. Je prends une barre énergétique et quelques fruits secs, je mets mes lunettes de soleil et je repars. Je croise de plus en plus de supporters ou de randonneurs qui descendent. C’est bon signe, le sommet est proche. Il fait chaud et je souhaite en terminer rapidement avec cette ascension. J’arrive sur un replat cela fait du bien d’avancer un peu plus vite. Les clameurs sont là toutes proches. Je relève la tête et je les vois, ils sont nombreux et ils encouragent les coureurs quels qu’ils soient.

Encore 500m à gravir - 400m continue ! – 300m tu y es presque – 200m je vois le sommet – 100m que c’est bon ces encouragements – 0 J’y suis – Yes ! Là-haut, je m’autorise un arrêt pour prendre une photo du cirque de Mafate. C’est somptueux !

FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -

Je m’attends à voir le ravitaillement au sommet mais non encore 1 à 2km et j’y suis - Maido Tête Dure. Il est 10h passé, je suis en avance sur mes prévisions. J’ai désormais 5h30 d’avance sur la barrière horaire. Je suis bien – pas de crampes, ni d’ampoules, ni de douleurs traumatisantes. Je me restaure en salé – saucisson, tuc, jambon – du coca coupé avec de l’eau. Je fais le plein de mes flasques. Il fait très chaud. Je regarde le profil du parcours – 15km de descente jusqu’à la seconde base de vie. Je reprends la marche en finissant de manger quelques fruits et un verre de coca. Le début de la descente vers ilet Savannah est une succession de montagnes russes pendant 2-3km. Un vrai casse-pattes.

FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS - FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -

J’attends avec impatience la vraie descente. Elle arrive, le chemin est propre, sableux avec des marches formées par des rondins de bois. Je reprends la course doucement. Cela fait plusieurs heures que je n’ai pas emmené une telle allure. Je suis confiant sur ma résistance physique. Si la descente est ainsi jusqu’en bas j’y suis dans 2h.

Je continue, l’allure est bonne. Je n’en fais pas plus, je reste sur un rythme de 8-9 km/h. Je traverse une partie ombragée rocheuse, je perds l’équilibre. Mon corps part en avant et par reflexe je me bloque en arrière afin d’éviter la chute. Je sens mon genou gauche se tendre et être à la limite de la rupture. Je réussis à éviter la chute et continue sur mon élan 4 ou 5 enjambées. J’ai alors une vive douleur au genou. Je marche un peu afin de voir si  la douleur est moindre. La douleur est bien présente. Cela ne va pas, cela ne doit pas s’arrêter maintenant, c’est impossible après tous ces efforts consentis. Je me pose à l’écart du chemin et sors une bande d’élastoplaste.

Je me surprends, j’ai prévu dans mon sac une paire de ciseaux. Tous ces signes positifs me font du bien et me rassurent. Pas d’ampoules, pas de crampes, en avance sur mes prévisions…Ce n’est qu’une péripétie que je vais et dois gérer au mieux. Je coupe des bandes de 15-20 cm et je me strappe le genou. Je vais descendre ainsi jusqu’à la seconde base de vie. Je reprends la marche, la douleur est moins vive. Il me reste encore 10km à descendre. Et pendant ce trajet, je vais cogiter. Pourvu que cela tienne jusqu’en bas et là je me ferai soigner par des professionnels. L’arrêt définitif est à cet instant non envisageable et non envisagé. Je marche – j’évite toute reprise de course. Que c’est long 10km de descente en claudiquant. Je perçois les premières habitations ainsi que l’océan. Cette vue est accueillie avec empressement. Je m’interroge sur la suite mais mon but 1er est d’atteindre ilet Savannah. J’y suis presque et la douleur se fait de plus en plus vive. A chaque pas, elle est désormais plus que présente. Mon strapping de fortune ne fait plus l’effet escompté. Cela pue ! Mais je continue sans faire paraître mon chemin de croix aux nombreux supporters présents, qui attendent leurs amis, compagnes et compagnons respectifs.

 Je suis désormais à Ilet Savannah, il est 14h30 et je vais récupérer mon 2ème sac. Je prends une douche (toujours froide), arrache mon strapping  et je me change. J’arbore maintenant le second maillot sans manche de la Diagonale. Je compte à cet instant le porter jusqu’à la Redoute. Je vais à la tente des kinés et podologues pour me faire soigner. Je souffre mais je serre les dents. Deux jeunes praticiens m’auscultent et diagnostiquent une luxation du genou. Et alors, que faire maintenant ! Ils me posent un strapping mais me préviennent que c’est uniquement pour le maintenir dans l’axe. Sur la table, mes pensées se bousculent. Je repars ou pas ? Je souhaite prendre cette décision seul, pas d’appel à ma compagne ou à Kiki. Cette décision m’appartient, je la souhaite la plus réfléchie possible sans pression d’aucune sorte.

Je remets mes chaussures et essaient de trottiner jusqu’aux tentes de ravitaillement. Impossible, cela me lance au sein de la partie externe de mon genou gauche. Je réfléchis, il me reste 35 à 40 km avec quelques parties encore bien compliquées. Tout allait bien, il y a 3h ce n’est pas possible de m’arrêter là. Allez un essai en marche rapide – même douleur. Je me rappelle les paroles de JPP lors de la MaxiRace à Annecy : « Ne rend jamais ton dossard, tu le regretteras plus tard ». Je m’interroge, je regarde le profil du parcours. Prochain ravito dans 8km et 4h30 prévu pour y parvenir. Dans mon état, je me dis, je pars pour 5h de souffrance. Je veux continuer mais est-ce raisonnable ? Ne vais-je pas aggraver ma blessure ? Je suis à la Réunion, le relief n’est pas celui de Givray ou du Bois de Saint Pierre. Mes pensées se bousculent, ma tête me dit de continuer et mon corps souhaite se préserver de blessures plus graves. Je me restaure et vois plusieurs coureurs doublés repartir. Malgré la difficulté de ce raid, je me dis : « ils ont de la chance ». Je me rends à la table de chronométrage et je leur dis « je m’arrête  là »…Je ne peux prononcer le mot « abandon », c’est trop dur de s’arrêter si près du but. J’en suis persuadé, j’avais tout fait bien : la longue préparation, l’alimentation, la gestion de ma course et j’y étais, oui j’y étais presque …Une personne me retire la puce de mon dossard ainsi que ma plaque d’identification attachée à mon sac. Je suis vidé. J’ai pris, j’essaye de m’en persuader encore aujourd’hui, la décision la plus sage dans un souci d’intégrité physique. Mais que c’est dur à accepter ! Que c’est dur d’être si près du Graal et d’échouer. Dossard 2319 – ma diagonale est terminée mais non aboutie. Peut-être une prochaine fois !

FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -
FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -
FRANCK BROCHAIN- DOSSARD  2319 - MA DIAGONALE DES FOUS -
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2018 2 18 /12 /décembre /2018 14:23
89ème sur 2800  en 35h08'34"

89ème sur 2800 en 35h08'34"

Jeudi 18 octobre 20h30, me voilà au départ de la Diagonale des Fous parmi plus de 2800 coureurs. Je fais un point juste avant le départ. Je me suis bien reposé, en forme, et surtout entièrement satisfait de ma préparation. J’ai le sentiment d’en avoir fait le maximum, sans en faire trop. Les quelques pépins physiques que j’ai eu au fil de la préparation ne l’ont pas impactée et sont désormais oubliés. L’attente des derniers jours était longue, maintenant j’y suis, prêt comme jamais.

22h, le départ est donné, c’est parti pour la traversée del’île ! Je suis plutôt bien placé, à environ 20m de la ligne de départ, je dirais autour de la 500e place. Les premiers kilomètres sont incroyables, des milliers de personnes bordent la route et nous encouragent. Très vite le parcours s’éloigne du front de mer et prend la direction des montagnes. S’ensuit une longue ascension de 40km et 2000m D+, peu pentu et peu technique, idéal pour débuter la course. Au milieu les champs de cannes à sucre, les kilomètres passent vite. Après une heure de course je regarde ma montre, 10km. J’ai l’impression d’être tout juste parti, c’est bon signe. Les sensations sont bonnes, ça s’annonce bien. Je passe au premier ravitaillement, Domaine Vidot, puis au second, Notre Dame de la Paix puis au troisième, aire nez de bœuf. Je m’y arrête peu, entre deux à trois minutes, juste de temps de refaire le niveau de mes flasques et de prendre un verre d’eau. Pour ne pas me laisser impressionner par la distance, je ne me représente pas la course dans son ensemble mais comme une succession d’étapes dont chaque ravitaillement marque la transition de chacune d’entre elles.

Sur ce début de course, je me force à garder un rythme tranquille car comme certains disent, la course commence à Cilaos, au 65e km. J’essaierai donc d’y arriver le plus frais possible. Malgré tout, depuis le début de la course je reprends petit à petit des places. Après environ 6h d’effort, je termine cette longue ascension et m’engage sur la première descente avant d’arriver au

"MARE A BOUE"

ravitaillement de Mare à Boue. Cette année, par chance, cette partie est sèche et donc très agréable à traverser. Je continue, et c’est une belle ascension qui s’annonce dans les coteaux de Kerveguen. La montée n’est pas facile, c’est pentu et rocailleux, mais le soleil se lève et je découvre que je traverse

REMPARTS VERTIGINEUX EN MONTANT SUR KERVEGUEN

de magnifiques paysages. Je parviens en haut et bascule dans le cirque de Cilaos, s’annonce alors une descente jusqu’à la base de vie. Bien qu’étant un adepte de la descente, celle-ci je la redoute. 2 km de descente et 750m de dénivelé négatif, c’est rude. Il y a des passages très raides, certains avec des échelles.


 

CIRQUE DE CILAOS : VUE DEPUIS LE SOMMET DE KERVEGUEN

Je prends mon temps, tout va bien mais je commence à sentir que les cuisses subissent un peu. Sur cette portion certains coureurs me doublent avec une aisance déconcertante.

CILAOS

Je n’essaie pas de les suivre au risque de le regretter dès les prochaines côtes. La descente se termine et me voilà aux abords de Cilaos. J’arrive au stade, je récupère mon sac à la base de vie et me pose sur le stade, après un peu plus de 10h de course. Mise à part cette dernière descente, je me suis bien économisé et je reste confiant pour la suite. Après 30 minutes de pause consacrés à manger et me changer, je repars propre et en forme. C’est le moment de s’attaquer l’ascension du Taïbit avec ses 1200m de D+ sur 6 km. Il fait maintenant très chaud, je veille donc particulièrement à mon hydratation car je sais que c’est un point essentiel. Je prends un rythme constant, surtout ne jamais m’arrêter. Je vois les premiers signes de fatigue autour de moi, certains s’arrêtent et commence à avoir des crampes. Je suis l’aise en montée, et dire qu’il y a six mois c’était mon point faible, je me suis tellement concentré à améliorer ce point qu’aujourd’hui c’est l’inverse !
 

RAVITAILLEMENT AU PIED DU COL DU TAIBIT
RAVITAILLEMENT AU PIED DU COL DU TAIBIT

RAVITAILLEMENT AU PIED DU COL DU TAIBIT

P'TIT BON DIEU JUSTE AVANT L'ARRIVEE AU COL DU TAIBIT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je passe le col du Taïbit, et là je vois…une mer de nuage. Dommage, je vais devoir attendre encore un peu pour découvrir le cirque de Mafate. Je redescends jusqu’au village de Marla où un ravitaillement m’attend. Après une courte pause, je repars et j’entame peu après la montée jusqu’au col de bœufs. Le col franchit s’ensuit une descente de 14km et 1100m de D-. Je me retrouve à suivre un coureur dont le rythme me convient bien, qui m’accompagnera au cours des trois prochaines heures. On avance bien dans cette descente, les sensations sont bonnes.

SENTIER SCOUT : montée vertigineuse vers les Deux Fesses et le Grand Rhein

Je vois à ma montre que la mi-course vient d’être passée, c’est encourageant et motivant car jusqu’à présent tout va bien. L’euphorie que je ressens à ce moment ne va pas durer, car quelques kilomètres plus loin, subitement plus rien. Mon corps me lâche, je suis victime de la chaleur et d’une grande fatigue musculaire. J’atteins péniblement le ravitaillement Ilet à Bourse, au 97e km. Je prends quelques minutes pour me passer sous l’eau et reprendre mes esprits. Puis je me remets en route, c’est difficile mais j’ai tout de même un peu moins chaud. Je m’étais préparé à avoir un tel coup de fatigue, j’ai déjà connu ça pendant ce type d’effort. Je m’accroche, j’oblige mes jambes à avancer coûte que coûte, je sais que la forme va revenir. Alors que je pense revoir passer devant moi bon nombre de coureurs, ce n’est pas le cas. Je m’aperçois que ceux qui m’entourent sont dans le même état que moi, voire pire.

MONTEE VERS ROCHE PLATE : PITON CABRI (au centre du Cirque)

Je continue difficilement, prochain ravitaillement à Grand Place, dans trois kilomètres. La progression est compliquée mais j’y arrive déjà un peu mieux. Les pauses commencent à être plus longues, depuis que je ressens le besoin de m’asseoir à chaque ravitaillement elles approchent des 10 minutes. Je repars, et après quelques kilomètres j’entame la montée au Maïdo, soit 1500m de D+ en 11km. Après  500m de D+, le ravitaillement de Roche Plate me permet de faire une pause dans cette montée interminable. Pour la première fois les bénévoles m’annoncent ma place, 89e. Belle surprise, ça fait du bien au moral après ces 3 dernières heures très difficiles. Ça commence à aller mieux, je repars et me retrouve à nouveau seul, la nuit est tombée. Je sens que je suis revenu dans un état suffisamment bien pour aborder la dernière partie du Maïdo, la plus raide et la difficulté majeure de la course. De plus, la nuit m’évite de passer cette partie sous un soleil de plomb comme ce sera le cas pour beaucoup de coureurs, un avantage considérable. Je rattrape un petit groupe auquel je me greffe. On s’arrête quelques secondes à chaque quart de la montée, indiquée par une marque sur des rochers. Ça permet de souffler un peu et de faire passer un peu mieux l’effort, qui durera tout de même 2h15 sur cette dernière partie. Je vois au loin une lumière en haut du Maïdo, c’est le col que je dois franchir et où du monde doit probablement encourager les coureurs. Ça semble tellement loin…je me reconcentre pour ne plus y penser et me replonger dans ma bulle. L’ascension terminée, je relance sur le sentier maintenant plat jusqu’au ravitaillement. Que c’est dur pour les jambes, je n’arrive plus à avancer. Je me ravitaille rapidement et entame la descente jusqu’à la prochaine base de vie, au village de Sans-Souci. 13km et 1600m D-. Elle me parait interminable avec ses innombrables marches qui commencent à me faire mal aux pieds. Je commence à ne plus les supporter, je n’en ai jamais vu autant sur une course, il y en a des milliers !

J’arrive enfin à la base de vie après 25h de course. Je me pose quelques minutes en profitant des crêpes que nous préparent les bénévoles, un régal. Ça fait un bien fou à la tête et au corps. Je me dirige ensuite vers les tentes où je récupère mon sac contenant vêtements et ravitaillement personnel. Un podologue voit mes pieds et me convainc de prendre quelques minutes pour y apporter des soins. J’accepte, un peu plus de confort pour les 50 derniers km ne sera pas de trop. Et puis c’est l’occasion de m’allonger 10 minutes, c’est déjà ça. Je repars après 30 min de pause. Je m’étais imaginé dormir un peu à cette base de vie mais je n’ai pas sommeil, donc je continue. Une douleur à une cheville apparait, elle est due au frottement de mon manchon de compression sur la malléole, ce qui me vaut un bleu. Je ressens la douleur à chaque pose de pied, il reste 50km, ça me parait tenable. J’arrive tout de même à garder un rythme correct. Je traverse la rivière des galets, une épreuve que je tiens à réussir pour ne pas finir la course avec les pieds mouillés. C’est bon ! Et c’est parti pour une montée jusqu’à Dos d’Ane, 600m de D+ en 10 km. Alors que je termine juste la côte, la fatigue arrive d’un coup. Je me sens complètement épuisé, c’est maintenant la tête qui a besoin de repos.  C’est une nouvelle course qui débute. Je devrais peut-être dormir quelques minutes, mais l’idée ne me traverse même pas l’esprit. J’ai parcouru 135km, Il en reste 30, j’ai l’impression d’y être presque… en réalité je mettrai plus de 7h pour terminer. Débute alors une lutte de chaque instant dans ma tête. Je savais que la fatigue serait une des grosses difficultés pour moi. N’ayant jamais couru si longtemps, je suis dans l’inconnu. Pour m’aider à m’accrocher dans cette situation je me suis fixé une règle, qui consiste simplement à m’interdire d’abandonner quelle que soit mon état physique et mental. Ça m’a déjà été utile par le passé, maintenant également car je me rends compte que c’est ce qui me permet de passer au-delà de toutes les difficultés auxquelles sont sujets mon corps et mon esprit. Il y a d’un côté l’envie de tout arrêter pour pouvoir dormir et quitter cet état de fatigue et de douleur tellement inconfortable. Et de l’autre cette voix au fond de ma tête, que je ne contrôle pas et qui me pousse à avancer encore et encore. Dans ces moments, je pense aussi à celles et ceux qui me suivent, dont certains espèrent au moins autant que moi me voir franchir la ligne d’arrivée. C’est alors que je poursuis ma course avec la descente du chemin Ratinaud, le sentier de la Kala avant d’atteindre  le ravitaillement de la Possession.

La portion suivante n’est pas évidente non plus, il s’agit du chemin des Anglais, une voie pavée vallonnée longue de 6 km.

CHEMIN DES ANGLAIS CHEMIN DES ANGLAIS

CHEMIN DES ANGLAIS

Comme tous les chemins depuis quelques heures, ça me parait interminable. L’avantage avec la fatigue, c’est que désormais les douleurs physiques sont secondaires et très atténuées. La pluie commence à tomber, le jour se lève, et j’arrive au ravitaillement de la Grande Chaloupe. Je repars rapidement pour me confronter à la montée du Colorado, 9km et 900m de D+. C’est la dernière, mais que c’est difficile, je n’en vois pas la fin…je commence même à avoir quelques légères hallucinations, ce qui ne m’inquiète ni me surprends pas, je savais que ça pouvait arriver. Après près de 2h30 d’ascension j’atteins le sommet et m’engage dans la dernière descente, 5km jusqu’à l’arrivée. Une fois encore, ça me parait très long, jusqu’à ce que je retrouve la route toute proche de l’arrivée au stade. Il est 9h du matin, il fait à nouveau très beau, les conditions sont excellentes pour terminer cette belle et difficile course. J’entre dans le stade puis franchis la ligne après 35 heures,  8 minutes et 34 secondes de course, en 89e position.

A ce moment une seule chose me vient en tête : je l’ai fait !

ARRIVEE SUR LE STADE DE LA REDOUTE
ARRIVEE SUR LE STADE DE LA REDOUTE

ARRIVEE SUR LE STADE DE LA REDOUTE

Pas d’émotions fortes, pas de larmes, pas d’effusion de joie, je suis trop épuisé pour ça. Juste la satisfaction d’en avoir terminé, d’avoir franchi cette ligne à laquelle je n’ai cessé de penser au cours de ces 8 dernières heures.


 

DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :

Bilan à froid :

Au terme de cette aventure, c’est une grande satisfaction qui qualifie le mieux ce que je peux ressentir. Celle d’avoir osé me lancer à moi-même cet incroyable défi, celle d’avoir fait le maximum pour me préparer du mieux que je le pouvais, et bien sûr celle d’être parvenu à franchir la ligne d’arrivée après avoir fait une course dont je n’aurais pas pu espérer meilleur résultat. Un résultat dont je suis très content mais qui en réalité n’était pas l’objectif principal, du moins pour cette première expérience, tant la dimension humaine prend une part importante. Que ce soit d’un point de vue personnel, avec le fait de me dépasser, de gérer mes émotions, d’apprendre à me connaitre un peu plus, de sortir de ma zone de confort…mais aussi avec le partage présent du début à la fin de ce projet, à commencer par la préparation et les entrainements avec des gens aussi formidables que passionnés. Et pendant la course, avec les nombreux spectateurs qui encouragent chaque coureur comme s’il était un champion, ainsi que les bénévoles qui font leur maximum pour nous mettre dans les meilleures conditions possibles. Et enfin les coureurs eux-mêmes qui n’hésitent pas à se soutenir et s’entraider tout au long de la course. A mon sens, cette aventure n’est en rien un aboutissement comme je me l’étais imaginé il y a quelques années, mais bel et bien une première expérience tout à fait concluante

DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
DIAGONALE-DES-FOUS-2018-CLEMENT-MOUSSET- Retour sur ma traversée de la Réunion, récit d’une belle et difficile aventure :
Partager cet article
Repost0
22 octobre 2018 1 22 /10 /octobre /2018 19:00

Samedi dernier je franchissais la ligne d'arrivée sur le stade de la Redoute à Saint Denis, ce qui marquait la fin de ma plus belle et difficile aventure, la Diagonale des Fous.
Je tiens à remercier toutes les personnes qui m'ont permis de concrétiser cet objectif qui me tenait à cœur.
Je pense notamment à celles et ceux avec qui j'ai partagé de bons moments sur la piste, sur les sentiers ou sur tout autre course ou sortie. Également celles et ceux qui ont partagé leur expérience, apporté de nombreux conseils qui m'ont été d'une grande aide pour préparer cette épreuve qui m'était inconnue.
Bien sûr toutes celles et ceux qui m'ont fait part de leur soutien et encouragements au quotidien depuis un an ainsi que tout au long de la semaine dernière avec un incroyable engouement. Et je pense bien fort à celles et ceux qui m'ont demandé de les faire rêver le temps d'une course, et pour qui je savais que je ferai tout pour arriver au bout, me rendant compte de la chance que j'avais de prendre ce départ.
Mention spéciale à Christian Baigue qui a été exceptionnel tant par la qualité de sa préparation que par son suivi et ces précieux conseils, à qui je dois beaucoup et sans qui le résultat n'aurait pas été à la hauteur de ce qu'il est aujourd'hui.
Merci pour tout, je garderai un grand souvenir de cette première sur la Diagonale des Fous, à mon sens l'exemple même des magnifiques valeurs qui rendent le sport si beau !
Je ferai probablement un récit détaillé dans les prochains jours 😀

DIAGONALE DES FOUS 2018 - CEMENT MOUSSET - PETITE REACTION A CHAUD
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 21:42
CLEMENT MOUSSET : PREPA-DIAGONALE DES FOUS 2018 - WEEK-END CHOC SUR LES MONTS DU CANTAL

Retour sur un excellent week-end en Auvergne. Trois jours passés à parcourir la montagne

sur les sentiers du Massif du Cantal, un de mes derniers gros entrainements avant le départ pour la Réunion. Je connais peu le coin, alors pour un guidage plus aisé j’organise mes parcours en fonction du balisage existant, à savoir les traces du GR400, ce qui me qui permet de découvrir l’ensemble des Monts Cantaliens.

De très belles sorties au programme, des paysages magnifiques en continus, et le tout avec des conditions météo idéales, temps frais et ensoleillé. Les chemins sont variés, techniques pour certains, plus roulants pour d’autres, quelques traversées de beaux villages, et peu de routes. Avec bien sûr des passages incontournables, telle la montée du Puy Mary (ci-dessus), celle du Plomb du Cantal ou encore du Puy Griou.

La plus grosse difficulté est arrivée en toute fin de werk-end : le chemin de crêtes menant au sommet du Plomb du Cantal, près de 2h sous des rafales d’une force impressionnante et des températures excessivement basses !

Ayant testé dernièrement les bienfaits de la récupération par l’eau froide, je décide de me rafraichir les jambes dans la rivière après chaque sortie. Très efficace, je repars à chaque fois comme au premier jour!

Au final, des sorties qui rassurent.  La forme est là, les sensations sont bonnes et le plaisir au rendez vous du début à la fin. De bonne augure pour la suite des évènements.

JOUR 1

 

JOUR 2

 

JOUR 3

 

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2018 1 10 /09 /septembre /2018 20:35

Au programme cette fois 123 km et 7200m de D+ ! Avant le départ j’ai toujours dans la tête ma très mauvaise expérience de l’UTPMA où j’avais galéré comme jamais pendant 109 km mais cette fois ça sera différent et me permettra de vérifier que l’on apprend plus de ses échecs que de ses succès. Je pars là pour une distance encore plus longue avec encore plus de dénivelé mais dans un coin que je connais très bien et avec certaines parties que j’avais reconnues quelques semaines avant.

Départ le vendredi 9h avec les copains de l’EPA, je me sens bien j’ai bien

dormi et je ne suis pas fatigué. On part sur un bon rythme car on va faire la première montée de 5 km et 700m de D+ en 1h, je suis en compagnie d'Anne, Christian, Patrick et Manu qui a quelques soucis de chaussettes , on passe le premier ravitaillement en 1h30 pour 9 km et on repart pour la montée suivante, j’ai de bonnes jambes mais j’essaye de ralentir un peu pour en garder. À la descente

suivante je prends un peu d’avance sur le groupe de

l’EPA, je me sens super-bien en descente je ne force pas ça va tout seul !Deuxième ravitaillement à Gèdre au 25ème km, je repars seul, les autres sont juste derrière moi. Sur les 13 km qui vont nous emmener à Gavarnie je vais cool, il fait chaud et je veux toujours en garder je sais que c’est encore très long !

A Gavarnie je vois Christian qui est là, mince j’ai compris… sa douleur au pied l’aura forcée à abandonner … Je suis 192ème, je me ravitaille et Patrick arrive 5 min après. Je décide de repartir avec Patrick, j’en ai un peu marre d’être seul. On monte a un bon rythme je ne sens toujours aucune faiblesse dans mes jambes on passe le refuge des Espugettes puis les 400m de d+ qui nous amènent à la Hourquette d’Alans ou l’on va basculer sur le cirque d’Estaubé pour revenir vers

Gèdre. Dans cette longue descente je sème Patrick qui est un peu moins à l’aise, je double des dizaines de coureurs et j’arrive au ravitaillement suivant, je pointe à la 148 ème place. Je profite de faire un ravitaillement plus copieux pour éviter ce que j’avais subi a l’UTPMA, la nuit arrive, je me couvre bien et je repars le moral à bloc, j’ai des super jambes je ne suis pas fatigué j’ai pris un énorme plaisir dans ce début de trail je sens que ça va le faire !

 

La nuit est tombée, 30 min plus tard dans une bosse très raide, j’ai très mal au ventre j’ai envie de vomir, je ne digère pas quelque chose, je ne m’affole pas, une petite pause au bord du chemin de 15min (pas trop car il fait froid) et je repars doucement avec un petit groupe, j’arrive à Luz-Saint-Sauveur on est au km 75 je suis 130ème, je fais une pause de 30 min à la base de vie. Je refais le plein je

change de chaussettes, je m’alimente bien mais je ne veux pas rester trop longtemps, je ne suis pas fatigué donc je repars. Il commence à faire froide, le nuit sera longue avec des passages compliqués comme la mer d’éboulis pour rattraper le refuge de la Glère ou je passerais en 90 ème position.

Le jour se lève après le passage de Tournaboup, à partir de là je vais gérer et garder ma position. Les jambes serons de plus en plus dures au fil des heures mais rien de bien inquiétant, la dernière descente arrive je la connais bien, puis ce panneau annonçant les 1800 derniers mètres et enfin l’émotion du passage sur la ligne. Voilà c’est fait ! Déjà ! Je fini 89 ème/580, Je n’ai pas vu passer ce trail, il est à l’opposé de ce que j’ai pu vivre sur l’UTPMA, je l’ai traversé avec une facilité qui m’interroge.

Ça restera pour le moment mon plus beau trail autant pour les paysages que pour les sensations que j’ai eues, j’ai pris un plaisir énorme surtout sur les 100 premiers km. Le retour à la vie ordinaire à Poitiers est difficile après toute cette agitation, l’ambiance d’avant et d’après trail avec les copains de l’EPA, l’excitation de la compétition. En conclusion de mon retour de l’UTPMA j’avais dit que cette expérience me servirait et ce fut vraiment le cas pour ce qui sera ma plus belle expérience de trail

PIERRE CHANSIGAUD - Retour sur le GRP2018 -Tour Des Cirques--123km- 7200m D+ et 8000 D-
PIERRE CHANSIGAUD - Retour sur le GRP2018 -Tour Des Cirques--123km- 7200m D+ et 8000 D-
PIERRE CHANSIGAUD - Retour sur le GRP2018 -Tour Des Cirques--123km- 7200m D+ et 8000 D-
PIERRE CHANSIGAUD - Retour sur le GRP2018 -Tour Des Cirques--123km- 7200m D+ et 8000 D-
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 20:50

Vendredi 25 aout 9h, départ de Piau. Après une descente de 800m, j'attaque une montée de 4.9 km pour 770m de D+ pour arriver au sommet de Piau à 2 526m d'altitude. Dur le départ, je pars sur un bon rythme sans jamais me mettre dans le rouge. La balade est encore longue. Je me retrouve rapidement

seul. Je récupère Patrick au 1er ravitaillement (retour sur la station de Piau).

Pas pour longtemps. Il me lâche rapidement dans la 2ème ascension vers le port de Gambiel - 500m de D+ sur 3 km pour arriver à 2 596m d'altitude avec un passage neigeux sur 50m. Je monte à mon rythme et m'émerveille des paysages. Je m'arrête même plusieurs fois pour faire des photos. Au sommet, c'est tellement beau que je m'attarde 5mn pour contempler le site.
Nous attaquons alors 10 km de descente pour 1 600m de D-. Au bout de 8km les cuisses commencent à piquer et j'arrive au ravito de

Gèdre avec des crampes en haut de la cuisse droite. Je ne suis qu'au 25ème km. Le moral en prend un petit coup, il me reste encore 100 bornes à faire. Je retrouve Maryvonne, Eric et Manu qui par leurs messages me reboostent. Je me restaure un peu et repars avec mon Phiphi. J'ai oublié d'envoyer un message à mes proches pour les rassurer. Je m'arrête pour envoyer un sms et demande à mon compagnon de ne pas m'attendre. Je repars et croise Kiki - abandon - son pied blessé l'a laché - Merda ! Je suis deçu pour lui mais je

me remets rapidement dans la course. La douleur à la cuisse est passée au bout de 2 km et je me fixe d'arriver à Gavarnie avec 2h d'avance sur la barrière horaire. Quelle beauté ce cirque avec ses grandes cascades. Un décor à couper le souffle. J'arrive dans la ville avec 1h56mn d'avance. Manu, Kiki et Maryvonne sont là pour nous encourager. Cela fait énormément de bien. Je prends une petite soupe locale et des pâtes, le plein d'eau et je repars avec Pascal. Nous montons ensemble jusqu'à Hourquette d'Alans (2 430 m d'altitude - 960 m de D+ en 10 km). La montée est compliquée et je gère chacun de mes pas. Nous croisons de somptueux chevaux noirs de Mérens aucunement effrayés par tous ces coureurs et randonneurs.
Le retour sur Gèdre se fait de nuit. Je suis à mi-parcours avec un peu plus de 2h d'avance sur la barrière horaire. Bonne surprise - je

croyais être à la ramasse. Cette fois ci, pas d'accueil, il fait nuit et je n'ai qu'une obsession atteindre la base de vie à Luz Saint Sauveur. Je repars donc assez rapidement en oubliant Pascal persuadé qu'il est devant moi. Je passe rapidement Phiphi qui se couvre chaudement et après 4h d'effort j'atteinds Luz - il est 3h22. Premier objectif - récupérer rapidement mon 2ème sac. Je recharge ma frontale et commence à me changer. Je fouille partout, grosse boulette, j'ai oublié de prendre une seconde paire de chaussettes. Je quitte celles que j'ai, les étend pour les sécher. Je me lave les pieds et vais voir les podologues pour des soins - une grosse ampoule s'est ouverte sous mon pied droit. Un jeune homme à la carrure de rugbyman bichonne mes petons - il en profite également pour traiter mon pied gauche qui commence à cloquer. Je suis arrêté depuis 50mn. Je pars me restaurer et aperçoit Pierre H qui fait de même. J'essaye de me reposer 20mn - impossible. Je repars donc seul après 1h30 d'arrêt avec les pieds guéris mais sans avoir pu dormir (cela fait 19h50 que je suis parti).Je n'ai plus que 1h25 d'avance sur la dernière barrière horaire.
La reprise est difficile - 940 D+ en 8km jusqu'au prochain ravito. J'y arrive de jour au bout de 2h45. Une petite cabane avec 2 dames et un monsieur très gentils nous y accueillent. Je prends un café, m'étire les jambes pendant 5mn et je repars. Le sommet du Sarrat de Largues n'est qu'à 4km mais avec 600m de D+. En repartant de la cabane, se dresse une mer de rochers sur 300m - mais qui c'est le con qui les a déversé ! Son franchissement m'est difficile avec mes chevilles de verre. Je suis extrêmement prudent. Après ce passage périlleux, je monte à un petit rythme tellement le pourcentage est important et les rochers de plus en plus nombreux. En haut je ne m'attarde pas. Plusieurs traileurs exténués

reprennent leur souffle. Je vois le prochain ravito du sommet et me force à l'atteindre sans

m'arrêter. Ce refuge de la Glere est le bienvenu. Je m'installe sur un banc- me restaure face à un lac de montagne et je contemple la vue. J'y retrouve Pierre H installé depuis peu. Je repars au bout de 10 mn pour descendre jusqu'à Tournaboup (station de ski). Le soleil tape fort,il fait très chaud. Il est 11h45 et je me retrouve à ce ravito au 94ème km avec Pierre H, Phiphi et Pascal avec 2h15 d'avance. J'ai gagné du temps et repars seul le moral reboosté.


Nous sommes déroutés du col de Barèges (plainte déposée par une association locale) pour accéder à un col à la même altitude 2 460m dont j'ai oublié le nom - l'ascension est compliquée avec la chaleur. Je gère chacun de mes pas. Mes ampoules se sont rouvertes sous les 2 pieds et il me reste 25km à parcourir. Je serre les dents et je me fixe des objectifs visuels - un arbre au loin, un lac, une cabane...Je suis focus sur cette routine perso. Arrivé au sommet sous un ciel très dégagé, je me pose 5mn et contemple les lacs en contrebas. J'aperçois même 2 vautours d'une envergure impressionnante qui planent majestueusement dans les airs. Personne de mes compagnons d'infortune ne les ayant vus, je me pose encore aujourd'hui la question : " Les ai je réellement aperçus ? ". Nous sommes le samedi 25 aout 16h30 et cela fait 31h30 que je suis parti. Je descends vers la cabane de Lude où les coureurs du 80km ne cessent de nous doubler. De vrais cabris domptant la descente pierreuse et piégeuse avec une aisance déconcertante. Clément me double comme une bombe puis Eric un peu plus tard. Le premier

lucide et facile me lance des mots d'encouragement réconfortants. Pour le second un peu plus dans le dur c'est moi qui le félicite de sa performance - malheureusement on se retrouvera un peu plus tard. J'arrive à la cabane de Lude et je m'arrête pour me couvrir. J'échange quelques

mots avec un petit papy local qui m'aide à sortir les affaires de mon sac et à m'habiller. Il me lance "Vous avez pris cher sur le 120, vous êtes plus marqués que ceux du 160". Sur ces mots, je repars et je me dis "je dois avoir une sale gueule".
Dans la montée vers le restaurant Merlans, il commence à faire froid. J'y arrive dans le brouillard et le vent. Je prends une soupe de potirons et m'installe sur une chaise. C'est alors qu'Eric m'accoste et me raconte ces péripéties - grosse entorse avec surement arrachement ligamentaire. Il est strappé et fait un essai pour repartir mais revient rapidement - abandon. Je suis déçu pour lui, il était à rien d'être finisher du GRP 80. J'aperçois ensuite Maxime qui fait une très belle course sur le 80 km. Je discute avec des accompagnateurs qui suivent leur fils également sur le 120km. Je ne vois pas le temps passé et repars au bout de 20mn. Maxime est déjà reparti. Je me suis refroidi et je grelotte sur les 2 derniers km de l'ascencion vers le col de

Portet (2 215m). Il me reste alors 12km de descente à parcourir et le brouillard est bien présent. Je me force à trottiner mais c'est vraiment laborieux. J'installe ma frontale, il est 19h30.
Je me fixe d'arriver à 22h - je sais que c'est fini et que je vais être finisher. Je marche le plus souvent et avec le brouillard, je distingue des formes qui me paraissent énormes. Ceux sont des vaches. J'ai l'impression qu'elles font le double de celles que l'on peut voir dans nos champs poitevins. Je les trouve belles - toutes blanches, le contour des yeux noirs et des énormes cornes. J'ai fait des recherches cette race s'appelle la vache Gasconne. Elles sont au milieu du chemin et ne semblent pas perturber par ma présence. Elles sont imposantes mais elles ne me font pas peur. Je ne fais pas d'écart et je passe au milieu d'elles à la pointe de leur mufle. Je suis seul avec elles, il commence à faire nuit, il y a du brouillard et je suis bien. Aucun problème musculaire - je gère tant bien que mal la douleur des ampoules sous mes pieds. Je souhaite désormais en terminer rapidement. J'attaque alors la descente raide vers Soulan. Mes jambes s'emballent, j'ai peur de m'étaler sur le chemin pierreux et pour m'arrêter je plonge dans les buissons de myrtilles sur ma droite. Je me relève, je n'ai rien. Je repars en marchant jusqu'à Soulans et ne cesse de me freiner pour ne pas prendre de vitesse.
J'arrive alors dans le village et j'attaque en marche rapide la descente par la route vers Vielle Aure. Je me dis " Super ! si c'est que de la route jusqu'à l'arrivée, plus de risque de chutes". Fausse joie, à la sortie du village je prends un chemin large sur ma droite, il descend en lacets jusqu'au prochain pointage. Je reprends confiance et me surprend à trottiner sur certaines portions. J'arrive à Vignec, il reste 1 600m à parcourir et il est 21h53. L'arrivée à 22h n'est plus jouable mais j'y suis. Je commence à courir sur la partie route, mais je reviens rapidement à la marche rapide. 800m - 400m - 200m, ce final est interminable. Je vois au loin une petite bosse et au sommet la foule qui applaudit les coureurs. Fièrement je me remets à courir jusqu'au passage de la ligne d'arrivée. J'ai l'impression qu'ils sont des milliers à m'applaudir et certains scandent mon prénom inscrit sur mon dossard.

Quelle émotion ! Je passe l'arrivée puis je fonds en larmes. Putain, je l'ai fait. Je suis finisher de cette diablesse. Je reprends mes esprits puis m'avance vers une jeune fille qui me passe une médaille autour du cou. J'avance encore on me demande ma taille - M et on me donne une veste de finisher. Je me pose sur un banc, je suis seul parmi les traileurs finisher et je reste là 10mn sans rien faire - la décompression totale. Je suis bien et léger. Le temps de course, je m'en fous, j'ai atteint mon objectif, traversé de somptueux paysages et c'est tout ce qui m'importe.

Je suis finisher de mon premier ultra trail.

Un grand bravo aux bénévoles rencontrés tout au long du we par leur dévouement et gentillesse extrêmes. Un grand merci aux accompagnateurs qui par leur présence et leurs mots d'encouragement ont eu un énorme impact sur mon moral. Bravo également à tous les finishers du we - Repos et soins pour les blessés. Et enfin un petit mot pour mes proches : "Non je ne suis pas fou, je suis simplement amoureux de la nature, des paysages montagnards et par le trail j'assouvis à la fois mon besoin de faire du sport, de ressentir des émotions particulières et de m'émerveiller comme un enfant à la vue de superbes paysages".

FRANCK BROCHAIN - MON PREMIER ULTRA TRAIL - GRP TOUR DES CIRQUES -123km 7200m D+ 8000 D-
FRANCK BROCHAIN - MON PREMIER ULTRA TRAIL - GRP TOUR DES CIRQUES -123km 7200m D+ 8000 D-
FRANCK BROCHAIN - MON PREMIER ULTRA TRAIL - GRP TOUR DES CIRQUES -123km 7200m D+ 8000 D-
Partager cet article
Repost0
26 juin 2018 2 26 /06 /juin /2018 16:13
PIERRE CHANSIGAUD -UTPMA- RETOUR SUR MON 1ER ULTRA PLUS DE 100KM
Retrait des dossards

Retour sur mon premier Ultra Trail de plus de 100km du week-end dernier : l'UTPMA :
(attention c'est long mais 22h30 ça ne se raconte pas en deux lignes 😀)
Au programme de la journée 108km et 5500m de D+ .

Départ de Poitiers à 9h30 pour un départ à Aurillac à 00h01 le samedi. Je me dis que je vais dormir un peu dans la voiture et un peu dans le bungalow dans l’après midi mais ça ne fût pas possible,  déjà parce que le sommeil ne venait pas et de plus mes colocs parlaient un peu fort ...
Du coup Matthieu me pose vers 23h sur la ligne de départ et après un feu d'artifice le départ est donné. Je part en compagnie de Nicolas Guillout

et de son père, on part doucement au début mais je sens déjà que ça ne va pas fort et j'ai très envie de dormir ...
Je passe le premier ravitaillement en 477ème  position sur environ 700 participants, donc un départ vraiment cool.
On repart mais Nicolas et son père commencent à avoir un rythme un peu trop élevé pour moi et je décide de les laisser partir. Au col du Pertuis je pointe à la 293eme position. Arrivé à Super Lioran, je
viens de faire la montée du Plomb du Cantal et je commence sérieusement à douter de mes forces restantes ; Néanmoins je retrouve Matthieu qui m'attend, je change de chaussettes, je mange un peu et sûrement trop peu et je pense que ce fut une grosse erreur pour la suite.
Matthieu repart avec moi, on se goure de route au début mais sans grosses conséquences, on passe le Puy Mary, déjà 3800m de D+ et 63km de fait, je pointe a la 172ème position.

PIERRE CHANSIGAUD -UTPMA- RETOUR SUR MON 1ER ULTRA PLUS DE 100KM PIERRE CHANSIGAUD -UTPMA- RETOUR SUR MON 1ER ULTRA PLUS DE 100KM

On redescend au Pas de Peyrol pour le ravitaillement et la je craque complètement je suis au bout de mes forces depuis déjà 10km, je suis à deux doigt de vomir. Mentalement et physiquement ça ne va plus du tout, je n'arrive pas à gérer cet état, je n'ai jamais connu ça de ma vie …
Des personnes de l'organisation ne me trouvent pas bien et  ils me recouvrent avec un couverture de survie, tentent de me prendre la tension et puis la glycémie : Tout est ok, je reste un bon moment a récupérer ; 30 a 45min et je décide de repartir quand même après m’être bien ravitaillé.

Je n'ai plus le moral du tout je marche comme un zombie, l'abandon commence à être une possibilité dans ma tête et je ne profite même pas des paysages. J'ai froid, je grelotte puis j'ai trop chaud, je passe mon temps à me couvrir et me découvrir … Km 73, 209ème, nouveau ravito et Matthieu me laisse pour aller récupérer la voiture, je continue tout seul les 15km pour le prochain ravitaillement, c'est interminable, je me fait doubler par des dizaines de coureurs, je perds presque 40 places sur cette partie.
Je passe les gorges de la Jordanne,sûrement très beau mais pour moi un calvaire,

 

puis j'arrive à l'agonie une deuxième fois au ravito au km 88, et là c'est vraiment la fin.
C'est décidé ça ne sert à rien je n'arrive presque plus à marcher, j'appelle Matthieu, j'appelle Stéphanie, j'ai envie que tout s’arrête … Mais tout d'un coup je reçois plein de sms et de coups de fils qui vont arriver à faire luire encore une petite flamme d'espoir.
Rebelote je passe 35-40 min à me faire masser, à manger et boire et je repars. Je rencontre en repartant un coureur : Xavier, nous finirons ensembles ! il reste 20km, ça reste a notre portée car  maintenant on ne joue plus d'objectif de temps, on vise juste le finisher. 13Km plus loin dernier ravitaillement, le moral est revenu, les jambes un peu aussi, on arrive même à recourir, on sent la fin proche ! Stéphanie, Matthieu et Antoine sont là pour nous encourager.
1h30 plus tard l'arrivé en vue, on marche, on en a plus rien à faire, le but est de franchir la ligne ... voilà c'est fait !

Au final 263ème position en 22h23 min

FINISHER : Au mental et au courage !!!


Cela aura été ma pire expérience de trail et même ma pire expérience sportive (avec la fois ou j'ai fait 3h30 d’entraînement après une biture chez Christophe Lautard 😵😀).
Néanmoins j'ai beaucoup appris dans cette épreuve et je remercie beaucoup ceux qui mon soutenu sur la fin ;  Ces messages m'ont vraiment fait du bien : Nicolas Rolland, Eve Ounette, Christophe Lautard, Barth Et Lémy etc … Xavier Gasparotto avec qui j'ai terminé la course et Je remercie surtout beaucoup Matthieu qui ma soutenu toute la journée et Stéphanie Chansigaud ... Merci aussi à Christian Baigue et tout ceux de l' EPA

Maintenant pour le Grand Raid des Pyrénées , on va y réfléchir !

PIERRE CHANSIGAUD -UTPMA- RETOUR SUR MON 1ER ULTRA PLUS DE 100KM
PIERRE CHANSIGAUD -UTPMA- RETOUR SUR MON 1ER ULTRA PLUS DE 100KM
PIERRE CHANSIGAUD -UTPMA- RETOUR SUR MON 1ER ULTRA PLUS DE 100KM
Partager cet article
Repost0
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 22:42

Tour des lacs 80km

Le récit de la course de Matthieu Baillargeau (avec Pierre Chansigaud)

Petit retour sur notre GRP avec Pierre et Matt.
Après 2 mois de préparation, plutôt sérieuse, l'attente commençait à être longue. Nous étions vraiment impatient de commencer avec une méteo qui allait être parfaite.
05h05 le départ est donné juste après la victoire d'un Poitevin Rudy Bonnet sur le 120, Impressionnant.
Comme il s'agissait de notre premier trail de cette distance nous nous étions dit de commencer doucement pour ne pas subir sur la fin. Le départ est donc très en dedans de nos possibilités a t'elle point que Pierre se demande si on est vraiment pas parti trop lentement. La suite nous le

dira. On progresse à notre allure sans jamais s’arrêter et en ne traînant pas trop au ravito. Au

premier pointage nous étions 598ème et nous allons systématiquement monter dans le

classement pour finir 300 et 301ème. Notre stratégie était la bonne, enfin c'était aussi et surtout les conseils prodigués par notre coach et les copains du club déjà aguerri à ce genre de course.
Pierre continue la journée en étant impressionnant en montée et je dois serrer les dents par moment pour ne pas me faire distancer. Ses deux semaines en altitude début août lui auront vraiment été bénéfique.

 

La dernière grosse ascension très pierreuse vers le col de Bastanet fera beaucoup de dégâts chez les coureurs. C'est à ce moment la que j'ai un coup de mou et des envies de vomir. On s’arrête 1 min le temps de boire, et finalement ça passe.

Arrivés en haut du col de Bastanet on sait que le plus dur est fait, du coup le moral est au beau fixe. Je range les bâtons pour pouvoir suivre Pierre qui veut courir car dit-il « j'aimerais arriver avant la nuit » !!!!!!. Les 20 derniers kilomètres se feront à un rythme élevé en courant quasiment tout le long et ou on va de nouveau doubler de nombreux coureurs pour finir les deux kilomètres dans St lary ou Pierre me freine un peu …...
Au final 300 ème et 301 eme sur 1400 partants en 17h32. Une super entente avec Pierre tout au long de la journée. Course se déroulant dans un cadre magnifique. Juste parfait.
Merci à nos femmes pour l'assistance sur les ravitos et en dehors.
Merci à notre coach Christian Baigue pour le plan d'entrainement et ses conseils et les copains de l'EPA 86 en week-end choc sur place pour les encouragements.
En bref un super week-end.

EPREUVES DU GRP et ECHAPEE BELLE  2017  "les petits récits des copains" Matthieu Baillargeau, Benjamin Morvan,  Jonathan VitetEPREUVES DU GRP et ECHAPEE BELLE  2017  "les petits récits des copains" Matthieu Baillargeau, Benjamin Morvan,  Jonathan Vitet

Tour des lacs 80km

Le récit de la course de Benjamin Morvan

Petit CR de ce fameux GRP 80km pour 5000 D+. Départ jeudi 13h après 7h de boulot dans les jambes. Quelques péripéties sur la route, deux trois coups de téléphone et me voila anéantie par la nouvelle... La perte d'un ami traileur avec qui je venais de partager la fin de ma préparation pour cette course viendra perturber ce week-end. Cependant, hors de question de renoncer à cette aventure que je lui dédis ! Arrivée à Vieille-aure aux alentours de 1h du matin, je passe la nuit dans la voiture histoire de ne pas bruler trop d'énergie à monter la tente. Vendredi matin, levé de soleil quelque peu brumeux l Objectif de la journée se reposer, marcher un peu et rester concentrer sur la course. Samedi matin, réveil à 3h30 après une nuit courte. Le départ est donné à 5h au centre de vieille-aure. La machine est lancée, les choses se passent instinctivement, je retrouve deux autres coureurs avec qui j'ai sympathisé la veille. Objectif de la journée ? Finir cette course ! Ils annoncent de très grosse chaleur pendant la journée, il va falloir gérer l'alimentation. Voila 5h02, le départ est donné. Après un quelques kilomètres à regarder la montre pour ne pas griller les cartouches je retrouve un pompier de La rochelle avec qui je sympathise et vais faire un bout de chemin ensemble. La première monté me sèche directe ! je sens déja qu'il fait une chaleur étouffante. Je prend mon temps et arrive enfin au premier CP. N'ayant aucun idée du classement, je ne m'attarde pas, je repars en

direction du deuxième CP où j'apprendrais que je suis dans les 100 premier ! Inespéré pour sur un tel parcours. Arrive maintenant la montée tant attendu au Pic du midi de Bigore. Mon camarade voyant que j'ai les jambes me dit que si je le veux je peux prendre mon rythme. Chose faite dans les kilomètres qui suivent. Cela fait deja 46km que j'avance, largement au-dessus des barrières horaires et les jambes répondent. je décide donc de faire la descente du pic prudemment mais en étant relâché. J'arrive au CP 5, on m'annonce 66ème (en réalité je suis 73 !) la fraicheur commence à laisser place à quelques douleurs musculaires. Je prend un peu de temps pour me poser mais pas assez je vais le payer dans les kilomètres suivant. S'en suit une monté sèche d'environ 8km pour 800 D+. Un véritable mur qui va avoir raison de moi.. Au bout de 2km d’ascension, le clignotant rouge est mis à droite, je ne m'alimente plus et m'hydrate très peu depuis 1h, des nausées viennent perturber mon avancement. Je prend le temps de souffler, la route est encore longue. Je croise des coureurs dont un qui va m'accompagner jusqu'au CP 6. Dans ma tête tout est claire, arriver avant la nuit sera donc l'objectif final. Un autre coureur arrive au même

moment, dans le dur également je lui propose de faire un bout de chemin ensemble. Les kilomètres passent, la fraicheur revient, on arrive à courir même après 63km ! Plus que 20... on en rattrape quelques uns dont un autre qui finira avec nous ! Après 7km de descente final, voila l'arche d'arrivée ! Super content d'avoir pu partager cette fin de course avec Alexia Olivier Bernard Desvignes !! Un grand merci également à tous d'avoir suivi le live (je ne m'y attendais pas! ) Cette aventure se conclue par une 147 place sur un peu plus de 900 arrivant et 1400 partants en 15h39 avec 85km et 5100D+ à la monte! Un énorme Merci à Matthieu Craff pour ces nombreux conseils que tu as pu me donner pendant les trois dernières semaines.. Comme tu me l'as si bien dit, "il suffit parfois de faire les choses" ! Tu rêvais de marquer le monde du trail, de là-haut j'espère que tu le vois, parce que c'est chose faite! Merci à toute la famille de m'avoir suivi à distance ! Merci également à Herve Morand de Running Conseil Brest et Taracking pour l'alimentation ! A Pierrick Renault de Foulées Poitiers pour une partie de l'équipement et à Ultimate Direction France pour le sac !! Je remercie également les potes de EPA 86 RUNNING TRAIL OFFICIEL et de Jool Brest avec qui j'ai partagé une bonne partie de la prépa sur le vélo !

EPREUVES DU GRP et ECHAPEE BELLE  2017  "les petits récits des copains" Matthieu Baillargeau, Benjamin Morvan,  Jonathan Vitet

ECHAPEE BELLE 85km et 6050mD+

Le récit de la course de Jonathant Vitet

Malheureusement non finisher de l'Echappée Belle "La Traversée Nord" 2017 (85 km/6050 m D+) mais c'est pas faute d'avoir d'essayé, luttant vraiment jusqu'au bout au niveau des barrières horaires!!!!!
L'Echappée Belle, vraiment une course à la hauteur de sa réputation par la dureté de son terrain et les barrières horaires imposées à celle-ci, si tu détestes les pavasses , oublie cette course!!!!!
26 Septembre, départ à 6 heures du matin du Pleynet à 1500 m d'altitude, je pars très tranquillement et au bout de quelques kilomètres je retrouve un collègue du club, Pascal David.
Tout se passe vraiment bien jusqu'au kilomètre 23,5, mais un peu avant le sommet du col du Moretan (2500 m), à un peu plus de 2300 m d'altitude, dans la montée du haut du col, je commence à ressentir les effets de l'altitude. Arrivée en haut du col, une descente de 500 m en arrête d'une difficulté assez dingue par son aspect accidenté, que des rochers instables, partie de la course la plus dure pour ma part. Là, au bout de quelques mètres, je m'ouvre le tibia avec un rocher (blessure qui nécessitera des points de suture). A ce moment

précis je ralentis, histoire de pas me blesser une nouvelle fois , voir pire. Ensuite, une autre descente bien raide à la corde ou je prends aussi bien mon temps. Bref sur 4 kilomètres (descente du Col Moretan à Périoule), je ralentis vraiment beaucoup. Aux environs du kilomètre 28, après pointage à Perioule, je repars à une cadence plus soutenue histoire d'arriver à la base de vie, de Super Collet (km 37) avant 18 heures, j'arrive là-bas à 17h20 mais là j'apprends que je dois repartir avant 18 heures, car ce qui compte sur la barrière horaire, c'est par l'heure ou tu arrives mais celle ou tu repars. Il me reste donc 40 minutes pour me laver, me changer, manger et me faire soignée ma blessure, pas le temps de faire une sieste de 30 min. Je repars à 17h55, j'ai 8 heures pour faire 16,4 km ou se situe la prochaine barrière horaire, Val Pelouse (km 53,7), je me dis que je ferai une sieste de 30 ou 45 minutes là-bas mais arrivée aux alentours du km 40, la fatigue musculaire commence à se faire sentir avec des douleurs en bas du dos, bref je ne peux plus courir en descente même marchée rapidement, je dois marchée très lentement, pour éviter des douleurs en bas du dos à chaque pas posé, je vais plus vite en montée qu'en descente, c'est pour dire. De plus du km 43.5 jusqu'à Val Pelouse (km 53,7), le parcours est pas facile. J'arrive à Val Pelouse vers 1h40 et je dois repartir à 2 heures, pas le temps d'une sieste juste de manger un peu, j'hésite à repartir à cause de ma fatigue physique et musculaire principalement dû au manque de sommeil à ce moment là, mais on me dit que le plus dur est passé, je repars. A nouveau en montée et sur le plat pas de soucis mais en descente, d'une lenteur déconcertante.
Dans la montée du Col de la Perche (km 59) à quelques mètres du col, j'en peux vraiment plus. Je m'arrête car je sens que le manque de sommeil se fait trop sentir, je m'habille chaudement pantalon, gants, coupe-vent...pour dormir mais au bout de 5 minutes, les derniers coureurs accompagnés de 2 personnes de l'organisateur s'occupant du ramassage de balisage, essayent de motiver pour repartir car ils ne peuvent pas me laisser là, je dois aller au moins jusqu'à le Pontet (km 70,6), ou se situe la dernière barrière horaire, voir à l'arrivée de la course à Aiguebelle, si plus de navette. Mais il me sera impossible de d'atteindre cette dernière barrière fixée à 8h du matin, vu mon degré de fatigue et ma lenteur dans la moindre descente. Au km 63, les 2 personnes de l'organisation m'accompagnant, remarquent que m'endors en marchant...Ils décident donc d'appeler le PC secours pour voir si on peut me rapatrier, par bonheur c'est possible au km 65!!!!!

Pense que j'aurais plus pousser vraiment dans le très dur accompagnée des 2 personnes de l'organisateur, jusqu'au niveau du Pontet (km 70,6), ou se situe la dernière horaire (8h du matin), mais au mieux je serais à 8h30 donc au delà. Après il m'aurait 13 km de descente avec 1000 m de dénivelé négatif, mais cette partie vu mon degré fatigue, je préférais même pas imaginer.
Je me suis donc arrêter à 7h30 du matin au km 65, à 20 km de l'arrivée au bout de 25h30 de course sans dormir car vraiment essayant jusqu'au bout d'être finisher.
En conclusion, cette course a été pour moi une vraiment aventure humaine, physique & mentale ainsi qu'une sacrée expérience. Je ne regrette rien que du bonheur, même si non finisher car j'ai essayé jusqu'au bout.
Bravo à toi Pascal David!!!!!
Merci à mon coach Christian Baigue, mon club EPA 86, la famille et aux copains.
Maintenant place au repos, demain et après demain ça va être dur pour marcher...

PS: Je pense que je ne mettrais jamais sur le 144 km et ses 11000 m de Dénivelé, vu comment c'est dur sur le 85, j'imagine même pas...

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 15:29

Après une longue et consciencieuse préparation, notre très sympathique ami de l'EPA 86 Pascal Cougnon  vient d'ajouter l'Ultra-Marin "Grand Raid du Morbihan" 177km à son palmarés ! Finisher en 28:41:14 à la 237ème place sur 618 classés.

Compte -Rendu de course de l'ami Pascal : Ultra marin : Grand raid du Morbihan

Un petit compte rendu de mon week end dans le Morbihan.

Ce week end un long périple en course à pied m'attendais : le tour complet (soit 179 km) du golfe du Morbihan, par les sentiers côtiers en semi auto suffisance et en une seule étape.
Je suis parti en peu vite sur les dix premiers kilomètres mais rapidement j'ai adopté un rythme beaucoup plus raisonnable. En effet, il fallait gérer ma vitesse en fonction de la durée de cette épreuve vraiment très particulière. Beaucoup de petites bosses, des escaliers, de bon faux plats montant, du sable, de nombreuses racines, bref tout les ingrédients pour faire un vrai ultra trail. Heureusement, la beauté des paysages m'a permis souvent d'effacer la douleur et la lassitude. C'est vraiment un très bel endroit et les organisateurs de l'Ultra marin permettent de découvrir tous les petits recoins de ce magnifique golfe. Pour la première fois lors d'une de mes courses j'ai emprunté le bateau pour effectuer la traversé entre Locmariaquer et Port Navalo, c'est atypique et assez surprenant mais ça donne un attrait de plus à cette épreuve. La fin du parcours est un peu plus ennuyeuse mais ce ressenti est du bien évidemment à mon extrême fatigue. Je suis très satisfait d'être finisher de cet ultra marin d'un peu plus de 179 km en 28 heures et 41 minutes (237 ème place sur 618 arrivants) avec en tête comme chaque fois beaucoup de rencontres, des images somptueuses et de très grosses émotions. Je remercie bien sur les membres de mon club (Entente Poitiers Athlé 86) et d'autres amis, coureurs ou non, qui m'ont soutenu via sms et suivi en direct sur le net. Maintenant le corps doit se reposer un peu et c'est bientôt les vacances.

La traversée en bateau !

La traversée en bateau !

Partager cet article
Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 22:23
Photo Audrey le Millin :

Photo Audrey le Millin :

Photo Claire Runningirl :
Photo Claire Runningirl :

Une trentaine de coureurs de l'EPA devaient participer ce week-end, sur 5 ou 10km, Semi-marathon et marathon "Poitiers-Futuroscope" avec une certaine réussite !!!

Avec 20 participants du club sur 1823 , le semi-marathon semble avoir été le plus plébiscité !

Plusieurs d'entre eux devaient réaliser une performance qualificative aux Championnats de France, tels Francine Waine en 3h39'22" sur le marathon ; Jean-Marie Gaillard en 1h27'49" Stéphanie Tempier en 1h37'42 , Anne Marcenne en 1h38'57 Sonie Berrari en 1h39'42 , Alice Waine en 1h45'57 sur Semi-Marathon,

Ci dessous le très sympathique récit d'Anne Marcenne, Athlète discrète, performante mais surtout modeste dans la réussite de ses objectifs :

Ce matin, qu'est ce que j'étais bien dans mon lit !! Mais à 05h30 premier texto, je me rendors, 06h30 un deuxième !! 06h35 07h00 ..bon j'avais encore le temps !! Bon, j'avais compris, fallait que je me lève. C'était juste une gentille attention de certains !!!

Bon je me lève, et là aujourd'hui qu'est ce que j'étais bien dans mes baskets ! Mince je pars en footing, et là je m'interroge ; Pas mal aux jambes, pas de rhume, je cherche, mais rien : Tout va bien, y a plus qu'à !! En plus il ne pleut pas. Donc je suis en forme.

Je pars retrouver Daniel qui m'a proposé de courir avec moi la veille, très à l'écoute tout le long de la course !! C'était chouette, encore merci !! Lulu qui était là sur son vélo, et puis tout le long des séances au stade , Eric, mon mari ; Jean également qui a fait une séance de 1000 alors que c'était pas prévu.!!!.

Au delà du temps 1h38 57,objectif atteint, ! Un grand merci à toi Christian, pour cet accompagnement, et tout ce temps consacré .

Et puis c'est surtout, un cercle que j'ai trouvé ...un cercle d'amis.

Partager cet article
Repost0

Profil

  • Kiki 86
  • FINISHER  : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012  ou je me classe 1er V3 , 2017
UTMB : 2008 et 2011 
Marathon des Sables 2010
Objectif : Diagonale des fous 2021 avec les copains de l'EPA86
Date de naissance : 28/08/1952
  • FINISHER : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012 ou je me classe 1er V3 , 2017 UTMB : 2008 et 2011 Marathon des Sables 2010 Objectif : Diagonale des fous 2021 avec les copains de l'EPA86 Date de naissance : 28/08/1952

L'ULTRA POUR HORIZON

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PALMARES

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
DERNIERS RECITS D'ULTRA-TRAILS

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'ÎLE INTENSE "LA REUNION"

REUN---1036-.JPG

 REUN---602-.JPG

 

° RANDOS ET RANDOS-TRAILS SUR L'ÎLE DE LA REUNION    ....."ENTREZ et DECOUVREZ"

 

° L'ÎLE DE LA REUNION EN PHOTOS CHAQUE SEMAINE : C'EST  ICI

°°°°°°°°°°°°°°

"PASSION JARDIN" NATURE

CULTURE BIO "COMPOST AGE"

ARTICLES : C'EST ICI

Profil

VISITES

compteur de visite site web

OBJECTIFS 2021

° TRAI DES CITADELLES 70KM (AVRIL) Annulé Covid

° UTPMA 105KM (Juin) Annulé Covid

TOUR DE LA GRANDE CASSE 66 KM (AOUT)

° LA DIAGONALE DES FOUS 167KM (Ile de la Réunion, Octobre

 

      

Pages

WIDY GREGO "SPORTIF DE L'HUMANITAIRE"

Mes Entraineurs

Roger PASSARD : Professeur d'Education Physique et Responsable de l'ALERTE GRAYLOISE, qui de cancre en sport m' a propulsé en deux ans "Champion Départemental Minime de Cross" à PORT SUR SAÔNE

Jean-Pierre GORGEON : Co-équipier et Entraineur à l'ASPTT POITIERS m'a permis de réaliser :

  • 15'48"70 sur 5000m, le 14/06/1997 lors des Championnats Régionaux à NIORT (45ème Perf Nationale V1et 5ème M45)
  • 33'42"60 sur 10 000m le 31/05/1998 lors des Championnats de France Vétérans sur Piste à LYON PARILLY ( 21ème Perf Nationale V1 et 6ème M45)
  • 2h40'46" au Marathon le 12/10/1997 lors des Championnats de France de Marathon à REIMS (95èm Perf Nationale V1 et 31ème M45)

Jean-Claude FARINEAU : avec qui j'ai partagé depuis 1984, les charges, parfois lourdes de Dirigeant à l'ASPTT POITIERS, puis au PEC à partir de 1999. Grâce à ses entrainements judicieux, je n'ai jamais raté une qualification aux Championnats de France de 10 km

Jean-Paul GOMEZ :
Finaliste Olympique du 10 000m à MONTREAL en 1976 : Bien que ne m'ayant jamais entrainé m'a toujours apporté des conseils éclairés, notamment lorsqu'il entrainait  à mes côtés l'école d'Athlétisme de L'ASPTT