Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 21:42

Tour des lacs 80km

Le récit de la course de Matthieu Baillargeau (avec Pierre Chansigaud)

Petit retour sur notre GRP avec Pierre et Matt.
Après 2 mois de préparation, plutôt sérieuse, l'attente commençait à être longue. Nous étions vraiment impatient de commencer avec une méteo qui allait être parfaite.
05h05 le départ est donné juste après la victoire d'un Poitevin Rudy Bonnet sur le 120, Impressionnant.
Comme il s'agissait de notre premier trail de cette distance nous nous étions dit de commencer doucement pour ne pas subir sur la fin. Le départ est donc très en dedans de nos possibilités a t'elle point que Pierre se demande si on est vraiment pas parti trop lentement. La suite nous le

dira. On progresse à notre allure sans jamais s’arrêter et en ne traînant pas trop au ravito. Au

premier pointage nous étions 598ème et nous allons systématiquement monter dans le

classement pour finir 300 et 301ème. Notre stratégie était la bonne, enfin c'était aussi et surtout les conseils prodigués par notre coach et les copains du club déjà aguerri à ce genre de course.
Pierre continue la journée en étant impressionnant en montée et je dois serrer les dents par moment pour ne pas me faire distancer. Ses deux semaines en altitude début août lui auront vraiment été bénéfique.

 

La dernière grosse ascension très pierreuse vers le col de Bastanet fera beaucoup de dégâts chez les coureurs. C'est à ce moment la que j'ai un coup de mou et des envies de vomir. On s’arrête 1 min le temps de boire, et finalement ça passe.

Arrivés en haut du col de Bastanet on sait que le plus dur est fait, du coup le moral est au beau fixe. Je range les bâtons pour pouvoir suivre Pierre qui veut courir car dit-il « j'aimerais arriver avant la nuit » !!!!!!. Les 20 derniers kilomètres se feront à un rythme élevé en courant quasiment tout le long et ou on va de nouveau doubler de nombreux coureurs pour finir les deux kilomètres dans St lary ou Pierre me freine un peu …...
Au final 300 ème et 301 eme sur 1400 partants en 17h32. Une super entente avec Pierre tout au long de la journée. Course se déroulant dans un cadre magnifique. Juste parfait.
Merci à nos femmes pour l'assistance sur les ravitos et en dehors.
Merci à notre coach Christian Baigue pour le plan d'entrainement et ses conseils et les copains de l'EPA 86 en week-end choc sur place pour les encouragements.
En bref un super week-end.

EPREUVES DU GRP et ECHAPEE BELLE  2017  "les petits récits des copains" Matthieu Baillargeau, Benjamin Morvan,  Jonathan VitetEPREUVES DU GRP et ECHAPEE BELLE  2017  "les petits récits des copains" Matthieu Baillargeau, Benjamin Morvan,  Jonathan Vitet

Tour des lacs 80km

Le récit de la course de Benjamin Morvan

Petit CR de ce fameux GRP 80km pour 5000 D+. Départ jeudi 13h après 7h de boulot dans les jambes. Quelques péripéties sur la route, deux trois coups de téléphone et me voila anéantie par la nouvelle... La perte d'un ami traileur avec qui je venais de partager la fin de ma préparation pour cette course viendra perturber ce week-end. Cependant, hors de question de renoncer à cette aventure que je lui dédis ! Arrivée à Vieille-aure aux alentours de 1h du matin, je passe la nuit dans la voiture histoire de ne pas bruler trop d'énergie à monter la tente. Vendredi matin, levé de soleil quelque peu brumeux l Objectif de la journée se reposer, marcher un peu et rester concentrer sur la course. Samedi matin, réveil à 3h30 après une nuit courte. Le départ est donné à 5h au centre de vieille-aure. La machine est lancée, les choses se passent instinctivement, je retrouve deux autres coureurs avec qui j'ai sympathisé la veille. Objectif de la journée ? Finir cette course ! Ils annoncent de très grosse chaleur pendant la journée, il va falloir gérer l'alimentation. Voila 5h02, le départ est donné. Après un quelques kilomètres à regarder la montre pour ne pas griller les cartouches je retrouve un pompier de La rochelle avec qui je sympathise et vais faire un bout de chemin ensemble. La première monté me sèche directe ! je sens déja qu'il fait une chaleur étouffante. Je prend mon temps et arrive enfin au premier CP. N'ayant aucun idée du classement, je ne m'attarde pas, je repars en

direction du deuxième CP où j'apprendrais que je suis dans les 100 premier ! Inespéré pour sur un tel parcours. Arrive maintenant la montée tant attendu au Pic du midi de Bigore. Mon camarade voyant que j'ai les jambes me dit que si je le veux je peux prendre mon rythme. Chose faite dans les kilomètres qui suivent. Cela fait deja 46km que j'avance, largement au-dessus des barrières horaires et les jambes répondent. je décide donc de faire la descente du pic prudemment mais en étant relâché. J'arrive au CP 5, on m'annonce 66ème (en réalité je suis 73 !) la fraicheur commence à laisser place à quelques douleurs musculaires. Je prend un peu de temps pour me poser mais pas assez je vais le payer dans les kilomètres suivant. S'en suit une monté sèche d'environ 8km pour 800 D+. Un véritable mur qui va avoir raison de moi.. Au bout de 2km d’ascension, le clignotant rouge est mis à droite, je ne m'alimente plus et m'hydrate très peu depuis 1h, des nausées viennent perturber mon avancement. Je prend le temps de souffler, la route est encore longue. Je croise des coureurs dont un qui va m'accompagner jusqu'au CP 6. Dans ma tête tout est claire, arriver avant la nuit sera donc l'objectif final. Un autre coureur arrive au même

moment, dans le dur également je lui propose de faire un bout de chemin ensemble. Les kilomètres passent, la fraicheur revient, on arrive à courir même après 63km ! Plus que 20... on en rattrape quelques uns dont un autre qui finira avec nous ! Après 7km de descente final, voila l'arche d'arrivée ! Super content d'avoir pu partager cette fin de course avec Alexia Olivier Bernard Desvignes !! Un grand merci également à tous d'avoir suivi le live (je ne m'y attendais pas! ) Cette aventure se conclue par une 147 place sur un peu plus de 900 arrivant et 1400 partants en 15h39 avec 85km et 5100D+ à la monte! Un énorme Merci à Matthieu Craff pour ces nombreux conseils que tu as pu me donner pendant les trois dernières semaines.. Comme tu me l'as si bien dit, "il suffit parfois de faire les choses" ! Tu rêvais de marquer le monde du trail, de là-haut j'espère que tu le vois, parce que c'est chose faite! Merci à toute la famille de m'avoir suivi à distance ! Merci également à Herve Morand de Running Conseil Brest et Taracking pour l'alimentation ! A Pierrick Renault de Foulées Poitiers pour une partie de l'équipement et à Ultimate Direction France pour le sac !! Je remercie également les potes de EPA 86 RUNNING TRAIL OFFICIEL et de Jool Brest avec qui j'ai partagé une bonne partie de la prépa sur le vélo !

EPREUVES DU GRP et ECHAPEE BELLE  2017  "les petits récits des copains" Matthieu Baillargeau, Benjamin Morvan,  Jonathan Vitet

ECHAPEE BELLE 85km et 6050mD+

Le récit de la course de Jonathant Vitet

Malheureusement non finisher de l'Echappée Belle "La Traversée Nord" 2017 (85 km/6050 m D+) mais c'est pas faute d'avoir d'essayé, luttant vraiment jusqu'au bout au niveau des barrières horaires!!!!!
L'Echappée Belle, vraiment une course à la hauteur de sa réputation par la dureté de son terrain et les barrières horaires imposées à celle-ci, si tu détestes les pavasses , oublie cette course!!!!!
26 Septembre, départ à 6 heures du matin du Pleynet à 1500 m d'altitude, je pars très tranquillement et au bout de quelques kilomètres je retrouve un collègue du club, Pascal David.
Tout se passe vraiment bien jusqu'au kilomètre 23,5, mais un peu avant le sommet du col du Moretan (2500 m), à un peu plus de 2300 m d'altitude, dans la montée du haut du col, je commence à ressentir les effets de l'altitude. Arrivée en haut du col, une descente de 500 m en arrête d'une difficulté assez dingue par son aspect accidenté, que des rochers instables, partie de la course la plus dure pour ma part. Là, au bout de quelques mètres, je m'ouvre le tibia avec un rocher (blessure qui nécessitera des points de suture). A ce moment

précis je ralentis, histoire de pas me blesser une nouvelle fois , voir pire. Ensuite, une autre descente bien raide à la corde ou je prends aussi bien mon temps. Bref sur 4 kilomètres (descente du Col Moretan à Périoule), je ralentis vraiment beaucoup. Aux environs du kilomètre 28, après pointage à Perioule, je repars à une cadence plus soutenue histoire d'arriver à la base de vie, de Super Collet (km 37) avant 18 heures, j'arrive là-bas à 17h20 mais là j'apprends que je dois repartir avant 18 heures, car ce qui compte sur la barrière horaire, c'est par l'heure ou tu arrives mais celle ou tu repars. Il me reste donc 40 minutes pour me laver, me changer, manger et me faire soignée ma blessure, pas le temps de faire une sieste de 30 min. Je repars à 17h55, j'ai 8 heures pour faire 16,4 km ou se situe la prochaine barrière horaire, Val Pelouse (km 53,7), je me dis que je ferai une sieste de 30 ou 45 minutes là-bas mais arrivée aux alentours du km 40, la fatigue musculaire commence à se faire sentir avec des douleurs en bas du dos, bref je ne peux plus courir en descente même marchée rapidement, je dois marchée très lentement, pour éviter des douleurs en bas du dos à chaque pas posé, je vais plus vite en montée qu'en descente, c'est pour dire. De plus du km 43.5 jusqu'à Val Pelouse (km 53,7), le parcours est pas facile. J'arrive à Val Pelouse vers 1h40 et je dois repartir à 2 heures, pas le temps d'une sieste juste de manger un peu, j'hésite à repartir à cause de ma fatigue physique et musculaire principalement dû au manque de sommeil à ce moment là, mais on me dit que le plus dur est passé, je repars. A nouveau en montée et sur le plat pas de soucis mais en descente, d'une lenteur déconcertante.
Dans la montée du Col de la Perche (km 59) à quelques mètres du col, j'en peux vraiment plus. Je m'arrête car je sens que le manque de sommeil se fait trop sentir, je m'habille chaudement pantalon, gants, coupe-vent...pour dormir mais au bout de 5 minutes, les derniers coureurs accompagnés de 2 personnes de l'organisateur s'occupant du ramassage de balisage, essayent de motiver pour repartir car ils ne peuvent pas me laisser là, je dois aller au moins jusqu'à le Pontet (km 70,6), ou se situe la dernière barrière horaire, voir à l'arrivée de la course à Aiguebelle, si plus de navette. Mais il me sera impossible de d'atteindre cette dernière barrière fixée à 8h du matin, vu mon degré de fatigue et ma lenteur dans la moindre descente. Au km 63, les 2 personnes de l'organisation m'accompagnant, remarquent que m'endors en marchant...Ils décident donc d'appeler le PC secours pour voir si on peut me rapatrier, par bonheur c'est possible au km 65!!!!!

Pense que j'aurais plus pousser vraiment dans le très dur accompagnée des 2 personnes de l'organisateur, jusqu'au niveau du Pontet (km 70,6), ou se situe la dernière horaire (8h du matin), mais au mieux je serais à 8h30 donc au delà. Après il m'aurait 13 km de descente avec 1000 m de dénivelé négatif, mais cette partie vu mon degré fatigue, je préférais même pas imaginer.
Je me suis donc arrêter à 7h30 du matin au km 65, à 20 km de l'arrivée au bout de 25h30 de course sans dormir car vraiment essayant jusqu'au bout d'être finisher.
En conclusion, cette course a été pour moi une vraiment aventure humaine, physique & mentale ainsi qu'une sacrée expérience. Je ne regrette rien que du bonheur, même si non finisher car j'ai essayé jusqu'au bout.
Bravo à toi Pascal David!!!!!
Merci à mon coach Christian Baigue, mon club EPA 86, la famille et aux copains.
Maintenant place au repos, demain et après demain ça va être dur pour marcher...

PS: Je pense que je ne mettrais jamais sur le 144 km et ses 11000 m de Dénivelé, vu comment c'est dur sur le 85, j'imagine même pas...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Christian Baigue : De L'Athlé au Trail
  •  Christian Baigue : De L'Athlé au Trail
  • : Ce blog est destiné à faire partager ma passion de l'Athlétisme, mais surtout, celle du Trail que j'ai découvert à 50 ans en 2002, lors de ma 1ère participation au Grand Raid de La Réunion "la Diagonale des Fous". Ce fut le 1er Trail de ma carrière d'Athlète bien modeste, débutée à 14 ans en Haute-Saône et qui se poursuit à Poitiers dans la Vienne. Dirigeant à l'EPA86, je m'occupe d'un groupe Hors Stade et Loisirs, dans le but de faire partager cette passion à des coureurs de tous niveaux
  • Contact

Profil

  • Kiki 86
  • Finisher : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012  ou je me classe 1er V3
UTMB : 2008 et 2011 
Marathon des Sables 2010
Objectif :  Célestrail 2017 (Andorre) et Diagonale des fous 2017 avec les Amazones de l'EPA86
Date de naissance : 28/08/1952
  • Finisher : Diagonale des Fous à La Réunion 2002, 2007,1010 et 2012 ou je me classe 1er V3 UTMB : 2008 et 2011 Marathon des Sables 2010 Objectif : Célestrail 2017 (Andorre) et Diagonale des fous 2017 avec les Amazones de l'EPA86 Date de naissance : 28/08/1952

L'ULTRA POUR HORIZON

VISITES

compteur de visite site web

OBJECTIFS 2017

° TRAIL DU VULCAIN   73 KM  (Mars)

° TRAIL lA PASTOURELLE 53KM(Mai)

° CELESTRAIL ANDORRE 80KM (Juillet)

° LA DIAGONALE DES FOUS 167KM (Ile de la Réunion, Octobre ) avec les Amazones de l'EPA 86

       

Albums Photos

WIDY GREGO "SPORTIF DE L'HUMANITAIRE"

Mes Entraineurs

Roger PASSARD : Professeur d'Education Physique et Responsable de l'ALERTE GRAYLOISE, qui de cancre en sport m' a propulsé en deux ans "Champion Départemental Minime de Cross" à PORT SUR SAÔNE

Jean-Pierre GORGEON : Co-équipier et Entraineur à l'ASPTT POITIERS m'a permis de réaliser :

  • 15'48"70 sur 5000m, le 14/06/1997 lors des Championnats Régionaux à NIORT (45ème Perf Nationale V1et 5ème M45)
  • 33'42"60 sur 10 000m le 31/05/1998 lors des Championnats de France Vétérans sur Piste à LYON PARILLY ( 21ème Perf Nationale V1 et 6ème M45)
  • 2h40'46" au Marathon le 12/10/1997 lors des Championnats de France de Marathon à REIMS (95èm Perf Nationale V1 et 31ème M45)

Jean-Claude FARINEAU : avec qui j'ai partagé depuis 1984, les charges, parfois lourdes de Dirigeant à l'ASPTT POITIERS, puis au PEC à partir de 1999. Grâce à ses entrainements judicieux, je n'ai jamais raté une qualification aux Championnats de France de 10 km

Jean-Paul GOMEZ :
Finaliste Olympique du 10 000m à MONTREAL en 1976 : Bien que ne m'ayant jamais entrainé m'a toujours apporté des conseils éclairés, notamment lorsqu'il entrainait  à mes côtés l'école d'Athlétisme de L'ASPTT