Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2017 3 25 /10 /octobre /2017 14:41

Genèse d’un projet fou

Christian j’ai envie de m’inscrire  à la Diagonale des Fous 2017; Es tu toujours d’accord pour m’accompagner ? J’entends encore raisonner  cette petite question que m’adresse Anne Marcenne fin septembre 2016 !

Cette petite question  marque le début d’une longue et belle aventure !!!

 Alors qu’une petite voix intérieure me souffle   "c’est encore un peu tôt ! C’est vrai, tu as bien réussi le Trail de Belle île mais il serait plus raisonnable  d’attendre une année de plus, d’engranger un peu plus d’expérience" ;    je m’entends répondre " Bien sûr Anne  je te l’ai promis et je t’accompagnerai" !

En effet, j’avais toujours révé d’effectuer une 5ème et dernière Diagonale en accompagnant un jour ma fille Céline sur cette course, mais suite à quelques petits soucis, elle ne pouvait plus envisager une telle épreuve. Je m’étais donc résolu à y renoncer.

Dans le même temps, suite au soutien inconditionnel et sans faille d’un petit groupe de  copains et particulièrement d’Anne, à une période particulièrement difficile de ma carrière de dirigeant, je m’étais pris de reconnaissance et d’affection à son égard  et, lors d’une conversation sur la Diagonale où elle trouvait inimaginable de participer à une telle épreuve, je l’assurais du contraire, connaissant son tempérament de battante tout en lui proposant un accompagnement si d’aventure elle se décidait un jour. Ce que je ne pouvais plus faire avec ma fille, je le ferais avec elle le moment venu !!!

 

Ce moment était donc venu plus tôt que je ne l’imaginais et nous n’avions qu’un an devant nous

pour tout préparer, tout construire !

 

Faire d’une bonne Semi-marathonienne, une Ultra-Traileuse confirmée !!!

 

Les Amazones de l'EPA86

Grosse incertitude ; Après presque 2 saisons gâchées par les opèrations des genoux et les tendinopathies aux ischios , serais je capable de l’accompagner jusqu’au bout ?

Certitude ou incertitude ; A 65 ans , il était peut être encore temps de se lancer sur ce projet ;

Plus tard, on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve ….

Grosse certitude ; Je la savais capable de réaliser cet exploit ! A moi de lui donner les clefs de la réussite !

Rapidement, les copines, Delphine, puis Axelle se décidaient elles aussi.

Trois filles … Une équipe se constituait . "les Amazones de l’EPA86" étaient nées ! Plus rien ne les arrêterait !

 

La Préparation

Alors que Delphine suivait une préparation spécifique avec son entraîneur Nicolas Cerisier,  Tout devait alors s’enchainer avec régularité pour Anne et Axelle . il fallait, une fois passé le cap des inscriptions,  participer au plus vite à une course de confirmation pour valider les points nécessaires. Les 73 km du Trail du Vulcain en mars ne furent qu’une formalité malgré les conditions hivernales dans la neige. Devaient  suivre les 53km de la Pastourelle , neige et boue au rendez vous, avant de

s’attaquer , toujours avec succès  à la 6000D en juillet. Entre temps, quelques week-ends chocs, au Sancy, puis dans les Pyrénées, avant une dernière épreuve en sortie longue , Les 34 km du Trail du Sancy pour Anne en septembre et le trail des Gorges du Chambon pour Axelle.

Parallèlement aux séances spécifiques d’entraînement trail, quelques sorties vélo et une séance hebdomadaire musculation et gainage dispensée par le très dévoué Gérard Lacroix complétaient  cette préparation de choc !

 

Avant course :

Quelques balades en montagne sur les pentes du Dimitile  avec mon pote Thierry arrivé avant moi à la Réunion me laissaient présager d’une bonne forme physique. Une sortie de 3 jours sur le circuit de la Diago avec Thierry Lambert, Gégé Racinne et sa compagne Vivianne , Michael Maurin, Rafion Balahachi et en partie pour mon gendre Clément Dominget, me confirmait ce bon état général . Pratiquement plus de courbatures musculaires ou autres ! A croire que mon corps s’adapte en parfaite harmonie avec la technicité des sentiers réunionnais !!!

J-5 ;  Arrivée des 2 premières amazones, Anne et Delphine avec Eric inscrit sur la Mascareignes . Trop

tard pour faire des recos, mais une petite balade familiale de 2 heures pour découvrir le Chemin des Anglais leur permet de se dégourdir les jambes.

J-1 ; Mercredi , arrivée et prise en charge d’Axelle pour se rendre directement à la remise des dossards  à St Pierre ! Les Amazones sont regroupées, On commence à palper une petite tension qui s’installe, la pression commence à monter , on s’approche du vif du sujet !!

DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!

 

la course : Jour J ; Après une petite sieste , Maryvonne, mon épouse et ma fille Céline me déposent à 19h00 à "La Ravine Blanche " à Saint-Pierre, en compagnie de Michael récupèré en route. Les routes d’accés à la zone départ sont fermées et nous terminons à pied. Rapidement, nous retrouvons  Anne, Axelle et Delphine déjà arrivées. 

C’est la cohue pour la dépose des sacs d’assistance, une foule des 2700 coureurs s’agglutine devant les barrières, çà bouscule au portillon  nous rentrons dizaine par  dizaine dans le sas ; C’est la 1ère épreuve !Une fois les sacs déposés dans les différents camions prévus pour l’acheminement, nous passons au contrôle du matériel obligatoire . Cette fois, c’est plus rapide ; Aucun problème, tout est bon et nous voilà précipités dans l’arêne.

DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!

Les meilleures places devant les barrières de départ sont déjà prises, mais nous réussissons à nous avancer assez près. Nous nous asseyons à même le sol sur les graviers au milieu des autres coureurs. Près de 2 h30  à patienter ; nous tentons de nous allonger un peu. Un groupe occupe la scène d’animation, musique et chants se succèdent dans une cacophonie entraînante. Les concurrents s’agglutinent de plus en plus derrière nous et j’invite les filles à aller aux toilettes avant que tout le monde ne se relève ; Bientôt, il ne sera plus possible de fendre la foule ! Vers 21heures, effectivement tout le monde se lève et nous voilà coincés comme des sardines.

 

DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!

Soudain vers 21h50, gros mouvement de foule ; Pré départ pour avancer de quelques dizaines de mètres vers la ligne de Départ effective, derrière les élites ; Cà bouscule de partout, il ne faut surtout pas chuter. Derrière moi, les Amazones m’agrippent pour ne pas que l’on se perde. Pas facile à 4 ! Michael a dû réussir à se faufiler, nous ne le voyons plus.

22h00, Compte à rebours, 10, 9, 8, etc …. le départ est donné ! Comme toujours c’est magique, mais il faut se cramponner pour ne pas tomber. les Amazones m’agrippent à nouveau jusqu’aux premières foulées !

De chaque côté de l’avenue du Front de mer, des milliers de spectateurs hurlent, vocifèrent  pour nous encourager , des groupes jouent de la musique créoles sur un rythme endiablé, les djembés résonnent de partout et çà dure, çà dure pendant des km.

Le Grand Raid, c’est la course des Réunionnais, c’est leur fête, leur tour de France et ils sont partout, sur les trottoirs, les balcons, dans les arbres et çà dure jusqu’à la sortie de Saint-Pierre.

Nous arrivons à rester tous les 4 sur un rythme régulier. Lorsque  la route s’élève, nous ralentissons un peu ; Hors de question de se mettre dans le rouge.

Nous retrouvons Thierry, parti un peu plus vite que nous et nous le retrouverons à plusieurs reprises au hasard de la course.

A chaque hameau, ou village, Bassin Plat, Montvert,  Domaine Vidot, c’est la même frénésie , toujours la musique au son des djembés. Nous sommes presque obligés de nous frayer un passage au milieu de la foule en liesse. Une ambiance frénétique comme l’on en voit nulle part ailleurs ! Parfois, en pleine campagne,  au hasard des croisements de chemins de cannes, de nouveaux petits groupes apparaissent.

Après Domaine Vidot, nous perdons de vue Axelle et Delphine qui s’éloignent progressivement. J’engage Anne à ne pas s'affoler et vouloir s’accrocher systématiquement, pour ne pas se mettre en surrégîme. La course sera longue. Arrive la zone critique où normalement çà bouchonne . Nous avons effectivement quelques ralentissements pendant 5 ou 6km  qui nous ferons perdre peut être une vingtaine de minutes au total, mais rien de grâve ; Pas de vrais bouchons.

Nous avançons ensuite régulièrement jusqu’au lever du jour où nous arrivons au "Belvédère du Nez de Bœuf" vers le 38ème km en 7h43 , avec 7’ d’avance sur notre tableau de marche ; Le spectacle est magique , une mer de nuages d’où émerge le "Piton des neiges". Quel tableau !!!

DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!

C’est parti pour une longue descente chaotique d’une dizaine de km vers "Mare à Boue".

A mi pente , vers le 45ème km, c’est la tuile ; Anne se tourne la cheville qui craque !

Cà gonfle à peine, mais j’envisage si la douleur est trop forte de stopper, pas question d’aggraver le mal, surtout avec ce qui va nous attendre dans quelques heures ; "la terrible descente de Kérveguen" le summum en matière de descente hyper technique : 800m en 2km le long d’un rempart vertical où chaque foulée  s’apparente à un saut d’un rocher sur l’autre en contrebas !

Pour Anne, Hors de question de jeter l’éponge. Je reconnais bien là sa détermination !

J’ai toujours une chevillière dans mon sac pour le cas où ? Honnis des kinés, Je sais que ce n’est pas la panacée, mais çà pourra au moins  permettre de bloquer la cheville pour tenir jusqu’à  mare à Boue et surtout  la base de vie de Cilaos .

A partir de moment, une autre course commence ; Notre tableau de marche est abandonné pour une  course de gestion particulière, mais oh combien palpitante où il faudra gérer les barrières horaires, ce que j’ignore complètement à ce jour, mais on s’adapte vite

Nous arrivons à Mare à Boue en 9h46 . Toujours quelques minutes d’avance  ; Axelle et Delphine sont passées depuis une vingtaine de minutes . Nous retrouvons Thierry que nous avions croisé à

plusieurs reprises. Il cherche un kiné , ayant une petite douleur à un genou.

Après une bonne petite pause repas , nous repartons d’un bon pas . Nous longeons des près verdoyants bordés de genêts et d’arums ; c’est vraiment magnifique !

Le sentier de Mare à Boue, une fois n’est pas coutume est  complètement  sec . Quelle aubaine ! la montée en direction du Côteau Kervéguen  n’est pas facile ; nombreuses racines et rochers où il faut lever les genoux jusqu’au thorax. C’est très technique et ce sera d’ailleurs souvent ainsi !

Nous progressons  sous une chaleur écrasante et j’ai de la peine pour Anne qui souffre en silence. Thierry nous a repassé à nouveau ; il est strappé, çà a l’air d’aller mieux pour lui.  La descente tant redoutée arrive et c’est parti pour une longue, très longue descente  où l'on doit sauter de rochers en rochers,

descendre des échelles ; heureusement un petit groupe avance à la même allure que nous et tout se passe très bien. Les coureurs sont très aimables ; Si un groupe arrive de l’arrière à plus vive allure, nous les laissons passer et tout se passe dans la plus pure courtoisie.  C’est si technique, que plusieurs fois, des coureurs plongent dans les décors, heureusement sans gravité. Arrivés à Mare à Joseph, nous ne nous attardons pas et entamons le raidillon qui nous conduit en à peine plus d’une heure à Cilaos !

Cilaos , le point critique où ceux qui ne

maitrisent plus et sont en perdition abandonnent. Pour nous, ce ne sera que base de vie . Anne est prise en charge par un kiné qui lui remet un petit os en place et la strappe. Je me fais masser un peu pendant ce temps ! Récupèration des sacs d’assistance ; Un peu trop de temps perdu à mon goût à cette mission, mais bon lorsque l’on est avec une fille, il faut savoir s’adapter !!! la trousse à maquillage, vernis, rouge à lèvres et aux ongles …. Bon, c’est une blague, rien de tout çà, mais un peu trop de temps de perdu malgré tout !!!

Petit repas rapide et c’est reparti !  Plongée vers "Cascade Bras Rouge". Contre toute attente, çà se passe mieux que prévu et nous arrivons au pied du Taïbit avant la nuit. Très bref arrêt et c’est parti pour la montée au col . Seul petit arrêt à "l’Ilet des Salazes" pour prendre la "tisane ascenseur" qui nous est offerte.

Au col, il fait très froid , la  nuit est venue et nous ne trainons pas . Nouvelle descente technique vers "Marla" ! Nous avons de l’avance sur les barrières et nous décidons de dormir un peu . Au départ, nous avions prévu arrêts 4 de  30’ . Vu les circonstances , ce sera 3 arrêts de 20’ ! Austérité oblige !!!

Heureusement, 2 places se libèrent à notre arrivée. A même le sol sous une couverture, nous sommes gelés , enfin, surtout moi placé contre la paroi de la tente où l’air glacé passe, je grelotte ! Nous aurons à peine fermé l’œil, mais nous repartons ; Direction la montée vers la "Plaine des Tamarins", fantasmagorique en pleine nuit et si belle de jour, puis le "Col des Bœufs".

Au sommet de celui-ci, Stupéfaction , 3 coureurs montent dans des voitures qui les attendaient pour les descendre directement à la "Plaine des Merles" ! Quels gougeats, sans même prendre la peine de se cacher. Effectivement, aucun contrôle avant le sentier scout ; ils étaient bien renseignés. Mais quelle satisfaction à ces agissements, surtout à notre niveau de classement, c’est une honte !!!

Nous repartons tranquillement vers la "Plaine des Merles" ! Le balisage , un peu défectueux sur cette partie nous fait douter un peu, mais je ne connais pas d’autres sentiers et puis tous les coureurs suivent le même chemin (Ce n’est pas une raison !!!)

Cette portion sera interminable. La descente du "Sentier Scout"  se fera ensuite sans problème, puis direction "Ilet à Bourse", perché tout en haut d’un sommet. Le sentier débute par un long pont de singe où nous ne devons passer qu’un seul à la fois. Ca bouchonne quelques minutes, mais c’est relativement rapide. Anne qui commence à craindre pour les barrières, a repris un train d’enfer dans la rude montée. Seules les descentes la font souffrir ! Nous y sommes au lever du jour avec 1 heure seulement d’avance sur les barrières. "Grand-Place" ! Toujours une heure de répit mais nous faisons une petite pause casse croute. Je pense que c’est prudent avant la longue montée sur
"Roche Plate"  et çà nous sera profitable en ce début de journée et je ne me trompe pas. En cours de montée, les panoramas nous émerveillent .

DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!

Rude descente vers la "Roche ancrée" où nous traversons la rivière qui forme de superbes bassins. C’est vraiment magnifique ! De nombreux coureurs prennent des photos, moi aussi bien entendu ! Quelques uns s’adonnent à une petite trempette ; Pas nous, malgré l’envie !!! A 10h00 nous sommes à "Roche Plate"  malgré des km de marches à n’en plus finir en pleine chaleur ! Les marches, en bois, rochers ou autres, nous en avons une

indigestion ! Heureusement les panoramas sur "Mafate" nous portent. Nous nous restaurons et quittons le poste où l’on étouffe sous la chaleur. Anne est fatiguée et a besoin de dormir. Je sais qu’un peu plus haut, ce sera possible sous les filaos en bordure d’un petit torrent. Plusieurs coureurs sont allongés et nous trouvons nous aussi une petite place. 20’, nous ne nous accordons pas plus, mais cela suffit à reprendre des forces pour l’ascension que tout le monde

redoute "Le Maïdo". Passage à "La Brêche" le long d’un cable fixé à la paroi. Ne pas tomber, le fond du précipice est invisible à l’œil nu !!!  Découpé en 4 tronçons marqués sur les rochers, cela aide bien mentalement . Nous montons d’un pas régulier sous un soleil implacable . Au sommet, nous entendons les encouragement de nombreux supporters ! A quelques mètres du sommet, Eric, le mari d’Anne surgit ! Il est vraiment très ému du courage d’Anne. Sa belle prestation sur la Mascareignes, mais aussi les difficultés du relief lui laisse imaginer ce qu’endure Anne depuis près de 40heures de course. Au sommet, nous retrouvons leurs

enfants, Jane et Clément, encore plus émus ; Ils sont très fiers de leur maman. Ils ont revêtu un tee-shirt spécialement confectionné avec des encouragements à son intention. Cette émotion générale me donne aussi des larmes aux yeux que j’essaye de masquer. Plus loin, je retrouve quelques amis "réunionnais zoreilles" parmi les spectateurs. C’est toujours réconfortant !

La descente sur Sans Soucis sera un cauchemar. En temps ordinaire, j’adore ce passage, mais Anne a très mal à sa cheville, son strapping est trop serré et rapidement elle ne peut plus courir. Néanmoins elle avance avec un courage et une détermination hors du commun. Nous mettrons près de 4 heures pour arriver à la base de vie avec à peine plus d’une heure de marge. L'oncle et la  tante d'Eric sont là pour encourager Anne , mais nous avons très peu de temps à leur accorder ;  Anne doit refaire son strapping. Pas le temps de manger, ni dormir . Nous nous empiffrons de crêpes et elle file voir le kiné pendant que je retire les sacs d’assistance. Je m’étire un peu et dès le plein d’eau fait, nous

repartons, de nuit . La longue montée sur Ratineau nous sera néanmoins bénéfique car nous reprenons de l’avance. Près de 2heures, çà devient confortable. Nous prenons le temps de déguster des saucisses grillées ! Quelle bonne idée ce barbecue géant !!! la longue descente rocheuse (parsemée de montées tout aussi rocheuses) sera à nouveau interminable et sans interêt. Anne avance toujours avec un courage extraordinaire. Je n’ose même plus lui demander si çà va !!!

A "la Possession" notre petite avance nous permet d’entamer notre 3ème nuit de 20’ de sommeil ! A même le sol dans une cantine, nous sommes au moins au chaud  sous notre couverture de survie ! Le top, une bénévole nous réveille

après 20’. Pas de stress de ne pas entendre la sonnerie.

C’est reparti au lever du jour pour le "Chemin des Anglais". Pour beaucoup, c’est un calvaire, mais  nous l’avalons d’un pas régulier. le fait de l’avoir reconnu au préalable rassure Anne . "Grande Chaloupe " , nous avons regagné un peu temps. Nouvelle surprise pour Anne, Eric nous y rejoins et nous pouvons échanger un peu lors du ravitaillement.

C’est reparti pour la 2ème partie du Chemin des Anglais ; longue montée jusqu’à Saint-Bernard. Je sens Anne plus détendue , la chaleur monte tranquillement et nous avançons tranquillement, mais surement, avant d’entamer la dernière partie d’ascension de la course ; "la montée du Colorado". Je l’aime bien, cette montée sur un sentier de terre rouge ! Est-ce le fait de m’y être entraîné souvent alors que j’avais de la famille dans le secteur, je ne sais, mais j’y suis toujours à l’aise et nous la montons d’un pas alerte jusqu’à la grosse boule blanche qui le domine ! Non ce n’est pas celle du Futuroscope, mais sans doute sa petite sœur !!! j’en profite pour montrer à Anne des points  de vue en bord de sentier, sur d’immenses précipices où coulent des cascades vertigineuses ; Et dire que tous les coureurs passent à côté sans voir ces merveilles !!!

Au ravitaillement, nous comptons plus de 4heures d’avance ! Nous en profitons donc pour lézarder au soleil  tout en grignotant et échangeant ici où là avec les bénévoles. Quel luxe !!!

Nous savons que la délivrance sera en bas de la dernière descente.

Cette descente n’a rien d’agréable, à part effectivement le fait d’être la dernière. Sentier glissant dans les premiers temps avant de devenir très rocheux, il faut être extrêmement prudent. Nous descendons donc sans prendre de risques. Nous laissons à nouveau souvent passer des coureurs plus pressés, mais aussi des relayeurs du relais "Le zembrocal" mais aussi des inscrits à la rando, plus coureurs que randonneurs !!! De temps à autre nous apercevons la ville de Saint-Denis tout en bas.

C’est sympa, cette immense ville blanche en contrebas, mais elle semble ne jamais se rapprocher.

Après un peu plus de 2 heures de concentration, nous débouchons enfin sous le pont où nous quittons le sentier pour longer le petit km qui nous conduit à l’entrée du stade. A cette heure, la foule est très dense et les acclamations fusent de partout !

Eric arrive à notre rencontre et parcours quelques centaines de mètres avec nous. Il est très ému et a les larmes aux yeux. Nous avons du mal à résister nous aussi. Nous pénétrons sur le stade pour  les 200 derniers mètres et sommes rejoints par les enfants, Jane et Clément qui vont nous accompagner jusqu’à la ligne lorsque Gabin, mon petit fils surgit à toute vitesse ! Quelle surprise , j’ignorais sa présence , comme celle de Céline et Clément, qui lui avait brillamment terminé le Trail Bourbon !

J’attrape donc Gabin au passage et nous poursuivons tous ensembles jusqu’à l’arrivée ; Quelle ambiance, quelle émotion !!!  J’ai vraiment du mal à contenir une petite larme, ce qui ne m’était pas arrivé lors des précédentes éditions !

Ca y est nous sommes Finishers, Anne, à force de courage et de détermination a remporté son challenge! 

Bravo la miss, bravo tu l'as fait, tu as été au  bout de ton rêve  !!!  1764ème en  61:28:32 h

Ce fut un immense plaisir de t'accompagner tout au long de cette épreuve, une expérience ô combien enrichissante qui restera un excellent souvenir pour moi !
 

DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!

Un grand bravo également à Axelle et Delphine, qui sont arrivées le samedi soir après une course exemplaire de solidarité

Bravo à Eric Finisher sur la Mascareignes et bravo à l’EPA86 pour ce 100% de réussite

Bravo à mon gendre Clément Dominget, Finisher du trail Bourbon

Bravo à tous nos autres amis qui ont terminé la Mascareignes, le Trail Bourbon et la Diagonale des Fous, Gérard Racinne, Michael Maurin, Rafion Balahachi , Thierry lambert, Wilfrid Guyonnet, Jean-Pascal Bernard Hervé

Une petite pensée à Jean-Pierre Pouplin , arrêté à une dizaine de km de l’arrivée sur le Bourbon
 

DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!

A titre personnel, je tiens à remercier tous ceux qui nous ont couverts de messages d’encouragements et de félicitations.

Mes excuses à ceux qui ont essayé de me joindre sur la course et à qui je n’ai pu répondre ayant eu de gros soucis de téléphone !

Un grand merci à toute ma famille qui nous a toujours soutenu !

Je remercie bien évidemment les partenaires qui ont soutenu les Amazones de l’EPA86, Pierrick et Laurence, gérants  du magasin équipementier de sports Foulées à Poitiers, Denis Larue, gérant de l’entreprise de nettoyage  Point Bleu à Poitiers, l’entreprise de travail intérimaire Leader Intérim et le Conseil Départemental de la Vienne

Un gros merci à Gérard Lacroix pour son investissement auprès des Amazones pour la musculation , gainage et bien sûr merci à tous ceux qui ont cru en ce projet et qui nous ont soutenu.

Encore un grand bravo à notre club EPA86

DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!
DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!
DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!
DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!
DIAGONALE DES FOUS 2017 EN DUO - LA RAGE DE VAINCRE  !!!
Les Amazones de l'EPA86

Les Amazones de l'EPA86

BRAVO AUX AMAZONES DE L'EPA

Une équipe du Département de la Vienne :

Avec le concours technique de leur club l'EPA86

Et l'aide de leur partenaire équipementier : Foul&es Poitiers

ainsi que

l'Entreprise de nettoyage Point Bleu Poitiers et Leader Interim Poitiers

Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Kiki 86
  • FINISHER  : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012  ou je me classe 1er V3 , 2017
UTMB : 2008 et 2011 
Marathon des Sables 2010
Objectif : Diagonale des fous 2021 avec les copains de l'EPA86
Date de naissance : 28/08/1952
  • FINISHER : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012 ou je me classe 1er V3 , 2017 UTMB : 2008 et 2011 Marathon des Sables 2010 Objectif : Diagonale des fous 2021 avec les copains de l'EPA86 Date de naissance : 28/08/1952

L'ULTRA POUR HORIZON

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

PALMARES

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
DERNIERS RECITS D'ULTRA-TRAILS

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'ÎLE INTENSE "LA REUNION"

REUN---1036-.JPG

 REUN---602-.JPG

 

° RANDOS ET RANDOS-TRAILS SUR L'ÎLE DE LA REUNION    ....."ENTREZ et DECOUVREZ"

 

° L'ÎLE DE LA REUNION EN PHOTOS CHAQUE SEMAINE : C'EST  ICI

°°°°°°°°°°°°°°

"PASSION JARDIN" NATURE

CULTURE BIO "COMPOST AGE"

ARTICLES : C'EST ICI

Profil

VISITES

compteur de visite site web

OBJECTIFS 2021

° TRAI DES CITADELLES 70KM (AVRIL) Annulé Covid

° UTPMA 105KM (Juin) Annulé Covid

TOUR DE LA GRANDE CASSE 66 KM (AOUT)

° LA DIAGONALE DES FOUS 167KM (Ile de la Réunion, Octobre

 

      

Pages

WIDY GREGO "SPORTIF DE L'HUMANITAIRE"

Mes Entraineurs

Roger PASSARD : Professeur d'Education Physique et Responsable de l'ALERTE GRAYLOISE, qui de cancre en sport m' a propulsé en deux ans "Champion Départemental Minime de Cross" à PORT SUR SAÔNE

Jean-Pierre GORGEON : Co-équipier et Entraineur à l'ASPTT POITIERS m'a permis de réaliser :

  • 15'48"70 sur 5000m, le 14/06/1997 lors des Championnats Régionaux à NIORT (45ème Perf Nationale V1et 5ème M45)
  • 33'42"60 sur 10 000m le 31/05/1998 lors des Championnats de France Vétérans sur Piste à LYON PARILLY ( 21ème Perf Nationale V1 et 6ème M45)
  • 2h40'46" au Marathon le 12/10/1997 lors des Championnats de France de Marathon à REIMS (95èm Perf Nationale V1 et 31ème M45)

Jean-Claude FARINEAU : avec qui j'ai partagé depuis 1984, les charges, parfois lourdes de Dirigeant à l'ASPTT POITIERS, puis au PEC à partir de 1999. Grâce à ses entrainements judicieux, je n'ai jamais raté une qualification aux Championnats de France de 10 km

Jean-Paul GOMEZ :
Finaliste Olympique du 10 000m à MONTREAL en 1976 : Bien que ne m'ayant jamais entrainé m'a toujours apporté des conseils éclairés, notamment lorsqu'il entrainait  à mes côtés l'école d'Athlétisme de L'ASPTT